AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pour assurer le bon déroulement du Journal de la JRM ENTERTAINMENT, merci de participer et de nous envoyer vos rumeurs, scandals ou encore petites annonces ici, sur le compte du "Journal". Merci d'avance à ceux qui prendront un peu de leur temps pour le faire. ;D ♥

Partagez | 
 

 ▬ RESCUE x Wookie ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Date d'inscription : 02/02/2010
Nombre de messages : 297
Né(e) le : 20/11/1987
Age : 29
Profession : Esthéticienne des Idols :o
Situation : Libre =3
Humeur : Frivole


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r:

MessageSujet: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Mer 24 Mar 2010 - 12:44

    Résidence Miura, Neuf heures et demis __

    « Attention.. Ne pas se faire repérer.. Aieee »

    Bien qu'il soit relativement tôt, les doux reflets du soleil commençait déjà à s'émerveiller et à tâter le corps endormis de Zazu, avec lui, une légère brise l'accompagnait. La beauté du jour, la fraîcheur estivale, les petites feuilles et les rayons du soleil. Il faisait peut-être un peu trop chaud, ce jour là. Malgré la fraîcheur d’un mois de Février, il faisait un tant soi peu chaud dehors. Les rayons du soleil traversaient gaiement la fenêtre de la jeune femme venant titiller désagréablement ses yeux, recouverts par une fine peau hermétique que l’on appelle paupières. Une douce brise souffla sur le visage de la jeune nippone la réveillant en douceur tout en la frigorifiant avec délicatesse. Un réveil calme, elle mit sa main devant sa bouche dans un bâillement silencieux tout à la fois doux, sans ouvrir la bouche comme un lion affamé. Ses yeux lui picotaient amèrement, comme si elle les avait plongés dans le sel de mer, le regard opacité par le voile du sommeil qui lui flouait la vue, Azusa aperçu une silhouette jonché sur un fauteuil face à elle. Dans un demi-sourire radieux et endormi qu’elle lui adressa, elle venait de reconnaître Suk Hwan, son meilleur ami qui avait dû l’observer dans son sommeil sans oser l’en extirper, se disant surement qu’elle finira bien par se lever de sa propre initiative. Un petit sourire timide étira ses douces lèvres pulpeuses, aujourd’hui était un grand jour, un jour de gloire, un jour de ..travail avec son best, elle allait sûrement l‘épiler. Le simple fait de savoir qu’elle devait faire souffrir Suk Hwan en lui épilant le torse, pour la journée lui fendait le cœur, mais elle avait promis qu‘il sera le plus beau pour son photoshoot, et elle n’avait qu’une parole. Aujourd’hui était le jour où elle transgressera les règles avec Suki, la seule perspective de pouvoir s’échapper après en cachette était alléchante, son cœur en était dévoré par l’excitation ultime, l’adrénaline lui montait à la tête.

    Elle s’extirpa doucement de ses draps, lentement sûrement par l’impacte de la fatigue, mais sans pour autant perdre sa grâce démesurée dans n’importe quelle situation. Elle s’orienta vers la salle de bain tout en souriant une dernière fois à Suk’, elle ferma la porte et elle commença à se faire couler un bain chaud. Elle était un peu tendue, alors il n’y avait rien de mieux pour la relaxer avant la mise en œuvre de l’opération number one. Après s’être déshabillé, elle se glissa dans son bain à bulle tout en soupirant de contentement. Elle ne regrettait pas d’avoir opté pour ce bain, plutôt que la douche, ça serait regrettable de regretter un peu de luxe quand on peut se le permettre. Elle y resta pendant trente minutes, puis elle sortit tout en étant entouré de vapeur chaude, sa peau luisait sous l’infime rayon de soleil qui venait éclairer son corps chaud et humide. Elle se mit en peignoir, tandis qu’elle se maquillait légèrement comme à son habitude, crayons autour des yeux, un coup de mascara et c’était dans la poche. Elle n’avait pas besoin de se peindre le visage de mixture pour paraître un tant soi peu belle aux yeux des gens. Puis elle se tourna pour attraper ses habits, comme toujours elle s’habilla d’un beau débardeur dos nu couleur rouge cette fois-ci – apprenons à varier – suivi d’un jean bleu foncé, elle enfila par-dessus de longue bottes noires montantes jusqu’aux genoux talons aiguille – histoire de la grandir un tant soi peu du haut de son 1m65 - . Puis vint le moment de la coiffure, elle ramena ses cheveux en une queue de cheval bien nette, laissant échapper quelques mèches rebelles sur le côté, et un peu derrière. Elle noua le tout avec l’aide d’un élastique noir, elle se regarda pendant quelques instants dans le miroir, c’était parfait, comme ça, elle n’aura aucun soucis de vision pendant l’évasion avec Suk Hwan. Quand, elle sortit de la salle de bain, elle traversa sa chambre en quelques minutes pour arriver dans le couloir, elle posât délicatement sa main sur la rambarde en marbre noir et dévalât les escaliers avec rapidité pour arriver dans la cuisine. Elle ne s’attarda pas, elle prit un chausson aux pommes avec un jus de pommes, puis but rapidement son infusion au thé - car les Gens, Zazu déteste le lait – avant d’aller dans le hall d’entrée.

    Elle s’accouda à l’escalier, laissant rien transparaître sur son visage alors qu’elle saluait quelques domestiques qui passaient devant elle. Lorsqu’elle fut sûre que le couloir était désert, elle envoya un SMS à Yong Sun – car sachez que Sayuri ne savait pas vivre sans son portable – pour lui demander s’il était prêt ? Car, oui elle devait aussi s’occuper de lui dans la foulée. Au fond, malgré ses airs décontracté et stoïque, Azusa stressait à fond. C’est avec une patience infinie, hypocrite par son impatience flagrante, Azu’ pianotait avec agacement contre la rambarde de l’escalier attendant que son téléphone vibre, mais rien à faire. Mais qu’est-ce qu’il foutait ? Elle fronça les sourcils tout en se mordant la lèvre inférieure avec anxiété, voulait-il annuler ? Ah ça non ! Pas question qu’il lui fasse ce coup là, sa conscience avait pris un sacré coup de pied depuis que Suk Hwan prenait un malin plaisir à annuler comme bon lui semble ses séances pour arriver avec une heure de retard, vous savez avec son éternel air ‘Ouais, je me fais désirer Babe‘ ; Alors pas question qu’elle perde son temps pour des prunes du marché ! Rhâ ! C’est en pestant rageusement qu’elle prit le téléphone de sa maison et qu’elle appela chez les Cho. Elle composa rapidement le numéro, et patienta pendant que la tonalité d’appel sonnait, fichue tonalité en passant, elle avait le don de l’agacer notre Azusa. Puis enfin une voix se fit entendre, Zazu’ réclama qu’on lui passe Yongie à l’appareil, elle dû patienter pendant près d’une minute afin d’avoir Mr Cho Yong Sun, 1e du nom ! Lorsqu’elle entendit sa douce voix qui disait la formule habituelle qui annonçait qu’on avait l’appareil à l’oreille, le fameux « Allô », Azusa se mit à hurler au téléphone. Enfin hurler était une hyperbole, car elle n’avait pas dans le but d’alerter la maison ruinant ainsi ses plans avec Suk Hwan. Elle se mit à pester du long temps que Kanon avait mis pour répondre, et encore, elle n’avait même pas répondu xD Pendant trois bonnes minutes, ses cordes vocales ont souffert le martyr voyant des vertes et des pas mûres avec Zazu’ qui s’avoua vaincu par son essoufflement, Yongie n’avait toujours pas dit un mot. Peuh, elle reprit sa respiration attendant que celle-ci daigne parler, mais rien ne vint ! Azusa s’énerva encore plus, se remettant à crier, commençant à déblatérer un monologue long et digne des œuvres de Corneille, notre grand dramaturge français. Elle hurlait d’une voix stridente déformé par la rage, d’une vélocité ahurissante, Yongie ne pouvait même pas placer un mot puisque Zazu’ continuait, continuait de parler inlassablement. Puis pour finir, Azusa lui ordonna de se dépêcher, et qu’elle voulait la voir chez elle dans trente minute top chrono. Puis elle raccrocha, la main sur le cœur, c’était trop tout ça pour son kokoro xD Maintenant tout était prêt, ça va péter !


    Couloirs de la JRM, Dix heures et des poussières __

    Alors que Zazu venait de finir son travail de la matinée, elle déambulait dans les couloirs de la JRM. Enfin ! L’heure de l’école buissonnière avait sonnée. Sifflotant, les mains derrière le dos, elle saluait le personnel qui s’apprêtait à aller déjeuner à la cafétéria. Non les Gens, Azusa ne mangera pas à vos côtés, pour simple raison qu’elle ne reviendra pas à la JRM cet après-midi. Enfin, du moins ce qu’elle espérait. Soudain, une silhouette arriva de l’angle du couloirs. La jeune femme sursauta, tandis que son visage se dépitait. Misère, sa journée était foutue. Croisant un regard très familier, celui d’un jeune homme qui aimait bien sa compagnie ..? Doucement, elle recula, cherchant une échappatoire, c’était peine perdue.


Dernière édition par Miura Azusa le Lun 5 Avr 2010 - 15:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 25/11/2009
Nombre de messages : 880
Né(e) le : 25/06/1989
Age : 28
Profession : But atteint, I'm an IDOL ♥
Situation : Peut-être que Wookitch se casera un jour... Ou pas :D


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r: Vantard; Bavard; Blagueur; Joueur; Passionné; Avare; Casse-cou; Égoïste; Infidèle; Perfectionniste

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Lun 29 Mar 2010 - 19:05


    TENUE

    Il y a beaucoup de gens de nos jours qui souhaitent entrer dans la fameuse maison JRM, s'imaginant danser et chanter aux côtés de belles créatures, dans de magnifique vêtements, se faisant tout un tas de nouveaux amis tout aussi passionné qu'eux. Oui, c'est vrai, dans un sens être trainee à la JRM c'est vraiment bien. Jamais Ji Wook ne pourrait regretter d'avoir passé l'audition mais ce qu'on venait de lui faire l'avait mis d'assez mauvaise humeur et avait brisée l'image parfaite qu'il se faisait de la maison de disque. Jusqu'à maintenant, il s'était contenté de venir chaque jour dans la salle de danse en fin de matinée pour y passer la journée, il y restait parfois tard mais rien de bien embêtant puisqu'il était de ceux qui se couchent avec le lever du soleil. Mais, il se trouvait que cette fois-ci, le programme était tout autre. En effet, une autre trainee et lui devaient préparer une chorégraphie pour une sorte de concours interne visant à sélectionner la meilleure pour le prochain single des SHINee. Jusque là il n'y avait bien sûr aucun soucis, non en fait le seul problème c'était sa camarade . Elle était certes très sympathique, mais Wookie avait du mal à comprendre qu'elle puisse lui donner rendez-vous à six heures du matin devant les portes du grand bâtiment. Oui six heures, c'était tôt, beaucoup trop tôt ! Et le pire c'est qu'elle avait trouvé le moyen de lui annoncé cela la veille, ce qui en d'autre terme était un peu vicieux. C'est alors que la veille, il s'était couché comme un gentil petit garçon à dix heures du soir pour être sûr d'être en forme le lendemain matin. Mais voilà, quand on a l'habitude d'être en pleine activité à cette heure-ci et de se lever à midi, s'endormir à heure pareille c'est pas facile. Autant dire que le jeune homme n'était vraiment pas au top de sa forme lorsque son réveil l'extirpa de son sommeil à cinq heures. Il pensa d'abord à l'éteindre et à retomber dans le monde magique des rêves mais, nan. En devenant trainee il avait fait le serment de réussir, alors il ne devait pas laisser tomber pour si peu.

    Mais parce que le coréen n'est pas n'importe qui, non c'est Kang Ji Wook après tout, son air endormi se transforma bien rapidement en allure fraiche et élégante, comme d'habitude. A vrai dire il n'avait pas eu besoin de beaucoup d'artifice. Un peu d'anti-cernes avait suffi à masquer cette petite mine déterrée et il était enfin certain de pouvoir sortir sans soucis. Pour le reste, qu'il soit cinq heures ou midi, il aurait toujours autant de feeling. En quelques minutes il sélectionna une tenue appropriée au programme de la journée et l'enfila en un quart de seconde. Pas besoin de se laver, il l'avait déjà fait la veille au soir pour se permettre de se lever plus tard ce matin, et oui, il n'était pas si bête que cela le grand dadet. Un petit coup de brosse à dents et voilà, il pouvait enfin quitter son appartement luxueux du plus beau quartier de Séoul. Mais sa mauvaise humeur réapparu bien rapidement lorsqu'il se rendit compte de l'état des lieux : des rues désertes et les lampadaires allumés par manque de lumière naturelle. Déprimant. Par chance, il avait sur lui son iphone qui avait le don de lui redonner le sourire quelque soit la situation. Un petit coup de Young Money et tout irait pour le mieux. Mais comme tout semblait être contre lui aujourd'hui, il se rendit compte à son arrivée que sa camarade n'était pas encore présente. C'est qu'elle se foutait un peu de la gueule du monde la cocotte. Avec un air boudeur, il s'installa sur les marches et patienta cinq minutes avant qu'elle ne daigne arriver. Il passa le reproche qui ne servirait à rien et la salua amicalement avant d'entrer dans le bâtiment. A sa plus grand surprise, la JRM était déjà remplie à cette heure-ci. Ça pour le coup, il ne s'y attendait vraiment pas du tout.

    La raison de sa présence si matinale fut enfin justifiée, il était maintenant temps de danser. Finalement, une fois que la musique avait commencé, que ses pieds avaient machinalement bougés en rythme, la situation n'était plus si dramatique. C'est fou ce qu'il était capable de faire pour la danse. Celle-ci avait un pouvoir in considérable sur lui. Il est vrai que pour certains une telle affirmation pouvait paraitre absurde, mais pour Ji Wook se lever si tôt était vraiment extraordinaire. Si incroyable qu'il aurait été nécessaire de le noter pour ne jamais l'oublier. D'ailleurs il était persuadé que Tokyo ne le croirait jamais s'il venait à lui raconter.. Wookie ou la grosse larve feignante. Qu'elle était belle l'image qu'il donnait de lui tiens. Enfin, à cet instant précis ce n'était pas vraiment la première chose qui nous venait à l'esprit quand on le voyait. Il souriait, il rayonnait, il était littéralement captivé par la mélodie. Hypnotisé et inaccessible.

    Après quelques heures d'entrainement intensif, sa camarade lui avoua être fatiguée et tout deux tombèrent d'accord pour effectuer une pause. En plus d'avoir beaucoup travailler, le jeune homme n'avait encore rien avalé depuis son réveil. S'il continuait comme ça sans trouver quelque chose à se mettre sous la dent il finirait sûrement par s'écrouler sur le sol brillant de sa salle de danse. Cependant, avant de quitter le lieu sacré pour la cafétéria, le coréen se permit de renifler son débardeur. Houhou, y avait pas à dire, l'anti-transpirant Mennen Sport ça marchait vraiment. Content de son produit magique, il attrapa une petite serviette blanche qu'il cala autour de son cou pour essuyer la sueur qui avait néanmoins coulée et quitta la pièce. Depuis qu'il y était entrée, les couloirs s'était remplis considérablement. De cinq personnes, la population était passée à une vingtaine de personnes parlant, rigolant, chantant, se disputant. Ah, ce qu'il aimait cet endroit. Il reconnu certaines de ses connaissances qu'il salua puis continua son chemin vers un autre paradis sur terre : la cantine de l'immeuble. Comme d'autres, il avança d'un pas tranquille, s'amusant à tirer à gauche puis à droite sa serviette tout en fredonnant l'air de la chanson sur laquelle ils travaillaient. Et c'est alors que son regard se posa sur quelque chose de bien plus intéressant que la cafétéria, l'esthéticienne. Oui bon, dit comme ça ce n'était franchement pas fameux mais diable ce que cette femme était sexy. Il la reluqua un instant dans son jean moulant et afficha un immense sourire de satisfaction intense. Toute les mauvaises ondes qui s'étaient acharnées sur lui aujourd'hui n'existaient plus.

    JI WOOK : « AZUSAAA ! »

    Bien sûr que non il n'avait pas honte, pourquoi devait-il être gêné d'hurler dans les couloirs de la JRM en secouant bêtement son bras ? Haha. Tout aussi souriant, il ne se rendit même pas compte de la tête beaucoup moins ravie de la jeune femme et accéléra le pas pour la rejoindre. Et parce que lorsqu'on a pas peur de crier comme un pauvre sans gêne, on n'a pas non plus peur de s'incruster avec quelqu'un avec le sourire, Wookie se permit donc de passer son bras derrière la nuque d'Azusa. Comme si elle pouvait s'échapper...

    JI WOOK : « Ce haut rouge te vas à ravir ~ ♥️ »

    & hop, il casa son sourire colgate blancheur qui faisait craquer n'importe qui.

    JI WOOK : « Je vais manger un petit truc, tu m'accompagnes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 02/02/2010
Nombre de messages : 297
Né(e) le : 20/11/1987
Age : 29
Profession : Esthéticienne des Idols :o
Situation : Libre =3
Humeur : Frivole


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r:

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Mer 31 Mar 2010 - 18:12

    Lorsque nous sommes face à une impasse, nous avons deux alternatives qui se présentent à nous : premièrement, on se demande pourquoi lorsqu’on s’est levé. On aurait du se faire porter pâle afin de flemmarder dans son lit, et ne pas affronter la difficulté qui nous dérange. Deuxièmement, on ..COURS ! Qui aurait cru qu’un jour, Azusa soit résolue à faire volte-face à mi-chemin de son objectif phare du jour, c’est-à-dire sortir avec Suk Hwan sans encombre ? La Zazu courageuse, entêtée et qui a du mordant se laisserai intimidée par un jeunot de vingt ans, mais qui est ..collant ? Cela ne lui ressemblait clairement pas, mais que faire ? Il la tenait entre ses griffes, et il la torturait, oh oui, c’était une immolation pour elle que de le voir face à elle ..Dieu qu’il était sexy, merde ! Elle se l’était jurée, promis, balancée d’eau bénite qu’elle-n’allait-pas-coucher-avec-lui-pour-leur-bien-commun ! Une bonne résolution les Gens, n’est-ce pas ? Trop orgueilleuse pour l’avouer, mais elle était terrorisée, oui. Peur de s’attacher trop à lui, car il est TROP adorable, et elle n’aime pas ça..elle sait qu’elle aura du mal à le laisser partir, et ça l’irrite. Oui, incapable de faire un pas devant lui, sans que ses yeux de biches ne cherche son regard, peur de céder face à son insistance, c’était beaucoup trop pour elle. Elle goûtait à ce plaisir caché, avant de se mordre méchamment la lèvre et reculer d’un pas en arrière. Lentement, doucement, ne pas faire de bruit, à pas feutrés, tel un félin, se fondre dans la masse pour disparaître comme la neige qui fond au creux de notre main. Cette paranoïa permanente était insoutenable, il était le diable en personne, pourquoi prenait-il un malin plaisir (conscient ou inconscient) à la torturer moralement, cette envie de presser son corps contre le sien, une nuit, aussi courte soit-elle pour ensuite se glisser hors de ses draps et qu’il lui dise qu’il en marre d’elle, pour ensuite aller voir ailleurs. Dieu ce qu’elle en avait envie, mais non, elle ne pouvait pas, elle ne devait pas, elle voulait ..?

    On aurait dit qu'elle était prise au piège d'un cauchemar terrifiant, un de ceux où l'on est forcé de fuir, de courir jusqu'a ce que les poumons donnent l'impression d'exploser, sans que l'on réussisse pourtant à bouger assez vite. Elle ne cavalais pas pour sauver sa peau mais quelque chose d'infiniment plus précieux. Sa propre survie ne pesait rien du tout à ses yeux, ce jour-là. Elle avait eu plus que son compte d'expériences mortifères, phénomène auquel on ne s'habitue pas. Il semblait cependant inévitable qu'elle affronte de nouveau la tentation. A croire qu'elle était marquée du sceau de la catastrophe. Elle avait beau y avoir échappé à maintes reprises, elle ne cessait de revenir à elle. Pour autant, cette dois différait beaucoup des précédentes. Il est possible de fuir celui que l'on craint, de lutter contre celui que l'on hait. Elle savait réagir face à ce genre de tueurs -montres et ennemis-. Lorsqu'on aime son assassin, on n'a plus le choix, cependant. Car comment fuir et lutter si cela signifie blesser l'aimé ? Si la vie est la seule chose à lui donner, comment la lui refuser ? Quand on l'aime vraiment ? Car échouant, elle perdait tout désir d'exister. Elle était sûre à quatre vint dix neuf virgule neuf pour cent de rêver. La raison de sa certitude ? Premièrement, elle s’était stoppé dans son mouvement de fuite, elle le fixait les yeux exorbités sans parvenir à bouger un membre. Une paralysie qui ne resta pas invisible aux yeux du jeune homme qui l’interpella tellement fort qu’elle en sursauta, pour ensuite sortir de sa torpeur.


    JI WOOKAZUSAAA !

    Dieu, mais quelle voix, si douce à en fondre des glaciers. A croire que le cœur d’Azusa avait la consistance de glace, elle regardait ce jeune homme qui courrait vers elle, le regard vide. Elle le regardait, parce qu‘elle savait qu‘elle voulait écrire entre ses lignes, mais elle n‘était pas sûre de le penser. Pleurer. Elle le faisait en ce moment même, inconsciemment, incapable de maîtriser les sillons d'eau salée qui sortaient de ses yeux sans discontinuer, sans raison apparente, sans que qu’elle eut le temps de penser : J‘y arrive pas. Mais c'était vrai. Intérieurement, elle avait arrêtée de pleurer depuis bien longtemps et, paraît-il, elle n’avait même pas crié le jour de sa naissance. Elle se sentait froide, en vérité. Effrayée, surtout, incapable de faire se stopper ses larmes sans sentir mes membres trembler, sans que son regard de biche ne se mette à parcourir le couloir de gauche à droite pour vérifier que personne ne la voyait pleurer. Avant qu’il n’arrive à son niveau, Zazu avait passé un mouchoir sur le début de naissance de larmes pour les effacer avant qu’elles ne souillent son doux visage.

    AZUSAAh ..Bonjour Ji Wook.

    Le regard évasif, la jeune femme cherchait une autre alternative à son échappatoire, mais comme l’étymologie de ce mot, la possibilité de pouvoir s’enfuir lui échappait complètement. Alors qu’il passait doucement son bras contre sa nuque, elle frissonna et en profita pour tenter de se dégager, mais vu la résistance qu’il imposait à la friction de son bras sur sa nuque, on comprenait clairement qu’il ne voulait pas qu’elle s’en aille.

    JI WOOKCe haut rouge te vas à ravir ~ ♥️ ;
    AZUSATu es trop gentil, tu me complimentes beaucoup trop,ne ?
    JI WOOKJe vais manger un petit truc, tu m'accompagnes ?
    AZUSAJe suis désolé, mais je ne vais pas pouvoir, tu comprend ..ne?

    Elle essaya encore une fois de s’échapper de l’emprise de son bras sur elle, mais il ne lâchait décidemment pas prise. Azusa commençait réellement à perdre patience, alors qu’elle employa le moyen basique mais qui pouvait marcher qui sait ? Soudainement, elle se mit à pointer du doigt une direction au hasard en écarquillant les yeux et en criant :

    AZUSAOH ! UNE POULE A TROIS TÊTES DEBOUT SUR UN ÂNE !

    Stupide, décidemment stupide, oui, mais le temps qu’il prenne conscience que c’est une connerie, elle avait déjà détalée la jeune japonaise. Courant aussi vite que ses chaussures lui permettait d’atteindre comme vitesse, elle traversa le couloir comme une fusée et tourna à l’angle pour ensuite foncer en ligne droite vers l’ascenseur. La course poursuite commençait.


Dernière édition par Miura Azusa le Lun 5 Avr 2010 - 15:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 25/11/2009
Nombre de messages : 880
Né(e) le : 25/06/1989
Age : 28
Profession : But atteint, I'm an IDOL ♥
Situation : Peut-être que Wookitch se casera un jour... Ou pas :D


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r: Vantard; Bavard; Blagueur; Joueur; Passionné; Avare; Casse-cou; Égoïste; Infidèle; Perfectionniste

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Dim 4 Avr 2010 - 18:30

    Parce que dans la vie, il y a deux types de personnes : celles qui quoi qu'il arrive tireront une gueule pas possible, et celles qui garderont un éternel sourire malgré les événements vécus. Pas la peine de préciser que Wookie fait partie de la seconde catégorie, et d'ailleurs ceux de la première l'exaspèrent au plus au point. A toujours sourire bêtement on pourrait le penser trop niais mais ce n'est pas ça. Disons simplement qu'il considère la vie comme beaucoup trop courte pour se permettre toute dépression, aussi courte soit-elle. Alors oui il n'était pas du genre à perdre sa bonne humeur à cause d'un réveil trop matinal. Les petites baisses de moral lui prenaient parfois mais il ne fallait pas grand chose et bien longtemps pour reprendre du poil de la bête. Après une défaite dans un battle de danse, il se sentait à nouveau d'attaque au moindre compliment, après un problème sentimental il retrouvait l'envie de plaire à la simple vue d'une jolie fille. Il y aurait bien d'autres exemples à citer mais ce ne serait pas vraiment la peine, parce que se dire que Ji Wook aime trop la vie pour faire la gueule c'est vraiment évident. Et aujourd'hui encore cette règle numéro un était mise en action. C'est vrai que s'être levé de si bonne heure l'avait poussé ruminé, devoir attendre son amie en retard aussi, mais il avait toujours trouvé un point positif pour continuer sa journée avec le sourire. Mais ce à quoi il ne s'attendait vraiment pas, c'était à l'ingrédient magique. Vous savez, le genre de trucs qui fait que de toute façon rien, ni personne ne pourra vous atteindre. Vous l'avez vu, vous l'avez touché et ça y est, le mal ne pourra plus vous atteindre pendant une longue durée. Et bien un de ces produits miracles c'était Miura Azusa. Il n'était encore jamais sorti avec elle, il n'avait même jamais eu l'occasion de dépasser la simple conversation mais cette jeune femme avait sur lui un pouvoir indescriptible. Elle était séduisante mais pas vulgaire, mature mais pas trop vieille, souriante mais pas niaise. Oui, elle approchait la perfection. Il se disait de temps en temps que cette image qu'il se faisait d'elle changerait peut-être s'il apprenait à la connaître mais bien vite il se ravisait, non cette fille ne pouvait pas être mauvaise. Elle dégageait une telle aura. Bon sang ce que ça faisait du bien de la voir. Ah bon ? Il s'était levé tôt ce matin ? Il avait oublié. Sa copine avait mis plus de temps que prévu à arriver ? Oh, ce n'était qu'un détail. Danser pendant des heures l'avait épuisé ? Quelle blague, il pétait la forme.

    Cette rencontre l'enchanta tellement qu'il ne put s'empêcher d'hurler son prénom à travers les couloirs, déballant à toute vitesse vers elle, l'attraper avant qu'elle n'ai le temps de s'échapper. Oui c'était une chose qu'il ne comprenait vraiment pas. Pourquoi diable l'évitait-elle toujours ? Chaque fois qu'il tentait d'aller la voir dans son cabinet pour son travail, elle semblait trouver une excuse comme un rendez-vous pour le faire sortir. Quand il la croisait dans les couloirs, elle partait en prétextant avoir une envie pressante. Et encore bien d'autres choses qui commençaient à inquiéter sérieusement le coréen. Cette fuite permanente le poussait à se remettre en question. Ses techniques de drague n'étaient peut-être plus aussi performantes qu'avant, ou bien ses approches étaient trop lourdes. Non rien de cela ne pouvait être possible, lorsqu'il les mettait en pratique avec d'autres demoiselles tout marchait pour le mieux du monde. Ça ne pouvait être que personnel alors. Dans le fond, peut-être qu'elle ne l'aimait tout simplement pas. Ce sont des choses qui arrivent, comme lui se sentait envouté par elle, celle-ci pouvait être repeignée par le personnage. Cette idée lui donnait toujours des frissons d'effroi, non ce n'était pas possible d'envisager qu'il puisse déplaire à quelqu'un. Pas elle, il la désirait tellement. Et même si c'était le cas, il ne baisserait pas les bras. Des astuces il en avait encore beaucoup, il se l'était promis, il l'aurait. Elle ne lui échapperait pas plus longtemps. Alors hors de question de s'arrêter sur son attitude, pour le moment il n'avait qu'à faire comme si tout était normal.

    AZUSA : « Tu es trop gentil, tu me complimentes beaucoup trop,ne ? »
    JI WOOK : « Je ne te complimenterais jamais assez »
    AZUSA : « Je suis désolé, mais je ne vais pas pouvoir, tu comprend ..ne? »

    Un petit soupir, et Ji Wook se rendit compte que la jeune femme tentait désespérément de se détacher de l'emprise qu'il avait sur elle. Et bien non, il ferait comme s'il ne sentait rien, comme s'il n'y avait rien de plus naturel que de vouloir établir un contact avec une personne comme elle. Ce à quoi il ne pouvait pas résister cependant, c'était à la ruse féminine. Question force il était évident qu'il la battait haut la main, mais il ne pensait pas qu'elle pouvait passer à un stade supérieur. Aussi lorsqu'elle cria qu'une poule à trois têtes était debout sur un âne, le danseur agit naturellement en détournant son regard, lâchant son emprise au passage. C'était plutôt vicieux. Le temps qu'il se rende compte de l'absurdité des propos d'Azusa, celle-ci avait déjà filé et il la vit courir sur ses hauts talons. Elle voulait le fuir tant que cela pour se permettre d'avancer si vite sur de telles chaussures ? Ji Wook eu un petit moment de faiblesse mais très rapidement il retrouva sa motivation et entama une course poursuite. Il avait beau être sportif, courir ça n'avait jamais été son truc. Il n'était pas lent, mais elle avec l'avance qu'elle avait pris, il n'était pas en mesure de la rattraper. Zut, et re zut hein. Ses jambes commençaient à partir sur les côtés, les efforts produits quelques heures plus tôt se faisaient sentir. Tant pis, qu'il souffre ou pas, il l'attraperait.

    JI WOOK : « Azusa attends ! »

    Quel idiot, il aurait mieux fait de garder sa respiration pour le reste de la course au lieu de parler bêtement. Ça ne servait à rien, comme si elle pouvait s'arrêter parce qu'il le lui demandait. Si elle était partie en courant c'est qu'elle ne voulait pas le voir après tout. Qu'il la supplie ou pas, ça n'aurait rien changé. Wookie reprit donc sa respiration et remarqua que la situation était en sa faveur. Manque de chance, l'esthéticienne avait tourné dans la mauvaise direction, elle était maintenant bloquée entre l'ascenseur et lui. Et détail important la machine était le point de s'en aller. Le coréen pensa donc qu'elle allait s'arrêter, mais non, elle continuait de courir. Allait-elle vraiment se glisser dedans avant qu'il ne s'en aille ? Visiblement oui. Pris d'un excès de folie, il accéléra et se jeta sur elle, entrant dans l'ascenseur quelques secondes avant que les portes ne se referment. Aïe. Il n'avait franchement pas prévu de s'étaler comme ça, il avait seulement eu dans l'idée de la pousser un peu mais le résultat était un plus violent. Il se releva pour se mettre accroupi, frottant son genou qui avait amorti sa chute et se pencha vers la jeune femme :

    JI WOOK : « Est-ce que ça va ? Tu t'es pas fait mal ? »

    Et avant qu'elle n'ai eu le temps de répondre, ils furent secoués par l'engin et tout le système s'arrêta. Hein ? Une panne, maintenant ?

    JI WOOK : « Euh.. Tu serais pas le remettre en marche par hasard ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 02/02/2010
Nombre de messages : 297
Né(e) le : 20/11/1987
Age : 29
Profession : Esthéticienne des Idols :o
Situation : Libre =3
Humeur : Frivole


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r:

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Lun 5 Avr 2010 - 15:57

    Non il n’est pas encore temps de gravir les marches du paradis. Avant que les mots ne prennent formes sur ses lèvres, avant même que toute autre action eu été faîte, après un moment de stupeur horrifié, Elle avait basculé dans le vide. Moins de quelques secondes après, on pouvait la voir, littéralement collée au sol, les débris de son portable éparpillé un peu partout. Elle tourna lentement sa tête qui lui semblait si lourde... Elle essayait de regarder du coin de l'œil ce qui était arrivé... sous l'effet de la surprise, elle n'avait même pas eu le temps de crier et voilà qu'une vive douleur s'insinuait partout dans ses membres. Rien à faire, elle ne pouvait pas bouger d'un pouce... Cela est dur à avouer, mais elle était désespérée, c'est parce qu'elle avait été une vilaine fille? Elle ferma les yeux, ses cils voilèrent les larmes qui commencer à poindre. Il fallait qu'elle bouge de là pour voir si tout ses membres fonctionnaient parfaitement. Il le fallait !Elle serra les dents en prévision à une prochaine douleur sourde puis se retourna avec difficulté pour se mettre sur le dos. Mais c'était pire qu'avant, Elle avait plus mal que jamais ! Elle cligna vivement des yeux et regarda vers le plafond pour ravaler ses larmes. Putain de journée...plafond à la con. Et voilà que la lune la narguait en souriant d'un air éphémère. C'était certes l'effet de son imagination, mais mal comme elle était, Elle avait l'impression d'avoir le monde à dos. Il avait suffit d’un moment d’inattention, une chute qui lui valut des séquelles, une blessure interne. L’envie d’hurler à plein poumons était présente, mais la douleur était si vive qu'elle en pleurait de rage. Sa main tremblotante essaya de décimer les débris de plastique pour reconstituer son cellulaire et ce fut la rencontre de ses doigts avec une substance gluante et collante. L’odeur du sang irradia ses narines et la fis basculer dans un gouffre béant où elle perdit conscience.

    Autumn Tale. C’est un conte qui se passe en Automne ; où les feuilles flétrissent et déchoient des arbres chutant au sol dans un tourbillon de couleurs chaudes. Les feuilles jaunies par l’automne et à la vieille de leur cycle, elles voletaient au gré du vent avant de s’écraser paisiblement sur le sol, puis se relever dans les airs par une brise aussi forte soit-elle engendré par le passage en trombe d’une voiture. Ce n’était pas une journée anodine, Azusa avait décidé de changer radicalement de cap : sortir avec Suk Hwan. Une voix résonnait dans sa tête, vous savez en écho, un peu comme votre conscience là. Elle ouvrit à nouveau les yeux, le front fermé, les sourcils froncés, elle regardait Ji Wook, penché sur elle, à s’inquiéter de son état. C’était gentil, mais à vrai dire non, elle n’allait pas très bien, avec le coup qu’elle venait de prendre, fallait al comprendre. Doucement, elle ne put s’empêcher de lui sourire pour tenter de le rassurer, elle ne parvenait pas à parler, peut-être le coup l’avait vraiment assommée. Pour tenta de se relever mais c’était peine perdue, elle soupira doucement d’impatience. Elle n’allait tout de même pas avoir besoin de joncher le sol de sa masse corporel tout de même ? A croire que la journée ne faisait que commencer, elle n’avait pas fini d’en voir de toute les couleurs. Alors que l’engin venait de secouer à nouveau, elle attrapa le jeune homme par le cou, pour le serrer contre elle, tellement fort qu’elle ne savait pas s’il étouffait ou non. Les yeux écarquillés, elle se rendit compte enfin de l’ampleur de la situation. Elle était coincé avec lui, à plus de 200 mètres du sol, dans un ascenseur, avec un coup à la tête.

    JI WOOKEst-ce que ça va ? Tu t'es pas fait mal ?
    AZUSA Ma tête …?!
    JI WOOKEuh.. Tu serais pas le remettre en marche par hasard ?
    AZUSAEuh non .. Ne me lâche pas, je t’en suppliiiiie !

    Supplia-t-elle avec précipitation. Lorsque le désespoir vous saisis, vous abandonnez toute résistance, morale ou discernement encore. Azusa était dans un état de peur intense, tel qu’elle ne pouvait plus le lâcher. Assise les fesses, elle lui serrait le cou avec tellement d’emprise, ses bras frêles encerclaient sa nuque tel les chiffons d’une poupée flasque. Les larmes commençaient à perler doucement de ces yeux, à croire que le coup l’avait complètement fait déraillé, ne s’était-elle pas dit qu’elle devait l’éviter, qu’elle devait sortir d’ici ? Mais quand la peur est plus forte que la conviction, lutter relève de l’impossible. Elle ferma les yeux avant de poser son front contre l’épaule du jeune homme, elle était à côté de ses pompes, il devait prendre ses responsabilités le petit, qu’il ne grimace pas, et reste silencieux. Ils étaient coincés, c’était affreux. L’ascenseur bougea violement à nouveau, la jeune japonaise ne put réprimer un gémissement tout en resserrant à nouveau son étreinte sur le coréen.

    AZUSAPourquoi tu m’as suivis enfin ..?

    Elle se mordit méchamment la lèvre afin d’empêcher sa voix de dérailler, cela ne ferait pas crédible, elle devait avoir réponse à quelques questions, pourquoi ..?

    AZUSAJe ne comprend pas, pourquoi es-tu ainsi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 25/11/2009
Nombre de messages : 880
Né(e) le : 25/06/1989
Age : 28
Profession : But atteint, I'm an IDOL ♥
Situation : Peut-être que Wookitch se casera un jour... Ou pas :D


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r: Vantard; Bavard; Blagueur; Joueur; Passionné; Avare; Casse-cou; Égoïste; Infidèle; Perfectionniste

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Jeu 8 Avr 2010 - 15:24

    Mais qu’est-ce que c’était que ça ? Lui Kang Ji Wook qui se retrouvait à courser une jeune femme. Oui courser, comme un stupide animal suivant son unique instinct, sans aucune once d’humanité ou de politesse. On pouvait imaginer la scène de deux façons, le mâle qui poursuit désespérément une femelle pour se reproduire, ou la bête sauvage traquant sa proie. Dans les deux cas, la situation n’était absolument pas à son avantage. Et vraiment, il ne se comprenait pas. Lui qui dégageait tellement d’élégance, lui qui était si patient, comment pouvait-il se retrouver dans un tel cas ? Peut-être une sur dose d’efforts qui lui avaient littéralement brûlé les neurones, mais non. En fait il avait beau réfléchir pendant sa course, il n’avait aucune raison valable pour continuer de courir. Pas de raison mais néanmoins cette incapacité à s’arrêter, comme s’il ne contrôlait plus rien chez lui, manipulé comme une simple marionnette par Dieu. Ce qui l’attendait sur la ligne d’arrivée ? Miura. Mais quelle façon indélicate de la courtiser, jamais il n’aurait pu croire qu’un jour il s’y prendrait ainsi. D’ailleurs elle aussi ne devait pas comprendre, il devait passer pour fou à lier. Mais dans le fond, est-ce qu’il ne l’était pas, fou je veux dire, à ce moment précis ?

    Oui, c’était le mot parfait pour décrire l’état d’esprit du jeune homme. Car quelle personne normalement constituée se serait jeter avec autant de violence sur une personne frêle, sans penser au danger et aux conséquences de cet acte . Et bien lui, encore une surprise qui le rendait si perplexe. Il l’avait senti comme ça, que se propulser sur elle à cet instant était la meilleure chose à faire, le dernier remède à son problème. Et finalement il n’avait pas eu si tord que cela, il avait désormais ce qu’il attendait depuis maintenant longtemps. Elle, lui, et personne d’autre. Ce qu’il n’avait cependant pas voulu c’était blesser sa belle esthéticienne. Non, faire du mal aux gens ce n’est pas dans ses habitudes, il ne faut pas lui en vouloir. Il fut tellement choqué qu’il ne se rendit pas compte immédiatement de la détresse de la jeune femme. Il la croyait simplement trop choquée aussi pour bouger, alors qu’elle venait de l’abandonner. Se perdant quelques instants dans un tout autre monde. Et merde. Le jeune homme se pencha aussi rapidement qu’il le put sur elle, dégageant les mèches de cheveux qui cachait son joli visage et l’examina en silence. Il le savait qu’il aurait du accepter de faire ce fameux stage de sauvetage quand son école lui avait proposé, mais non, monsieur avait considéré ça comme une perte de temps. Et bah bravo, si elle le lâchait maintenant, il ne pourrait s’en prendre qu’à lui-même. Enfin, ça n’était sûrement pas si grave que cela… n’est ce pas ? Complètement paniqué, Ji Wook se remit lorsqu’il vit les yeux de la jeune femme s’ouvrir. Et c’est en même temps qu’elle qu’il remarqua le sang qui coulait légèrement de sa tête. Et qui dit vue du sang, dit réaction idiote. Mais quelle idée de lui demander comment elle allait. Pouvait-elle aller bien ? A moins d’être masochiste, ce dont il doutait fort, cette hypothèse était à rayer. Et voilà que l’ascenseur s’arrêtait maintenant. Comme on dit, un malheur ne vient jamais seul.

    Le regard posé sur la plaque de boutons sur un des murs de l’ascenseur cherchant un moyen de faire fonctionner à nouveau la machine, Wookie sentit quelque chose le serrer au niveau de la gorge. C’était elle, elle qui l’avait rejeté quelques minutes plus tôt et qui était maintenant en train de le supplier de ne pas la lâcher. Le danseur soupira, et posa délicatement sa main sur le dos de la jeune femme, pour la rassurer et lui affirmer qu’il ne contait pas aggraver la situation d’une quelconque manière que ce soit.

    MIURA : «Pourquoi tu m’as suivis enfin ..? Je ne comprend pas, pourquoi es-tu ainsi ? »

    Ça alors, elle aussi se posait la question , et bien comme ça ils étaient deux à ne pas le comprendre. Ceci dit, c’était plus grave de ne pas réussir à se comprendre soi-même. Fallait-il l’inquiéter davantage ou inventer une excuse bidon ? A quoi bon, la franchise est ce qu’il y a de mieux.

    JI WOOK : « J’en sais rien, ce dont je suis certain par contre c’est que je ne peux pas résister à cette attraction. »

    Un ton posé, sans aucune trace de faiblesse mais toutefois manquant d’engouement. Machinalement, il approcha sa main du visage de la jeune femme et essuya une larme qui commençait à couler le long de sa joue. Les femmes qui pleurent sont belles, mais elles le sont encore plus quand elles sourient. Et là il avait vraiment envie de voir du bonheur sur ce somptueux visage qui s’offrait à lui.

    JI WOOK : « J’espère que tu m’en veux pas trop, de toute façon ça va être difficile de me faire la tête parce que je crois qu’on va rester enfermés ici encore un petit moment.. D’ailleurs on devrait trouver quelque chose pour passer le temps tu crois pas ? Voyons, on ne peut pas trop bouger et tu es blessée à la tête, une idée de jeu ? »

    En voilà une bonne question, qui amena finalement le jeune homme à réfléchir lui aussi. Elle l’avait interrogé et il lui avait répondu sincèrement, il pouvait donc lui aussi le faire ? Profitons et espérons.

    JI WOOK : « Pourquoi me fuir sans arrêt ? J’aimerais comprendre ce qui ne va pas, histoire de m’améliorer quoi .. » balança-t-il d'un ton plus décontracté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 02/02/2010
Nombre de messages : 297
Né(e) le : 20/11/1987
Age : 29
Profession : Esthéticienne des Idols :o
Situation : Libre =3
Humeur : Frivole


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r:

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Mar 13 Avr 2010 - 14:46

    Elle aurait dû prendre les escaliers, manifestement. Pourquoi fallait-il qu’elle soit tellement catégorique ? Qu’est-ce que ça peut lui faire au fond que Ji Wook, se laisse aller par les effluves du désir en souhaitant par-dessus tout la courtiser ? Ne devrait-elle pas se sentir ..comment dire.. Flatter ? Si, c’est grave. Bien sûr que oui qu’elle était flattée, voir même réciproque. Mais elle aurait pu le lui dire autrement. Trouver un ton plus conciliant. Si elle ne supportait pas, physiquement, que le jeune homme la torture alors que la situation est assez compliquée, elle doit le lui faire comprendre avec douceur. Dorénavant, elle lui dira les choses avec plus de conciliation. Alors qu’elle pensait que plus rien ne pouvait l’atteindre après le coup qu’elle venait de se prendre sur le crâne, avant même qu’elle ne puisse souffler ; La Nuit vient, noir pirate aux cieux d’or débarquant. Pouvait-elle donc imaginé qu’elle céderait sous la douleur, que la syncope arracherait son âme l’espace d’un instant, aussi infime soit-il avait mis le jeune homme dans un état de panique que la jeune femme put lire sur son visage alors qu’a son réveil, ce dernier l’examinait minutieusement.

    Et elle ne dit pas un mot : elle regarde toujours. Elle reconstruisait son visage, dans son esprit, brûlé par de belles fièvres. Et ses désirs brutaux s’accrochèrent à ses lèvres, chair ennemie, tentatrices et viles qu’elles étaient, c’était injuste, mais cruellement tentant. Et les voila qui se touchent en ce mouvement que l’on appelle communément « parler ». Elle avait le cœur sur la main, et la cervelle dans la lune. Attraction, mot qui s’entrechoquait dans son esprit, lames de sécateurs, meurtrières, ô violence. Non, stupide, non, Idiot ! Pourquoi fallait-il que ça soit si difficile ? Et voila que la situation agrémentait l’aspect tragique de la chose, alors qu’elle avait peur, il vint. Et venant, sa peur diminua. Le désarroi se lisait clairement sur son visage, la question est-elle : Est-ce seulement la situation qui la terrorise à ce point, ou bien la possibilité d’avoir à lui faire face ? Devoir le regard dans les yeux, lui parler, le toucher, l’écouter. Et son honnêteté vint la toucher en plein cœur, elle a cru mourir d’attendre sa réponse. Était-il encore temps d’atteindre son corps vivant et de baiser sur cette bouche, la naissance de la voix qui lui est chère ? L’incompréhension était telle qu’elle ne savait plus où donner de la tête, Azusa avait complètement perdue ses repères. Comprenait-il donc à quel point elle était désorientée ? Non, bien sûr que non. Comment pouvait-il le savoir, il ne cherchait qu’a attirer son attention, chose qu’elle ne faisait qu’attendre. Orgueil, indécise, elle tirait depuis peu une vanité incompréhensible, qui la poussait à balancer entre ses principes et ses envies. Il y a depuis peu chez notre adepte une indécision stupéfiante.

    JI WOOKJ’en sais rien, ce dont je suis certain par contre c’est que je ne peux pas résister à cette attraction.

    Elle ne comprenait rien. Mais pourquoi elle ? Pourquoi pas un beau mannequin, ou encore une des ces idoles là, les 2NE1 ? Ou elle ne savait pas qui d’autre. Qu’avait-elle donc de plus que ces beautés de la musique ? Elle n’avait rien pour rivaliser avec elles, de plus, ne serait-ce pas mieux pour lui s’il se trouvait une jolie fille qui partage son quotidien dans le monde du Showbiz? Après tout, Azusa ne fait que l’épiler. Enfin, elle n’a plus aucune raison de lui interdire le soin à son corps, puisqu’il était devenu Idol, il était donc sous sa responsabilité maintenant. C’était insensé, en quoi le fait d’avoir Azusa pour lui changera quelque chose ? Il peut avoir toute les filles qu’il veut maintenant, la renommée, le succès ne lui manquera plus, il ne manquera plus de rien, non ? L’étoile a pleuré rose au cœur de ses oreilles; La mer a perlé rousses à ses joues rapidement séché par la main de Ji Wook. Instinctivement, sans même s’en rendre compte, elle posa sa main frêle contre celle du jeune homme tout en fermant les yeux. Et peureuse, appréhendant déjà l’avenir, elle commençait déjà à regretter son geste, voulant retourner dans le temps pour vite l’effacer de l’ardoise du temps.

    JI WOOKJ’espère que tu m’en veux pas trop, de toute façon ça va être difficile de me faire la tête parce que je crois qu’on va rester enfermés ici encore un petit moment.. D’ailleurs on devrait trouver quelque chose pour passer le temps tu crois pas ? Voyons, on ne peut pas trop bouger et tu es blessée à la tête, une idée de jeu ?

    AZUSAMh..?

    Avant même qu’elle n’est put chercher un jeu à lui proposer, le voila qui la questionne à son tour. Question qui la força à réfléchir un tant soi peu avant de lui répondre, avec honnêteté comme elle se l’était promis.

    JI WOOKPourquoi me fuir sans arrêt ? J’aimerais comprendre ce qui ne va pas, histoire de m’améliorer quoi ..

    AZUSATu n’as pas à t’améliorer ..ça vient de moi..

    Elle déglutit avec difficulté avant de glisser ses doigts entre les siens, c’était presque désarmant pour la jeune japonaise, dire ce qu’elle avait sur le cœur, n’était pas un exercice qu’elle pratiquait quotidiennement. Doucement, elle pressa ses doigts contre la main de Ji Wook et se lança dans les eaux froides, et c’est la nage qui pourrait la sauver.

    AZUSATu es une Idol ! Je ne peux pas te tourner autour, malgré ..mon envie ! C’est affreux ce que tu me fais, et le pire c’est que tu t’en rend même pas compte. J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité, que mes bras habitués en étreignant ton ombre, à se croiser sur ma poitrine ne se plierait pas au contour de ton corps, peut-être. Et devant ton corps réel qui me hante, et me gouverne depuis mes nuits, je deviendrais une ombre sans doute, car tu es la nouvelle star que tout le monde attend Ji Wook ! Et je ne suis que ton esthéticienne, une pauvre esthéticienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 25/11/2009
Nombre de messages : 880
Né(e) le : 25/06/1989
Age : 28
Profession : But atteint, I'm an IDOL ♥
Situation : Peut-être que Wookitch se casera un jour... Ou pas :D


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r: Vantard; Bavard; Blagueur; Joueur; Passionné; Avare; Casse-cou; Égoïste; Infidèle; Perfectionniste

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Dim 18 Avr 2010 - 22:05

    Franchement, combien y avait-il de chances pour que Ji Wook et Azusa se retrouvent dans cet ascenseur parmi tant d’autre ? Dans ce seul ascenseur qui se retrouve bien rapidement en panne, et ce pour une durée qui leur était totalement inconnue. Cela paraissait si incroyable qu’on avait du mal à y croire. Eux qui passaient leur temps à se chercher mutuellement, comme un jeu du chat et de la souris, voilà qu’ils finissaient par être enfin confrontés l’un à l’autre. Sans échappatoire possible. Maintenant qu’ils étaient là, tous deux, ils avaient l’occasion de mettre les choses au clair. Parce qu’il fallait l’avouer, ce qu’il se passait entre eux était tout sauf clair. D’où pouvait bien venir cette attraction si puissante et incontrôlable ? Et pourquoi ce besoin incessant de fuir, de tourner autour du pot. Il fallait des réponses à toutes les questions, maintenant, alors qu’il n’y avait plus rien d’autre à faire. Mais y avait-il vraiment quelque chose de concret, de logique à dire de tout ça ? Est-ce que l’esthéticienne serait capable de lui expliquer cette habitude qu’elle avait de disparaitre lorsqu’il arrivait vers elle ? Comme lui-même se sentait en ce moment même incapable de lui dire pourquoi il la suivait sans arrêt. L’ambiance ici était bien trop étrange pour le garçon, c’était étouffant ? Je ne sais pas si le mot est juste, mais il ne sentait pas à l’aise. Loin de là. Ce n’est qu’un jeune homme plein d’entrain et de désir de s’amuser, il n’a pas besoin de se prendre ainsi la tête à un si jeune âge. S’il fuit les relations sérieuses c’est bien pour cela, pour éviter le situations trop complexes. Et puis de toute façon, pensait-il réellement que Azusa pouvait être ce qu’on pourrait dire, comme une une attirance différente, avec une fin se démarquant des autres ? Non. Le jeune coréen ne pouvait pas affirmer une chose pareille. Ce n’était que physique, un pur besoin de satisfaction accompagné d’une folie démentielle. Elle était jusqu’à maintenant la plus belle proie qu’il n’ai jamais eu à chasser. Et bien, cela pouvait peut-être entrer dans la liste des raisons d’une telle réaction de sa part. Une cible majestueuse et pourtant si inaccessible qui rendait son jeu bien plus excitant qu’il ne l’était d’habitude ? La piste n’était pas à écarter, cependant rien n’était sûr, il fallait plus de temps pour comprendre. Pas de réponse hâtive.

    C’était vraiment vague comme explication, et Wookie s’en excusa fortement. Il n’aurait lui-même pas apprécier recevoir une réponse pareille. Mais il ne pouvait pas faire autrement, elle allait devoir s’en contenter. Ils avaient encore du temps devant eux, quelque chose de plus clair viendrait peut-être par la suite. Mais pas pour le moment, toujours ce flou inquiétant et pourtant si attirant. Et puis il n’y avait pas que elle qui voulait comprendre son attitude. Lui aussi se posait des questions, et si jusqu’à maintenant il n’avait jamais eu l’occasion de les poser, il comptait fortement profiter du moment présent. Sa blessure ne semblait pas grave, le sang s’étant arrêté de couler, il pouvait se permettre de déranger sa tranquillité. Le cou toujours entouré des bras frêles de la jeune femme, Ji Wook plongea son regard brillant dans les yeux encore humides dû aux larmes d’Azusa et inspira avant toute parole. Il n’aimait pas le ton sérieux qu’il s’apprêtait à utiliser, ça ne lui ressemblait pas, mais tant pis, il devait le faire.

    JI WOOK : «Pourquoi me fuir sans arrêt ? J’aimerais comprendre ce qui ne va pas, histoire de m’améliorer quoi .. »
    AZUSA : «Tu n’as pas à t’améliorer ..ça vient de moi.. »


    En temps normal, Ji Wook aurait été envahi d’une vague de fierté à la simple entente d’une telle phrase. Il aurait été ravi de savoir qu’il n’avait rien à se rapprocher, ce qui signifiait donc que ce qu’il faisait était parfait, ou presque. Mais là ça ne l’enchantait pas tant que cela. La fin de la phrase était trop intrigante pour se déconcentrer et se lancer des fleurs. Azusa était au moins consciente du fait qu’elle était celle des deux à toujours reculer. Mais ça ne suffisait pas, ça il le savait déjà, il lui fallait plus. Son rythme cardiaque accéléra lorsqu’il sentit la main de son interlocutrice prendre la sienne. Il détourna son regard un instant, observant leurs doigts s’entremêler. Il avait réellement besoin de plus que cela. Il le fallait.

    AZUSA : « Tu es une Idol ! Je ne peux pas te tourner autour, malgré ..mon envie ! C’est affreux ce que tu me fais, et le pire c’est que tu t’en rend même pas compte. J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité, que mes bras habitués en étreignant ton ombre, à se croiser sur ma poitrine ne se plierait pas au contour de ton corps, peut-être. Et devant ton corps réel qui me hante, et me gouverne depuis mes nuits, je deviendrais une ombre sans doute, car tu es la nouvelle star que tout le monde attend Ji Wook ! Et je ne suis que ton esthéticienne, une pauvre esthéticienne. »

    Les femmes sont stupides, oui elles sont vraiment trop idiotes. Il n’y a qu’elles pour se compliquer ainsi la vie. Elle venait de lui avouer qu’elle aussi se sentait diablement attiré par lui. Et qu’est ce qu’il l’empêchait de répondre à ses avances ? Son statut d’idole, statut d’ailleurs tout nouveau, qui était survenu bien après leur rencontre. C’était une excuse ridicule qui ne méritait pas de leur gâcher tous les deux la vie. Il avait envie d’elle, elle avait envie de lui, où était le problème ? Nulle part, il n’y avait aucun soucis. Ji Wook se sentit énervé, puis soulagé de savoir que finalement tout cela n’était pas si dramatique que ça en avait l’air.

    Dirigé par son instinct, par le chant de son cœur, Ji Wook encadra le visage d’Azusa de ses deux mains viriles et approcha rapidement son visage du siens. Elle ne devait pas avoir le temps de réagir. Ses lèvres se posèrent alors sur les siennes, si délicates comme il l’avait imaginé. Il avait enfin réussi. Des frissons, du plaisir. Il espérait réellement qu’elle ne le jette pas, c’était si bon. Il n’était pas le genre de garçon à agir comme un parfait sauvage, se jetant bestialement sur une conquête sans prendre d’abord son temps, mais là il ne pouvait vraiment pas se contenir. Et si ce que disait Azusa était vrai, elle ne devrait sûrement pas pouvoir résister non plus. A cet appel excitant. Ne voyant aucun rejet immédiat, le danseur se permit d’embrasser langoureusement l’esthéticienne, glissant ses mains jusqu’à arriver à sa taille pour finalement l’obliger doucement à se pencher sur le sol. Tandis qu’une main posé sur le sol frais de l’ascenseur lui permettait de tenir, l’autre continuait de descendre sur les formes plus qu’alléchantes d’Azusa. Quand l’air lui manqua enfin, Wookie se permit de s’écarter un instant de ses lèvres, en profitant au passage pour murmurer quelques paroles suppliantes d’une voix d’une détresse sensuelle.

    JI WOOK : « Arrêtons ce jeu, je n’en peux plus d’attendre. Azusa. Je me fiche d’être une idol alors que tu n’es qu’une esthéticienne. Je te veux, c’est tout. »

    Sur ce, il ne se remit pas à l’embrasser. Il attendait maintenant un signe, quelque chose de la part de la jeune femme qui pouvait lui confirmer qu’ils pouvaient maintenant continuer, et vivre ce qu’ils attendaient tous les deux avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 02/02/2010
Nombre de messages : 297
Né(e) le : 20/11/1987
Age : 29
Profession : Esthéticienne des Idols :o
Situation : Libre =3
Humeur : Frivole


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r:

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Ven 23 Avr 2010 - 21:05

    C’était presque insensé. Azusa avait presque envie de croire que ça ne pouvait pas être réel, que c’était trop ..beau ? Non, le mot n’était pas exact, mais c’était irréel. Décidément impossible, et pourtant c’était la réalité, cela se passait sous ses yeux, sous son nez. Elle avait presque envie de cesser cette mascarade, que le rideau pourpre de minuit se lève, que la comédie cesse. Car au fond, tout ça, ce petit jeu de "J’te cherche, attrape-moi, ah mince!" ; Est-ce que c’était sérieux ? Bien sûr que non, c’était presque puéril, elle l’admet, mais elle n’avait pas pu faire autrement. Après tout, comment aurait-elle pu réagir face à cette situation qui se présentait à elle. En fait, pour les gens qui ne la connaisse pas, Azusa peut paraitre comme une jeune femme modérée, mais c’est quelque chose qui n’est pas innée. Elle s’efforce de ne pas se ‘lâcher ‘ dirons-nous. Eh oui, anciennement croqueuse d’homme, notre japonaise a pris de bonne résolution depuis un bon moment. Et Ji Wook était un peu le poison qui coule dans ses veines, le fruit défendu qu’une divinité suprême avait prohibé d’y goûter. Il était la Tentation incarnée, ce n’était pas un compliment, il était un peu le fils de la Luxure, il était dangereux pour elle. Il lui était tout simplement néfaste, car il avait, par un simple regard, fait tomber les plans de Zazu à l’eau. Elle ne savait pas ce qui la retenait, elle mourrait d’envie de le ruer de coup, tous plus douloureux que mortels. Qu’il souffre, pour qu’il comprenne à quel point il est vil et cruellement attirant. Elle avait beau le maudire de tout son être et de toute son âme, elle ne faisait que le désirer un peu plus et c’était bien là, le gros problème. Car après tout, comment résister et rejeter l’être désiré s’il s’agit de le blesser ? Si la seule chose à lui donner est juste du sexe, comment le lui refuser ? Ca devait de plus en plus intenable, résister la Tentation était un exercice dès plus difficile, et surtout tout nouveau. Depuis quand devait-elle résister à ses pulsions ? Depuis qu’elle avait clairement compris qu’elle en avait marre de tomber sur des mecs qui la prennent pour un trou ambulant, désolé, mais c’était ça.

    Et parce que la situation prenait une tournure des plus inattendue, la confession était au rendez-vous. Le ton sérieux qu’elle devait prendre était presque pesant, joyeuse de nature, il était rare de la voir avec autant de retenu pour ne pas sourire, ou encore éclater de rire. Quand la joie de vivre teintait ses joues, il était clair que la ranger au placard n’était pas mince affaire. Et puis que je te touche mon Chou, et que tu me caresse, et vlam c’est partie. Ironie quand tu nous tiens, parce que Dr House est la Bible du cynisme, il est clair que le danger était de plus en plus palpable. Oui, elle se prenait la tête, il lui prenait la tête, ça lui prenait la tête. Et puis le voila qui devient une Idol, tant mieux pour lui, mais merde pour elle. Et n’avait clairement pas trop aimé l’article du journal, et voila qu’on la regardait de travers dans les couloirs, elle n’en avait que faire, mais putain de merde quoi !

    Avant même qu’elle puisse entendre son cœur rebattre à nouveau, le voila qui fait un soubresaut. Ji Wook, l’idole la plus attendue du moment, venait de poser ses lèvres, aussi douces soit-elles sur les siennes. Dans une stupeur horrifié, elle écarquilla les yeux, elle ne sentait même plus sa respiration, elle était tétanisée. Oui, prise par surprise, agréablement surprise à vrai dire. Et comme elle l’avait clairement avoué, elle était dans l’incapacité de lui résister, dans n’importe quelle proportion. Et alors qu’elle jetait les armes, elle darda doucement sa langue pour venir titiller celle du brun, dans un baiser doux. Ce n’était pas un baiser bestial, pressant, mais doux et délicat. Elle l’embrassait pour la première fois, et elle savait d’or et déjà qu’elle était accro à ses lèvres. C’était clairement injuste ce qu’il venait de faire, mais cruellement bon. Elle prolongea autant qu’elle pu le baiser qu’elle échangeait avec Ji Wook, jusqu’à ce que son cœur lâche, où elle se stoppa en même temps que lui. Il était décidément sans pitié.

    JI WOOKArrêtons ce jeu, je n’en peux plus d’attendre. Azusa. Je me fiche d’être une idol alors que tu n’es qu’une esthéticienne. Je te veux, c’est tout.


    Mais de quel jeu ? Oui, tout ça n’était pas sérieux, heureuse qu’il s’en aperçoive, mais bordel, où voulait-il en venir ? Marre de quoi ? Attendre quoi ? Alors qu’elle recueillait ce léger goût sucré qu’il avait laissé sur ses lèvres, Azusa sentit son visage de durcir et ses yeux lancer un regard froid. Elle ne saurait pas l’expliquer, mais ce qu’il venait de lui dire l’énervait particulièrement. Peut-être parce qu’elle venait de comprendre qu’il n’était pas si différent des autres, elle qui avait espéré l’extraire du panier de la ménagère, c’était raté ?

    AZUSAAttendre ? Mais attendre quoi ? Qu’est-ce que tu attends donc de moi Ji Wook, hein ? Que puis-je pour toi ..? Je crois savoir, tu ne veux que ce qui t’arrange, et tu n’es tout simplement pas habitué à ce qu’on te dise non. Tu es un peu comme les enfants gâtées, et si je te dis non, que va-t-il se passer ? Je suis curieuse de voir cela ..

    Et sur ces mots, elle détourna légèrement le regard sur le côté. Non, elle n’avait pas honte de ce qu’elle venait de dire, à vrai dire, elle assumait entièrement ce que ses paroles engendrerait comme réaction chez le jeune homme, mais elle voulait tout de même que ça soit clair et net avec lui. Elle soupira puis reposa son regard sur lui, le visage neutre cette fois-ci, plus blasée qu’autre chose.

    AZUSA
    Je ne suis pas idiote, et si c’est ce que tu souhaites, je te l’offrirai. Mais devant moi, jure le moi que tu en assumeras les conséquences. Ce ne sera pas quelque chose de régulier, ça ne se vis qu’une seule fois, alors profites bien, et ne regrette pas ton acte. Mais je te préviens, ça s’appelle un coup d’un soir, donc ne reviens plus sonner à ma porte, car sur moi tu t’es trompée, je ne suis pas une catin. Si t’en cherche vraiment une, dis le honnêtement, et je m’extraie de tes bras. Et puis je te dis un gros "Va te faire foutre".

    Décidément, elle n’arrivait pas à avoir honte, c’était du Azusa tout craché. Elle espérait que le message soit passé, après tout c’était à lui de voir. La balle était dans son camp.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 25/11/2009
Nombre de messages : 880
Né(e) le : 25/06/1989
Age : 28
Profession : But atteint, I'm an IDOL ♥
Situation : Peut-être que Wookitch se casera un jour... Ou pas :D


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r: Vantard; Bavard; Blagueur; Joueur; Passionné; Avare; Casse-cou; Égoïste; Infidèle; Perfectionniste

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Sam 24 Avr 2010 - 17:31

    On commence par se croiser par hasard dans les couloirs, on se sourit gentiment. Puis la deuxième fois on commence à observer l’autre, à remarquer son charme, à faire attention à ce qu’il porte, ce qu’il dit, ce qu’il fait. Plus on le revoit et plus on se dit que le hasard n’y est pour rien, que tout était forcément calculé. Vient ensuite le moment où on attend patiemment d’être quinze heures dans ce couloir précis pour recroiser cette personne particulière. On essaie de deviner ce qu’elle va porter, si elle sera de bonne ou de mauvaise humeur. Et un jour on se décide à aller l’accoster, mais tout n’est pas comme dans les histoires à l’eau de rose, le coup de foudre et les petits cœurs qui volent un peu partout ça n’existe pas. Attiser la flamme chez l’autre n’est pas si simple qu’on pouvait l’espérer. Et ça devient de plus en plus prenant, cette attente, ce désir de séduire l’autre. Pourtant, quand cet instant arrive enfin, on commence à se dire que c’est fini, qu’on est tranquille, qu’on peut à nouveau respirer. Mais non, c’est encore trop compliqué pour se terminer si rapidement. La vie est compliquée, l’esprit humain l’est tout autant, et celui d’Azusa ne faisait pas exception.

    AZUSA : « Attendre ? Mais attendre quoi ? Qu’est-ce que tu attends donc de moi Ji Wook, hein ? Que puis-je pour toi ..? Je crois savoir, tu ne veux que ce qui t’arrange, et tu n’es tout simplement pas habitué à ce qu’on te dise non. Tu es un peu comme les enfants gâtées, et si je te dis non, que va-t-il se passer ? Je suis curieuse de voir cela … »

    S’il c’était attendu à une telle réaction tiens. Ji Wook écarquilla les yeux, bouche bée devant une réponse semblable. Il n’avait ressenti aucun refus lorsqu’il s’était emparé des lèvres de la jeune femme, ni même lorsqu’il l’avait délicatement allongée et maintenant, alors qu’il venait de lui avouer sa façon de ressentir les choses, elle le rejetait presque. Il n’avait absolument pas l’habitude de se faire crier dessus de la sorte, encore moins par une femme qu’il désirait aussi ardemment qu’Azusa. Il ne comprenait vraiment pas ce qui se passait dans sa tête. Lorsqu’il tenta de se remémorer ses paroles, il ne trouva rien de blessant, aucun élément capable de changer l’ambiance qui régnait à peine une minute plus tôt. Il bloqua alors sur les derniers mots qu’il avait prononcés ‘je te veux’. Ça ne pouvait être que ça, en y réfléchissant mieux. Mais bon sang, pourquoi le prenait-elle si mal ? Il n’avait mis dans ces mots aucune supériorité, aucun mépris, rien de péjoratif. Merde. Il n’avait pas besoin qu’on lui fasse la morale, il n’était plus un gosse.

    AZUSA : « Je ne suis pas idiote, et si c’est ce que tu souhaites, je te l’offrirai. Mais devant moi, jure le moi que tu en assumeras les conséquences. Ce ne sera pas quelque chose de régulier, ça ne se vis qu’une seule fois, alors profites bien, et ne regrette pas ton acte. Mais je te préviens, ça s’appelle un coup d’un soir, donc ne reviens plus sonner à ma porte, car sur moi tu t’es trompée, je ne suis pas une catin. Si t’en cherche vraiment une, dis le honnêtement, et je m’extraie de tes bras. Et puis je te dis un gros "Va te faire foutre" »

    Alors c’était bien ça. Ce petit ‘je te veux’ qui avait lancé l’esthéticienne dans un état pareil. Elle s’était elle-même considérée comme une femme objet en entendant ces mots, sous entendu qui ne serait jamais, ô grand jamais venu à l’esprit de Wookie. Il avait eu raison d’affirmer que toutes étaient pareilles, toutes aussi idiotes les une que les autres. Avec cet éternel besoin de trouver une raison de souffrir, même s’il était nécessaire d’en inventer une. Comme si cela pouvait les réconforter, de se dire que les hommes étaient de toute façon tous les même. Tous des gros sal*uds sans cœur, ne pensant qu’à une chose : leur faire mal. Les yeux avant brillants du danseur avaient eux aussi perdu de leur éclat depuis la petite scène de la jeune femme. Il était à la fois énervé et blessé par de tels propos. Si bien que sa main gauche quitta la taille d’Azusa, et que doucement il se releva, la laissant à demie-allongée. Elle pouvait très bien se soulever toute seule. Toujours sous le choc, il s’éloigna un peu, arrivant finalement contre le mur de l’ascenseur où il posa brutalement son dos. Après avoir laissé échapper un soupir, il passa sa main dans son épaisse chevelure noire et resta toujours aussi silencieux. Une ou deux minutes avaient du s’écouler depuis qu’elle l’avait délicatement prévenu qu’elle risquait de l’envoyer se faire ‘cuire un œuf’ pour être polie. Le silence devenait pesant, et garder ses pensées pour lui n’était plus supportable. Les genoux relevés vers son corps, la main toujours dans les cheveux, il posa son regard dans les yeux froids de son interlocutrice et se décida enfin à lui donner une réponse.

    JI WOOK : « Je ne t’ai jamais vu comme telle. Je suis pas comme ça tu sais. C’est vrai, je suis plutôt facile comme gars mais ça ne fait pas de moi un être cruel qui ne veut que sauter et repartir. Ce genre de chose n’arrive que lorsque l’occasion s’y prête, avec des filles qui ont la même vision des choses. Je suis vexé que tu puisses penser que je t’ai uniquement considéré comme un petit jouet, comme ce gosse pourri gâté le voudrait. C’est vrai, je n’aime pas perdre, mais pourquoi toujours voir ça du mauvais côté ? Ce que je voulais te faire comprendre c’est que je n’arrive absolument pas à te résister, c’est incontrôlable. Ce n’est pas que j’ai besoin de tirer mon coup comme tu peux le penser, c’est juste que toute cette tension s’évapore quand je t’ai enfin dans mes bras. » Il marqua une petite pause, reprenant sa respiration puis reprit avec un ton plus calme et hésitant. « Franchement, je suis paumé… Je trouvais ça plutôt excitant de me sentir piégé comme ça par une femme mais si c’est pour me prendre ces paroles dans la figure c’est pas la peine. »

    Ça faisait un bien fou de se libérer, elle n’était pas la seule à en détenir le droit après tout. A la seule différence, que lui ne s’était pas permis de l’insulter. De toute façon il n’en avait pas envie, il n’était pas du genre vulgaire, à s’énerver bêtement sur les gens. Comme si cela pouvait arranger les choses. Non, là ils devaient être tous les deux sérieux et sincères s’ils désiraient vraiment résoudre le problème et ce une bonne fois pour toute. Et avant qu’elle ne puisse réagir à ce flots de paroles qu’il avait libéré, Ji Wook s’avança à nouveau vers elle, le visage dur, et captura ses deux mains entre les siennes.

    JI WOOK : « Si tu persistes à croire que je suis comme ça, il vaudrait mieux qu’on s’arrête là et qu'on se demmerde pour faire démarrer cet ascenseur. »

    Retour à l’envoyeur, prends soin de la balle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 02/02/2010
Nombre de messages : 297
Né(e) le : 20/11/1987
Age : 29
Profession : Esthéticienne des Idols :o
Situation : Libre =3
Humeur : Frivole


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r:

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Sam 24 Avr 2010 - 20:46

    Petite fille fragile. Dans chaque geste, chaque regard et chaque parole. Tout en elle respirait ce besoin de protection permanente. Parce qu’elle était capable de tout donner pour ceux qui ne le méritaient pas toujours, elle avait toujours ignoré la façon de se protéger elle-même des aléas de la vie. Parce que les blessures qui peuvent paraître les plus superficielles sont les plus profondes. Ce n’était qu’une larme, aussi amer soit-elle, c’était la concrétisation d’une notion abstraite qui prenait une forme concrète. La tristesse. Cela pourrait paraître stupide, mais Azusa n’en avait que faire, elle avait souffert, qui n’a jamais connu sa première déception amoureuse, ne ? ‘Oh que je t’aime mon Bébé, sincèrement. Et que je te donne des espoirs, oh merde, j’en aime une autre, allez ..bye?’ Mais merde quoi, elle en avait bavé, elle avait peur de subir à nouveau cette humiliation, car oui, malgré le chagrin, son orgueil en avait pris un sacré coup.

    Peser le pour et le contre ? A quoi bon, elle avait lâché son venin avant d’ordonner à son cerveau de retenir ses paroles. Oui c’était blessant, oui elle était injuste, oui elle le savait tout ça, elle n’avait pas pu s’en empêcher, c’était plus fort qu’elle. Le blesser pour se protéger soi-même, que c’est égoïste, elle en était consciente, mais elle avait beaucoup trop peur, se mordre les doigts, ça devenait laçant. Devenir presque antipathique n’était pas bien compliquée, elle ne cherchait pas à se faire haïr. Après tout, il était clair que Ji Wook ne devait certainement comprendre sa réaction, c’était normal. Elle soupira, puis l’épia discrètement, vu son visage figé, ce n’était pas le moment de tenter une explication. Ce qu’elle venait de faire n’était pas très gentil, soit. Il était si mystérieux, qu’elle n’arrivait pas à voir ses intentions, qu’il ne l’en veuille pas si elle le juge mal, après elle ne le connait pas du tout.

    JI WOOKJe ne t’ai jamais vu comme telle. Je suis pas comme ça tu sais. C’est vrai, je suis plutôt facile comme gars mais ça ne fait pas de moi un être cruel qui ne veut que sauter et repartir. Ce genre de chose n’arrive que lorsque l’occasion s’y prête, avec des filles qui ont la même vision des choses. Je suis vexé que tu puisses penser que je t’ai uniquement considéré comme un petit jouet, comme ce gosse pourri gâté le voudrait. C’est vrai, je n’aime pas perdre, mais pourquoi toujours voir ça du mauvais côté ? Ce que je voulais te faire comprendre c’est que je n’arrive absolument pas à te résister, c’est incontrôlable. Ce n’est pas que j’ai besoin de tirer mon coup comme tu peux le penser, c’est juste que toute cette tension s’évapore quand je t’ai enfin dans mes bras. Franchement, je suis paumé… Je trouvais ça plutôt excitant de me sentir piégé comme ça par une femme mais si c’est pour me prendre ces paroles dans la figure c’est pas la peine.

    Mais bien sûr qu’elle savait qu’elle était un peu en tord, et malgré cela, elle ne put réprimer son roulement des yeux. Il était énervé, évidemment. Elle se mordit discrètement les joues pour retenir à nouveau une réflexion désobligeante, il ne la connaissait pas comme ça, mais ils ne se connaissaient pas au fond. Elle ne le retint pas lorsqu’il s’échappa de cette étreinte fanée, qui n’avait plus lieu d’être. Alors que chacun gardait le silence, un ange passa. Elle se releva pour s’assoir à son tour face au jeune homme, à l’opposé de l’ascenseur, après tout, pourquoi vouloir être proche de lui ? Elle enfouit sa tête dans ses bras, et ferma les yeux. Insondable, c’était ça le gros soucis, elle n’arrivait pas à comprendre les intentions du jeune homme, si ce n’était pas qu’un coup à tirer, c’était quoi alors ?

    JI WOOKSi tu persistes à croire que je suis comme ça, il vaudrait mieux qu’on s’arrête là et qu'on se démerde pour faire démarrer cet ascenseur.


    Tressautant, elle ne pouvait contenir le tressautement de ses lèvres qui réagissait face à l’assaut des larmes qui coulaient de ses yeux. Les yeux rivés vers les mains qui encerclaient les siennes, Azusa renifla doucement. Avec les mains liées, elle ne pouvait pas faire grand-chose à vrai dire. Elle posa son regard embué vers le jeune homme, en se pinçant les lèvres pour retenir un sanglot, pleurnicharde ? Dieu que non, mais toute cette pression qu’elle venait d’accumuler se devait de sortir par les brèches.

    AZUSAC’est vrai, ça ?

    Alors qu’elle voulait continuer de parler, sa voix s’entrecoupa avant même qu’elle n’ait pu finir sa phrase. Presque avec désespoir, elle le serra contre elle, fourrant une main dans ses cheveux et l’autre contre sa nuque qu’elle caressa doucement. Elle déglutit avec difficulté avant de balbutier maladroitement :

    AZUSADis moi que tu ne te joues pas de moi, comme les autres, jure le moi ? Tu ne vas pas m’humilier, s’il te plaît ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 25/11/2009
Nombre de messages : 880
Né(e) le : 25/06/1989
Age : 28
Profession : But atteint, I'm an IDOL ♥
Situation : Peut-être que Wookitch se casera un jour... Ou pas :D


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r: Vantard; Bavard; Blagueur; Joueur; Passionné; Avare; Casse-cou; Égoïste; Infidèle; Perfectionniste

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Lun 26 Avr 2010 - 22:12

    Qu’on ne vienne pas se demander pourquoi certains hommes agissent comme Ji Wook, fuyant sans cesse toute relation bien trop sérieuse et une quelconque présence d’amour. Quand on voit à quel point les sentiments, aussi incompris soient-ils, peuvent être compliqués ça en devient compréhensible. Il ne refusait pas spécialement de tomber amoureux, la seule chose qu’il évitait soigneusement au contraire c’était le conflit, les problèmes. Et c’était ce à quoi il avait maintenant à faire, alors que rien n’était clairement engagé entre Azusa et lui. Quand il eut fini de déballer son discours qui lui avait presque couper le souffle, il ressentit quelque chose qu’il avait déjà connu une fois. La peur. Mais est-ce que les choses évolueraient-elles de la même façon que cette fameuse dernière fois ? Allait-il encore fuir bêtement une relation trop sérieuse pour lui ? Parce que si l’esthéticienne agissait de la sorte avec lui, c’était bien parce qu’elle espérait plus qu'une simple relation d'un soir. Oui, dans le fond, est-ce qu’il était réellement prêt à affronter sa peur de la relation durable pour elle ? Il est vrai qu’elle provoquait chez lui quelque chose de bien étrange, de différent, de puissant, mais est-ce qu’il en était au moins capable ? Visiblement il n’était pas le seul à se poser la question ici.

    AZUSA : « Dis moi que tu ne te joues pas de moi, comme les autres, jure le moi ? Tu ne vas pas m’humilier, s’il te plaît ? »

    Cette rencontre inattendue commençait vraiment à tourner au mélodrame. Et cet ascenseur si étroit, sans air frais, grand Dieu cette situation l’empêchait d’y voir clair. Comme si la chaleur ne suffisait pas, il fallut en plus que son crâne ne se mette à le faire souffrir, voilà tout ce que ces sentiments inconnus provoquaient chez lui. De la confusion, de l’appréhension et des douleurs. Ce n’était sûrement pas le même genre de souffrance dont pouvait parler son interlocutrice à ce moment. Avoir mal au cœur pouri quelqu’un, est-ce que cela lui était seulement arrivé une fois dans sa vie ? Non, bien évidement. Sa lâcheté l’en avait sauvé. Mais était-ce réellement mieux ? Il n’était pas encore prêt à le savoir. Il se sentait en ce moment même dans l’incapacité de donner une réponse claire et précise à Azusa. Bien sûr que non qu’il ne souhaitait pas la faire souffrir, et pour toutes celles à qui il avait pu briser le cœur ça n’avait jamais été volontaire, mais il ne pouvait pas se permettre de jurer une telle chose. Il ne pouvait pas être certain de ne pas fuir à nouveau tôt ou tard. Et pourtant, il avait envie d’essayer. C’était parfois bon de croire en quelque chose après tout, et cette fois-ci il donnait son entière confiance en Dieu. Qu’il soit avec lui et qu’il puisse lui permettre d’y voir plus facilement.

    JI WOOK : « Je ne veux pas te faire de mal. »

    Sa réponse n’était certes pas très précise comme le laissait entendre la question de la jeune femme mais c’était tout ce dont il était capable. Il ne voulait pas mentir pour ça, et il avait dit ceci avec la plus grande franchise du monde. Et désormais il se sentait gêné, la colère l’avait abandonné, ce n’était vraiment pas dans ses habitudes de vivre ça. Elle s’était remise à pleurer en plus de cela, non vraiment tout ça ne lui plaisait guère et il se sentait bien mal à l’aise. Finalement, il se décida à libérer ses mains de son emprise et se gratta la tempe d’un air totalement perdu.

    JI WOOK : « Qu’est-ce que je peux faire pour que tu arrêtes de pleurer ? »

    Par exemple, que penses-tu d’un baiser passionné et d’une étreinte chaleureuse ? Parce que vraiment, il ne désirait que cela mais afin d’éviter tout nouveau problème il ne s’avança pas. Azusa était une grande fille, elle savait ce qu’elle voulait, il lui avait tendu une perche, maintenant c’était à elle de décider de la suite des événements.

    JI WOOK : « En plus j'ai pas de mouchoir alors... »

    Voilà qui cassait légèrement l'ambiance tendue mais ce n'était pas forcément plus mal. Un peu de paroles futiles et ordinaires ne feraient sûrement pas de mal. Rien qu'à lui ça lui faisait de bien, de pouvoir dire quelque chose sans devoir réfléchir avant et sans craindre les répercutions que cela pouvait avoir. En parlant de mouchoir c'était impossible de se prendre à nouveau tout un tas de critiques dans la figures ! Non vraiment aucune crise ne pouvait être déclenchée par une constatation si peu intéressante. Enfin, avec les filles il pouvait toujours s'attendre à tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 02/02/2010
Nombre de messages : 297
Né(e) le : 20/11/1987
Age : 29
Profession : Esthéticienne des Idols :o
Situation : Libre =3
Humeur : Frivole


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r:

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Mar 27 Avr 2010 - 11:32

    Elle n'avait jamais beaucoup réfléchie à la manière dont elle allait réagir si elle devait se retrouver devant Ji Wook -même si ces derniers mois, elle avait eu toutes les raisons de le faire- mais elle n'aurait pas imaginé que ça se passerait ainsi. Haletante, elle fixait les yeux noirs du prédateur, à l'autre bout de d‘étroite cage d‘ascenseur. Il lui rendit son regard avec dureté. C'était sûrement une bonne façon d'en terminer. Noble, pourrait-on dire. Ça devrait compter en sa faveur. Si elle n'avait pas commis l'erreur de contrarier le jeune homme en lui balançant de l‘acide afin de pouvoir jaillir son bouclier, elle ne se serait pas retrouvée dans cette situation, elle en avait conscience. Pourtant, aussi terrifiée qu'elle fut, elle n'arrivait pas à regretter ce moment de détresse ultime. Quand la vie nous fait un don d'un rêve qui a dépassé vos espérances, il serait déraisonnable de pleurer sur les actes présents agrémentant le songe. Ce fut avec le sourire feutré, voir même quasi inexistant que le chasseur s'approcha pour l‘attraper entre ses mains. Quelque part au loin, dans les tréfonds de son cœur, une jeune femme hurla. On aurait dit qu'elle était prise au piège d'un cauchemar terrifiant, un de ceux où l'on est forcé de fuir, de courir jusqu'à ce que les poumons donnent l'impression d'exploser, sans que l'on réussisse pourtant à bouger assez vite. Elle ne cavalerai pas pour sauver sa peau mais quelque chose d'infiniment plus précieux. Sa propre survie ne pesait rien du tout à ses yeux, ce jour-là. Elle avait eu plus que son compte d'expériences mortifères, phénomène auquel on ne s'habitue pas. Il semblait cependant inévitable qu'elle affronte de nouveau cette situation. A croire qu'elle était marquée du sceau de la catastrophe. Elle avait beau y avoir échappé à maintes reprises, elle ne cessait de revenir à elle. Pour autant, cette dois différait beaucoup des précédentes. Il est possible de fuir celui que l'on craint, de lutter contre celui que l'on hait. Elle savait réagir face à ce genre de tueurs -montres et ennemis-. Lorsqu'on adore son assassin, on n'a plus le choix, cependant. Car comment fuir et lutter si cela signifie blesser l'aimé ? Si la vie est la seule chose à lui donner, comment la lui refuser ? Quand on l'aime vraiment ? Car échouant, elle perdait tout désir d'exister. Deux futurs, deux âmes sœurs ... C'était trop pour une seule et même personne. Malheureusement, elle ne pouvaient coexister et elle avait eu tort de tenter de les y contraindre.

    JI WOOKJe ne veux pas te faire de mal.

    Elle était sûre à quatre vint dix neuf virgule neuf pour cent de dérailler. La raison de sa certitude ? Premièrement, elle se tenait avachit contre le mur de l’ascenseur, les mains bloquées par celles de Ji Wook, qui l’observait dans les yeux attendant sûrement une quelconque réaction de sa part. Mais après tout que pouvait-elle lui répondre à cela? D’accord, elle avait merdé, avec brio si je puis dire. Mais une peur est une peur, et lorsqu’elle reprend vie devant vos yeux, appelez moi si vous êtes capable de la combattre, j’ai hâte de voir cela. Non, trêve de plaisanterie; Azusa avait une peur bleue de s’engager dans une quelconque relation sans savoir si elle était sur la même longueur d’onde avec la personne. Explication ? Ji Wook était pour elle, un mystère vivant, un drôle de spécimen, ses réactions, ses envies, ses pulsions étaient presque inanalysables, elle n’arrivait pas à ses cerner ses motivations : coup d’un soir, plus que ça ? Voila pourquoi elle se mettait dans tous ses états. Voyons cela comme une qualité -ou défaut selon le point de vue- comme les autres : ses relations amicales, sexuelles ou autres étaient toujours claires et opaques. Et là, c’était loin d’être le cas …

    JI WOOKQu’est-ce que je peux faire pour que tu arrêtes de pleurer ?

    C’était comme si sa voix venait de l’extraire des méandres de ses pensées. Perdue, elle releva ses yeux pour croiser celui d’une jeune homme embarrassé. Elle ne put réprimer un sourire amusé avant de s’essuyer les yeux du revers de la main. Ses larmes avaient été intarissable, immuable ce que vous voulez, et maintenant qu’elle en avait conscience, il était clairement aisé de stopper ce flot. Elle lui adressa un sourire d’excuse, c’était vraiment pas agréable d’avoir une personne qui pleure devant vous, sans savoir quoi faire pour la calmer.

    JI WOOKEn plus j'ai pas de mouchoir alors...
    AZUSAAlors embrasse moi, Idiot ..!

    Inconstante ! Azusa en avait conscience qu’elle l’était. Un jour elle lui fait comprendre qu’eux deux est inconcevable, et le lendemain elle ne veut que de lui. Lui malmener le cœur n’était certainement pas l’une de ses machinations au contraire. Elle se savait parfaitement affligée par les tourments de la chair, la passion de la luxure que lui inspirait Ji Wook la rongeait de l’intérieur. Elle n’avait qu’a fermer les yeux pour se remémorer leur premier baiser. Elle l’avait embrassé encore et encore, avidement, comme quelqu’un qui boit de l’eau fraîche après une longue journée sèche. Prenant son visage entre ses mains, elle se rapprocha de lui, assez lentement pour s’excuser de sa sauvagerie d’auparavant, et elle l’embrassa d’un baiser d’abord léger comme un murmure, puis de manière plus osée, plus passionnée. Elle s’efforça d’être délicate, mais la tâche ne fut pas facile sous l’assaut des émotions, qui l’empêchait de penser de manière cohérente. Elle eut l’impression qu’elle ne l’avait encore jamais embrassé, que ceci était leur premier baiser. Et en vérité, elle ne l’avait jamais embrassé ainsi. Elle fut traversé par une bouffée de culpabilité. Sûrement, elle était en train de rompre toutes les règles qu’elle s’était fixé. Sa respiration s’accéléra aussi vite que lorsqu’on court à toute vitesse un deux cent mètres. Presque naturellement, comme pour effacer l’interruption du baiser, elle s’allongea doucement sur lui, l’invitant à en faire de même afin de de le coller au sol de l’ascenseur. Alors qu’elle le surplombait, elle décolla sa bouche des lèvres ennemies, pour venir la déposer au creux de son cou, y déposant une nuée de baiser. Lentement, doucement, elle fit glisser ses mains en dessous de son tee-shirt de sport. Altruiste, patience Azusa. Pour se consoler, elle caressa doucement le torse du brun avant de lui susurrer au creux de l’oreille.

    AZUSA Ne crois pas que cela m’amuse d’avoir peur.. Ce désir est tellement ardant, que ça fait presque peur, je n’y peut rien, tu sais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 25/11/2009
Nombre de messages : 880
Né(e) le : 25/06/1989
Age : 28
Profession : But atteint, I'm an IDOL ♥
Situation : Peut-être que Wookitch se casera un jour... Ou pas :D


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r: Vantard; Bavard; Blagueur; Joueur; Passionné; Avare; Casse-cou; Égoïste; Infidèle; Perfectionniste

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Mar 27 Avr 2010 - 22:12

    Et bien, tout le monde pouvait se mettre d’accord sur le fait que se trouver en compagnie d’une fille – ou d’une femme, mais peu importe ça ne change pas beaucoup – était une des pires chose qui soit. C’en était si atroce que Ji Wook était capable de préférer se priver de toute relation charnelle pendant une semaine – ce qui était plutôt difficile pour lui il fallait l’avouer – plutôt que de devoir supporter cela. La première fois qu’il avait assisté à un tel massacre, il n’avait pas pu s’en remettre avant des jours. Sa petite amie au collège n’avait pas vraiment supporté leur rupture et l’avait assailli de coups insignifiants tout en hurlant et pleurant toutes les larmes de son corps. Et ce n’était rien comparé à celle qu’il avait trompé – enfin, une de celles pour être plus exacte – au lycée. C’était vraiment effrayant de se retrouver face à cela. Se dire qu’on est la cause de tant de souffrance, et pourtant être dans l’incapacité de faire quelque chose pour que tout s’arrête. Enfin si, toutes ces fois il aurait été capable de mettre fin à ces flots de larmes, mais il se serait alors menti à lui-même, et à elles également. Blesser leur égo l’espace d’un instant, ainsi que leur cœur ou continuer de leur faire croire que la flamme continuait de subsister entre eux ? Bien évidement, il valait mieux la souffrance de courte durée. Et même si c’était son choix, il ne supportait toujours pas ça. Alors lorsqu’il se rendit compte qu’Azusa ne pouvait contenir les siennes, qui coulaient, encore et encore, il ne se sentit que mal à l’aise, encore un peu plus qu’il ne l’était déjà. Cependant, il fut chanceux car lorsqu’il lui demanda gentiment comment il pouvait l’aider, celle-ci s’arrêta d’elle-même. Il eut même le droit de recevoir un joli sourire comme elle les faisait si bien. Voilà qui était bien, un plaisir pour les yeux. Mais ce geste n’était pas ce qui était le mieux à cet instant même. Ce que l’esthéticienne lui proposa étant tellement plus ingénieux que l’idée du mouchoir.

    AZUSA : « Alors embrasse moi, Idiot ..! »

    Son cerveau ne prêta aucune attention à la discrète insulte qui ponctua la fin de sa phrase, tant le début lui fit plaisir. Ce fut alors à son tour d’illuminer son visage d’un sourire radieux envers la jeune femme. L’ambiance tendue tourna bien rapidement en quelque chose de plus doux, de sensuel et d’affreusement tentant. Oui, la Tentation même semblait être présente dans l’ascenseur, guidant avec perversion chacun des deux esprits. Elle avait beau vouloir lui résister, elle assumait désormais pleinement ses désirs et ce n’était pas pour déplaire au coréen. Elle ne serait sûrement pas déçue, bien entendu qu’il allait l’embrasser. Et même plus si elle le lui permettait. Mais avant qu’il n’ai le temps d’agir, elle prit les commandes et s’avança vers lui pour venir capturer ses lèvres ô combien pulpeuses. Les siennes étaient réellement douces, tout comme la façon qu’elle avait d’embrasser. Une sensation étrange s’en dégageait, comme si son cœur était séparé entre une passion violente et une danse sensuelle. Il aimait ça, vraiment, c’était indescriptible. Lorsqu’elle décolla sa bouche de la sienne, il sentit comme un vide dans ses poumons, n’attendant qu’une chose qu’elle revienne à lui. Est-ce qu’il pouvait décrire cela comme une drogue ? Si on prenait la définition c’était bien cela, quelque chose dont on ne peut se passer. Et oui, il venait de croquer au fruit défendu si cruellement tendu par le serpent. Et maintenant, la luxure allait s’abattre sur lui, sur elle, sur ces deux êtres hypnotisés par les pouvoirs d’un élément si mystérieux.

    AZUSA : « Ne crois pas que cela m’amuse d’avoir peur.. Ce désir est tellement ardant, que ça fait presque peur, je n’y peut rien, tu sais ? »

    Le souffle qu’elle provoqua au creux de son oreille le fit tressaillir, tout comme le faisait ses habiles caresses sur son torse. C’était une belle femme, elle semblait avoir vécu beaucoup de choses, ce n’était pas étonnant qu’elle agisse avec autant de certitude. Elle savait si prendre et cela aussi ça lui plaisait. C’était peut-être pour cela que Ji Wook avait toujours eu une légère préférence pour les femmes plus âgées que lui. Une grande expérience, quelque chose que les jeunes filles n’étaient pas encore capables d’offrir. Rien n’est plus agréable que l’étreinte sincère d’une femme qui a souffert. Et c’était ce que l’esthéticienne lui donnait en ce moment même. A son tour, le danseur se permit de promener ses mains sur les jolies courbes de la jeune femme. Il n’y avait pas à dire, la nature l’avait fortement bien gâtée. Une silhouette parfaite, à en faire rêver plus d’un. Et pour le moment, c’était son tour de rêver, et si les choses se passaient bien, il serait en mesure de rêver encore longtemps. Même si les baisers qu’elle lui déposait dans le cou lui plaisait, ses lèvres commençaient d’or et déjà à souffrir de l’absence des siennes. Et comme un enfant sans défense, il vint les réclamer, sentant la chaleur monter en lui. Sans prévenir, il se décida à prendre le dessus et fit pivoter Azusa pour se retrouver sur elle. L’embrassant toujours, il remonta ses mains viriles jusqu’au bas de son haut rouge qu’il fit remonter avec agilité. Il avait l’habitude maintenant. Il fut cependant obligé de quitter ses lèvres durant quelques secondes afin de pouvoir retirer intégralement l’habit de la jeune femme. L’espace d’un instant, il se contenta de l’admirer avec une douceur exquise dans les yeux puis à nouveau il plongea dans la tourmente que lui provoquait ses baisers. Puis doucement il descendit ses lèvres, effleurant son cou, baisant sensuellement le creux de sa poitrine, et continuant de descendre ses baisers au niveau de son nombril.

    JI WOOK : « Si tu souhaites changer d’avis c’est le moment ou jamais parce que je ne pourrais plus me contrôler tu sais… »

    Voilà qui était clair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 02/02/2010
Nombre de messages : 297
Né(e) le : 20/11/1987
Age : 29
Profession : Esthéticienne des Idols :o
Situation : Libre =3
Humeur : Frivole


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r:

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Mer 28 Avr 2010 - 18:07

    Il était vraisemblablement clair que notre très chère prenait un plaisir l’embrasser pour mieux l’entraver dans ses bras. Le faire réagir, le faire céder sous les flots du désir, qu‘il ne puisse pas s‘échapper de son étreinte, n’importe quel homme normalement constitué finiraient par succomber à la tentation. Un fruit interdit ? Certes, mais une fois qu’on y goûte, on ne peut plus s’en passer. Quel plaisir quand vos sens sont en éveils, votre sang à ébullition tout comme sentir s’emballer dans une valse somptueuse. C’était toute ces sensations qu’elle voulait lui faire croquer à plein dent, il lui dira merci le temps voulu … Alors qu’elle lui quémandait un baiser, sans même lui laisser le temps de répliquer ou même souffler, voyant qu’il ne répondait pas à sa supplique, elle vint s’emparer de l’objet de ses désirs. Elle l’avait doucement empoigné par la chemise pour qu‘il se penche vers le sol à son tour. Tentant tant bien que mal de réprimer son petit sourire en coin, elle se mit doucement à califourchon sur lui pour finir par s’allonger de tout son long. A croire que tout cela était innée, elle avait toujours su quoi faire dans ce genre de situation, au point qu’on la qualifiait d’expérimentée. Compliment qui était bien sûr une superlatif, juste qu’elle ne faisait que suivre ses pulsions qui du moins, restaient lucides alors que sa conscience ne l’était moins. Et cette sensation si grisante lors de l’acte qu’elle savait qu’elle éclaterai de plaisir. Et dans cette cadence corporelle, elle n’aurai pas honte de se mettre à haleter comme une pauvre brebis ; Et elle comprit avec une fascination ravie que pour la première fois alors qu’un homme allait lui faire l’amour, elle perdrai tout contrôle. Et son plaisir s’apaisera un peu comme des arbres à la tempête après l’orage. Plus une rêverie qu’une sorte de sommeil. C’est en songeant à cela qu’un doux sourire forgea sa place sur ses lèvres pleines ;

    Oh oui, elle pouvait rêver l‘espace d‘un instant. Et malgré cela, elle ne parvenait plus à en regretter son acte avec le jeune homme, c’était devenu comme une passion ardente immuable. Elle pouvait se sentir heureuse d’être sans ses bras. Presque touchée de le voir perdu, il ne faisait que gesticuler, le voila donc notre ami Le Manque. Il ne pouvait le nier, ça se voyait comme de l’e au de roche, il était devenu additif à ses baisers, à tout ? Ah, bon dieu, ce qu'elle en avait envie de lui : Et pourtant, il ne fallait pas qu'elle aille trop vite en besogne. La maîtrise de soi, c'était ça la clé de voûte de la réussite en ce moment précis. La japonaise ne voulait pas être précoce, ni même profiter toute seule du plaisir que procurait un rapport sexuel ; non, elle voulait que Ji Wook perde toute notion du temps lui aussi. C'était un challenge, certes : il avait eu tellement d'amantes qu'il y avait très peu de chances que, jusqu'ici, il n'ait jamais été réellement satisfait. Du moins, sexuellement parlant. Inspirant profondément, elle donna le courage de résister au plaisir, de braver les vagues futures d'adrénaline et d'envie, de tenir jusqu'au bout. Elle voulait que son partenaire se cambre, le souffle coupé, sur son corps brûlant. Qu'il resserre ses doigts dans ses cheveux en roulant des yeux, qu'il ne sache vraiment plus où donner de la tête lui aussi.

    JI WOOKSi tu souhaites changer d’avis c’est le moment ou jamais parce que je ne pourrais plus me contrôler tu sais…

    AZUSA Allons-y alors …

    Ses poils s'hérissèrent sous les multiples frissons qui la parcoururent alors que le jeune homme venait reprendre avec détresse ses lèvres dans un baiser langoureux, alors qu’elle s’enivrait de cela, il la bascula pour reprendre les rennes en main. Un petit rire s’échappa de sa gorge, mais se fendit parfaitement dans la valse de leur baiser. Les minutes défilèrent donc, durant lesquelles les baisers se suivirent de près comme les caresses. Lui caressant doucement son torse, elle resserra doucement ses jambes contre lui comme pour renforcer doucement son étreinte et ne faire plus qu’un avec lui. Elle fut forcer de décoller lentement ses lèvres humides de celles du coréen alors qu‘il lui ôtait de son haut rouge, elle ne s’arrêtait non pas pour reprendre son souffle mais pour pourvoir l'admirer ; oui, c'est vrai que Ji Wook était une créature réellement ravissante. Il n'était pas étonnant qu'il ait autant de conquêtes sur son tableau de chasse ! Elle devait avoir l'air ridicule en ce moment, à le détailler de ses yeux bruns, avec douceur et envie, et sans doute avec un sentiment un peu plus profond qu'elle espérait ne pas se refléter sur son visage. De l'amour ? Bien sûr que non. Mais elle avait au moins de la tendresse pour lui, c'était certain. Secouant légèrement la tête pour passer à autre chose, elle se redressa sur ses coudes pour venir prendre délicatement les lèvres du jeune homme une nouvelle fois alors que ce dernier aussi se baissait vers elle, ne pouvant à présent plus se séparer de ce petit goût sucré qu'elles avaient. Elle frissonna un peu plus sentant les lèvres du danseur se balader furtivement sur son corps, descendant doucement vers son ventre. Elle contracta son bas ventre, se mordant méchamment la lèvre inférieur en prévision à une éventuelle montée de chaleur qui risquerait de faire déferler un florilège de sensation précoce dirons nous. Sa main, posée sur le bas ventre de l'asiatique, remonta alors, animée par quelques désirs, sur son torse pour empoigner doucement son tee-shirt de sport pour l’ôter doucement. Elle se sépara un instant de ses lèvres avant de se débarrasser de ce shirt qu’elle balança à côté du sien. Plongeant son regard dans le sien, elle lui offrit un sourire radieux avant de passer une main dans ses cheveux, alors que la seconde restait accolée à son torse. Mieux ne valait pas parler. Et pourtant, elle en avait envie ; mais non. Ji Wook ne devait désirer qu'une chose : qu‘elle l‘embrasse au plus vite. Ou pas ; ah, et puis elle n'en savait rien après tout, basta ! Réfléchir était une chose douloureuse et particulièrement énervante en ce moment, alors elle ferait abstraction de tout ceci. Là, ses sens prendraient le dessus. Levant ses yeux foncés nappés de désir vers son partenaire, elle accentua la pression qu'elle faisait sur ses jambes pour encercler son bassin entre ses jambes, avant de venir cueillir à nouveau ses lèvres, Dieu que c’était bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 25/11/2009
Nombre de messages : 880
Né(e) le : 25/06/1989
Age : 28
Profession : But atteint, I'm an IDOL ♥
Situation : Peut-être que Wookitch se casera un jour... Ou pas :D


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r: Vantard; Bavard; Blagueur; Joueur; Passionné; Avare; Casse-cou; Égoïste; Infidèle; Perfectionniste

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Lun 10 Mai 2010 - 22:17

    AZUSA : « Allons-y alors … »

    Pour certains cette courte phrase que venait de prononcer Azusa n’était que la succession de mots, trois simples mots, et pourtant, pour Ji Wook elle signifiait beaucoup. Même si ses baisers et ses caresses en disaient long sur ses désirs, le jeune homme savait que trop bien à quel point l’esprit féminin pouvait être compliqué. A savoir qu’elle était capable de vouloir sans réellement être capable de le faire le moment venu, trop préoccupée par des pensées compliquées ou trop apeurée aussi. Et même si il était vrai que les relations charnelles étaient pour lui une vraie partie de plaisir, il n’allait jamais jusqu’à forcer, si on peut dire, une fille à le suivre. C’était tout bonnement ridicule d’y penser. Une once de crainte dans le regard et il s’arrêtait, bien plus préoccupé par l’état de la demoiselle que par le gamin en éveil dans son pantalon. Il pouvait toujours attendre. Mais là, il avait eu l’ultime autorisation, la clé lui donnant la permission de s’envoler au septième ciel en compagnie de la japonaise. Et comme il le lui avait dit quelques secondes plus tôt c’était maintenant trop tard pour faire demi-tour, la raison lui était devenue totalement inconnue désormais.

    Tandis que ses lèvres pulpeuses goutaient avec avidité la chair parfumée de l’esthéticienne, Wookie sentit les jambes de celle-ci se fermer autour de son bassin, l’emprisonnant, éveillant ses sens plus qu’ils ne l’étaient déjà. Le sang commençait à bouillir dans ses veines et tant de proximité entre leurs deux corps si chauds augmentait dangereusement son rythme cardiaque. Ce fut à son tour de perdre son haut, laissant apparaitre un torse bien taillé et ce qu’on appelait un parfait pack de six. Ce n’était pas de la chance ça, ce corps il ne le devait qu’au travail cherché qu’il fournissait durant ses heures de danse et de musculation. Même si cet entretien poussé qu’il faisait de son corps était en partie pour plaire, il servait à l’origine au bien du jeune homme. C’est toujours bon d’être bien dans son corps. Il ne fut donc pas étonné quand il sentit le regard admiratif d’Azusa sur lui lorsqu’il se retrouva torse nu, mais il ne fit aucun commentaire, il se contenta simplement de sourire intérieurement. Il n’était généralement pas bien bavard durant ces moments là, sa concentration était centrée sur tout autre chose. Il continua donc de l’embrasser, encore et encore, sans qu’aucune lassitude n’interfère. Mais lorsqu’il sentit l’étreinte des jambes de la jeune femme se faire encore plus puissante, le danseur ne put retenir son désir plus longtemps. Les mains toujours aussi délicate, il souleva son bassin et déboutonna en un rien de temps son jean qui l’obligea encore une fois à se séparer d’elle. Le vêtement enlevé, il le jeta sans vraiment de soin aux côtés de leurs hauts et se recolla comme il l’était un instant plus tôt. La voir si peu vêtu était un peu comme la cerise sur le gâteau, le détail qui fait définitivement briser la résistance. A son plus grand regret, il fut néanmoins forcé de se libérer à nouveau de l’emprisonnement d’Azusa pour pouvoir agir librement. A savoir retirer son bas de jogging qui allait certainement plus le gêner qu’autre chose bien sûr… Trouvant alors qu’il n’avait pas savourer les lèvres de la demoiselle depuis longtemps, il revint à ses côtés et l’encercla. Là, dans ses bras, elle ne pouvait plus partir, il ne voulait pas qu’elle parte maintenant. Il était si bien. La chaleur de son corps contre le siens était si agréable. Enroulé autour d’elle, il reprit le contrôle d’une de ses mains qu’il fit glisser le long de son corps pour arriver enfin à son basin. Là il se permit de venir caresser son entre-jambe pour finalement retirer le dessous qu’il lui restait. Il ne savait pas très bien où il l’avait envoyé mais qu’importe. A nouveau il se retrouva au dessus d’elle, aussi dépourvu de tissus qu’il le pouvait.

    Vint alors le moment de ne faire qu’un, le moment tant attendu, le moment de découvrir un autre monde avec l’autre dans l’intimité la plus grande qui soit. Il n’allait généralement pas si vite en besogne mais cette fois-ci était différente des autres. De plus, il ne fallait pas oublier qu’ils se trouvaient dans un ascenseur, certes bloqué entre deux étages, mais dans un ascenseur. Rien ne pouvait confirmer qu’il n’allait pas bientôt se remettre en marche, les coupant alors dans leur étreinte, il ne fallait donc pas s’attarder autant qu’il pouvait le vouloir. Et même si il était quelque peu contrarié par cela, il savait qu’il aurait d’autres occasions de profiter d’elle. Il vint même à penser qu’il n’était pas seuls, dans un bâtiment aussi important que la JRM il était fort probable que des caméras aient été installées ici. C’était plutôt excitant, il n’était pas exhibitionniste mais il ne craignait en aucun cas le regard des autres tant qu’il ne s’affichait pas volontairement. Si c’était réellement le cas, les détails ne devaient de toute façon pas être vus, la qualité de telles caméras n’étant pas extrêmement minutieuse. Quoi qu’il arrive, il n’avait pas le temps de penser à cela. La danse frénétique que leurs corps empruntait désormais était bien plus importante, si enivrante. Ayant l’habitude des efforts physiques, il ne se trouva pas le souffle coupé mais les battements de son cœur commençaient eux à augmenter. Il avait beau avoir l’habitude, cette sensation le déstabilisait toujours autant. Il plongea ses yeux dans ceux d’Azusa tant qu’il le pouvait encore, voulant observer leur brillance et le plaisir qui s’en dégageait puis quand la tension fut trop forte, il dut les fermer. Leur danse n’allait pas s’arrêter tout de suite, il devait donc se contrôler, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 02/02/2010
Nombre de messages : 297
Né(e) le : 20/11/1987
Age : 29
Profession : Esthéticienne des Idols :o
Situation : Libre =3
Humeur : Frivole


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r:

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Mar 11 Mai 2010 - 10:14

    Les minutes défilèrent donc, durant lesquelles les baisers se suivirent de près comme les caresses. Elle vit alors le jeune danseur s’éloigner d’elle en enlevant son bas, puis s'attaquant au sien, leurs corps se retrouvant soudainement dévêtus mais encore plus brûlants que précédemment. De plus, le contact des bassins attisait le désir qui gouvernait les deux asiatiques, les obligeant à se chercher toujours plus. Azusa aurait pu parier que le soleil était déjà levé et s'amusait à les viser avec ses rayons, mais ce n'était pas le cas ; et pourtant, la chaleur était étouffante, à tel point que certaines de ses mèches se collaient déjà à son front tandis qu'on lui reprenait avec envie et douceur ses lèvres pulpeuse. Bon sang, elle avait tellement soif de contacts, elle ne pouvait plus se passer de son goût, de la complicité qui naissait entre eux et bien évidemment du souffle du sexe opposé contre sa poitrine. Pourquoi cacher un si beau corps ? La vue était tout simplement magnifique, songea t-elle en relevant ses yeux noirs vers Ji Wook. En effet l’exercice, des efforts avait taillés leurs noms sur la carrure musculaire du jeune homme. Si elle s’attendait à ça ? Non, à vrai dire, elle n’avait fait attention à son physique. Grave erreur, me direz-vous ? Ou encore stupidité ? Vous avez tord, elle se prouvait du moins qu’elle ne jugeait pas sur le physique ses futurs conquêtes, c’était rassurant non ? Quoiqu’il en soit, elle trouvait le chanteur sublime. Mais particulièrement en ce moment, où il est clairement dépendant du plaisir et de l'envie qui le gouvernent. Azusa espérait juste, secrètement, que toutes les femmes qui le voyaient comme un Dieu n'avaient pas eu la chance de le voir ainsi. Une chose était sûre, la japonaise n'oublierait pas cette vision de si tôt. Une opinion qu’elle omettrai devant lui.

    My God, I‘m praying You. Return to me Salvation.


    Alors que la chaleur commençait à vraiment l'étouffer, elle revint sur elle cueillir ses lèvres dans un baiser qui est censé faire diversion. Cependant, elle le laisserait faire ; il était hors de question qu'elle l’arrête tout à cause d'un haussement de température qui en réalité ne concernait que son corps. Et celui de son partenaire, constata t-elle de nouveau alors qu'il décidait enfin de passer à la vitesse supérieure : Il venait d’entamer l’acte sexuelle. Se sentant prise au piège, sa première réaction fut de vouloir s'échapper de cette étreinte... mais la perspective de posséder son partenaire était alléchante, d'autant plus qu'il semblait espérer et désirer la même chose.Toutes ses barrières s'affaissaient, se consumaient alors que son envie et son désir brûlaient tout sur leur passage, ne laissant qu'une sensation intense de passion. Une envolée de bulles tout comme l’envolée de sa réticence marquant son fort désir de le posséder rien que pour elle. Des caresses toutes plus délicates les unes que les autres, faisant grandir en elle une flamme de ferveur qui la consumait de l’intérieur l’enivrant dans un sentiment de luxure intense. Une peur horrible l’avait envahie autant qu’une envie profonde d’être avec lui, tout devenait paradoxale dans sa tête, elle était elle-même perdue mais savait pertinemment que tout pourrait se finir du jour au lendemain et rien qu’à cette idée, elle avait peur. Elle demandait peut être trop de choses, mais était ce mal de vouloir profiter de ce moment aussi infime soit-il ? Plus aucunes barrières ne pouvait se dresser face à sa flamme du désir qui brûlait en elle, juste pouvoir profiter de son amant, plus rien ne l’importait. Ni les éventuelles caméras, ni le fait qu’on pouvait les voir, plus rien.

    Sentant les douces lèvres de Ji Wook s’entraver des siennes, elle caressa son dos musclé, son propre corps se courbant doucement vers l’arrière sous la possession d’une nouvelle sensation. Cette danse débutait, elle le sentait bouger en elle, et elle aurait pu en être la cavalière durant un bon moment. Mais était-il réellement en position de force ? En ce moment, Azusa en doutait. Combien de temps allait-elle tenir ainsi ? Sans avoir la respiration coupée lorsque son cœur battrait un peu trop vite ou, au contraire, manquerait quelques battements ? Elle n'attendait que ça, un signe de faiblesse de sa part. Voyant qu’il venait de fermer les yeux alors qu’il l’observait quelques secondes auparavant, elle en vint à la conclusion qu’il était en perpétuel lutte avec son fort intérieur. Un sourire attendri se fendit sur son visage, alors qu’elle posa sa main contre sa joue tout en reprenant possession de ses lèvres. Oui, elle avait conscience que ça devait être dur pour lui, mais qu’importe, elle n’allait pas le laisser dans la moise comme on dit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 25/11/2009
Nombre de messages : 880
Né(e) le : 25/06/1989
Age : 28
Profession : But atteint, I'm an IDOL ♥
Situation : Peut-être que Wookitch se casera un jour... Ou pas :D


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r: Vantard; Bavard; Blagueur; Joueur; Passionné; Avare; Casse-cou; Égoïste; Infidèle; Perfectionniste

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Dim 16 Mai 2010 - 22:17

    Baby turn around, and let me see that sexy body, go bump bump bump. Observer les courbes généreuses d’Azusa avait beau être un spectacle des plus magnifique, il relevait d’un effort considérable à ce moment même. L’envie ne manquait pas, loin de là, mais à un tel stade il devenait difficile pour le jeune homme de rester entièrement conscient et concentré. Quoi qu’il était particulièrement appliqué dans la tâche qu’il accomplissait désormais, répétant avec minutie ses mouvements habiles de bassin, mais disons que son esprit n’était plus vraiment là. C’était bien la chose qui l’avait sûrement le plus étonné la première fois qu’il avait vécu cela. Cette sensation d’être séparé, l’âme s’élevant petit à petit, laissant le corps en action sur Terre. Ce n’était qu’après avoir vécu cela qu’on pouvait réellement comprendre le sens de l’expression s’envoler au septième ciel. Et chaque fois, Ji Wook réapprenait avec joie la définition de cette phrase bien courante. Il était donc normal qu’il ne puisse pas rester admiratif trop longtemps, mais bientôt ce même désir de l’admirer n’allait plus exister, plus rien n’allait germer dans son esprit, parce que là, son cerveau ne commandait plus rien. Cette danse n’était guidée que par les battements de son cœur.

    Veillant à adopter les bonnes postures pour ne pas se fatiguer trop rapidement, Wookie n’avait plus aucune notion du temps. Depuis combien de minutes le jeu avait-il commencé ? Vraiment, il n’en savait trop rien. Et peu importait de toute façon. Ce qu’il savait cependant c’est qu’il arrivait à sa fin. Avant d’en terminer toutefois, il fit en sorte de rendre la cadence plus performante qu’il ne le pouvait pour combler Azusa à son maximum. Et enfin il sentit son cœur le lâcher l’espace de quelques secondes, ses mouvements s’arrêtant doucement, sa position cambrée se relâchant peu à peu. Un soupir d’aise s’échappa de sa bouche tandis qu’il se pencha à nouveau sur la jeune femme, venant coincer son visage au creux de son cou. Elle devait certainement sentir le souffle chaud qui sortait dès à présent de ses lèvres, comme si la température de leurs deux corps n’était pas assez élevée qu’il ne le fallait. Quand ses membres se remirent enfin de ce qu’il venait d’éprouver, pas plus d’une minute plus tard, il releva légèrement sa tête pour venir déposer un tendre baiser sur les lèvres humides de l’esthéticienne.

    Ce ne fut qu’au moment de retrouver l’entière possession de son corps, se libérant donc de celui d’Azusa, que Ji Wook se rendit compte de son erreur. Aucun d’eux deux ne s’étaient protégés, chose qu’il faisait automatiquement d’ordinaire, mais le problème fut bientôt réglé lorsqu’il pensa qu’il n’avait dans tous les cas rien sur lui. A vrai dire, il aurait été étrange qu’il se promène avec cela pour aller à ses répétitions avec une simple amie. Il ne pouvait pas savoir qu’une telle rencontre allait arriver. Soit, il était trop tard maintenant. Azusa était une femme intelligente, elle devait probablement prendre les précautions nécessaire, il n’y avait donc aucune raison de s’inquiéter et de gâcher ce beau moment. Après s’être emparé de son boxer qu’il enfila rapidement, le danseur attrapa également les dessous de la jeune femme qu’il lui tendit avec un sourire charmeur.

    JI WOOK : « J’aurais apprécié rester plus longtemps à tes côtés sans que tu ne portes ça mais on ne sait jamais, si quelqu’un venait à redémarrer l’ascenseur. Mieux vaut être prudent »

    Son ton était à la fois serein et amusé, il prouvait néanmoins l’état d’esprit du jeune homme. Il était heureux et se sentait réellement bien à cet instant précis. Il attendit quelques secondes qu’elle ne mette ses sous-vêtements et quand se fut fait, il vint se coller à elle pour l’embrasser à nouveau. Non, il n’était pas du genre à s’éclipser pour boire ou fumer une cigarette – de toutes façons il ne fumait pas - après avoir fait l’amour. Il n’avait pas beaucoup d’échappatoire non plus, mais bon, il fallait savoir qu’il aurait agit de la sorte où qu’ils soient. Leur étreinte terminée, il s’assit en tailleur, regardant Azusa avec tendresse.

    JI WOOK : « On devrait peut-être même se rhabiller tout court, non ? »

    Et parce que Wookie ne peut pas se passer de blagues vaseuses bien longtemps, il se permit de lâcher une petite plaisanterie vaniteuse.

    JI WOOK : « A moins que tu ne veuilles admirer mon corps plus longtemps ? »

    Sur ce, il souleva Azusa pour la plaquer contre un de murs de l’ascenseur. Le regard plongé dans ses beaux yeux noirs, il souriait, attendant une quelconque réaction de sa part.


    (J'adore ton avatar ♥️)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 02/02/2010
Nombre de messages : 297
Né(e) le : 20/11/1987
Age : 29
Profession : Esthéticienne des Idols :o
Situation : Libre =3
Humeur : Frivole


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r:

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Ven 21 Mai 2010 - 20:50

    Un soubresaut d’agonie lui saisit la poitrine, elle avait atteint son paroxysme de plaisir. Du moins, elle était sur la bonne voie pour ressentir cette allégresse que lui prodiguait Ji Wook. Car oui, s’envoler était théoriquement impossible. Mais c’était dans cette action corporelle aussi naturelle que manger, que les deux adultes s’était envolés au septième ciel, qu’on dit. A croire que c’était dans les moments les plus inattendus qu’on obtient gain de cause. Et c’était presque avec étonnement qu’elle se voyait clairement gouvernée par ses pulsions, dans lesquelles la raison n’avait plus sa place. A vrai dire, cela lui faisait mal de réfléchir, ça faisait genre « celle-qui-pense-à-autre-chose-alors-que-Ji-Wook-lui-fait-l’amour », vous voyez l’idée ? Ca fait genre distraite, genre le mec qui est tellement peu performant qu’elle peut se permettre de rêvasser. Loin de là, l’idée est telle qu’elle ne s’imaginerai pas céder aux caprices du jeune homme, car avouons le, c’était un caprice ou autre chose. Enfin bref, tout ça pour dire qu’elle venait de s’aventurer dans une voie sinueuse où voir en sortir ne serait pas évident, elle ne voudrait pas s’y piquer avec Mesdemoiselles les Vilaines Ronces.

    Et cette chaleur insoutenable qui s’élevait dans la pièce, qui normalement, comme chaque infirmerie qui se respecte, est censé être climatisée. Quoique, elle en oubliait presque que ce n‘était qu‘un ascenseur, il était plus que normal que la climatisation soit coupée compte tenu du fait qu’il n’y avait plus personne ici, mis à part eux et que c‘était un endroit étroit pour mériter un entretien particulier. Malgré la chaleur intense qui la consumait de l’intérieur, elle ne pouvait s’empêcher de convoiter le corps de son jeune amant, d’avoir une envie folle de l’étreindre dans une étreinte endiablée, pour ne plus le lâcher ; et c’est avec ce désir presque égoïste qu’elle fut à nouveau conquit par la bouche de Ji Wook , c’est cette soif incontrôlable pour le goût sucré des lèvres qui la saisissait, aussi joyeuse que si elle avait bu un breuvage exquis La bouche bien dessinée de notre japonaise glissa alors dans le cou du coréen, cou dans lequel elle laissa quelques marques rougies à force de suçoter sa peau : Signes d'appartenance ? Elle ne pouvait pas y songer, elle n'était pas à lui tout comme il n‘était pas à elle. Mais en ce moment favorisé, spécial, elle pouvait se sentir vainqueur, ou du moins seul possesseur de ce jeune apollon qui s'offrait à elle sans hésitation : où était le piège, s’il y en avait un ?

    Et parce que toute chose à une fin, c’est lorsque son corps se convulsa pour se cambrer vers l’avant qu’elle perdit pendant un instant la raison : dans un frisson d’agonie, ses doigts se resserrèrent dans les cheveux du jeune homme tandis que ses yeux roulèrent. Azusa relâcha presque avec lassitude ses bras, afin de libérer le jeune homme de son étreinte. Fermant les yeux, elle se passa une main sur le visage et attendit, du moins jusqu’à ce qu’elle sente sa lingerie en satin contre son bras, où là elle fut forcer d’ouvrir les yeux. Pas besoin de parler, le geste parlait de lui-même, et c’est en baillant doucement qu’elle se rhabilla tout en se pressant, la chair de poule commençait à recouvrir sa peau.

    JI WOOKJ’aurais apprécié rester plus longtemps à tes côtés sans que tu ne portes ça mais on ne sait jamais, si quelqu’un venait à redémarrer l’ascenseur. Mieux vaut être prudent

    Elle ne put réprimer un sourire amusé. Tiens, le revoilà à nouveau bavard ? Lui qui avait été si silencieux pendant l’acte, c’en avait été si touchant. Adorable, indéniablement adorable.

    JI WOOKOn devrait peut-être même se rhabiller tout court, non ?
    AZUSAOui, je pense que ..
    JI WOOKA moins que tu ne veuilles admirer mon corps plus longtemps ?
    AZUSAAh ?

    Elle n’eut pas le temps de peser l’ampleur de sa phrase que voila qu’il la souleva pour la caler contre le mur, où elle n’avait aucune échappatoire. Elle plongea son regard dans le sien, un esquisse de sourire amusé sur le visage, elle s’amusa à effleurer ses lèvres avec celle de l’idol.

    AZUSATu sais bien que le jeu est terminée Mon Chou ..


(Ahaha Merci ♥️ ; La musique = Bump Bump Bump ▬ B2K ft Puff Daddy ♥️ *o* J'adore)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 25/11/2009
Nombre de messages : 880
Né(e) le : 25/06/1989
Age : 28
Profession : But atteint, I'm an IDOL ♥
Situation : Peut-être que Wookitch se casera un jour... Ou pas :D


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r: Vantard; Bavard; Blagueur; Joueur; Passionné; Avare; Casse-cou; Égoïste; Infidèle; Perfectionniste

MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   Jeu 8 Juil 2010 - 11:38

    AZUSA : « Tu sais bien que le jeu est terminée Mon Chou .. »

    Comme on aurait pu décevoir un petit enfant souhaitant commencer une nouvelle partie de jeux vidéo, l’esthéticienne brisa la pulsion d’humeur joueuse de Wookie avec cette unique réponse. Il savait bien qu’elle ne l’avait pas dit méchamment, mais quand même, cela avait réussi à le frustrer. Une sensation de trop peu peut-être ? Sûrement, un peu, oui. Mais il devait tout de même être ravi de ce qui venait de se passer entre elle et lui. Il attendait ce moment depuis si longtemps qu’à vrai dire il ne se rendait pas encore bien compte de l’honneur qu’il venait d’avoir, l’accès aux bras chaleureux d’Azusa. Soit, elle ne voulait plus jouer, du moins pour le moment, et bien alors il pouvait entièrement se rhabiller comme il l’avait finalement proposé. Il lança tout de même un petit sourire en coin à la jeune femme pour lui signifier qu’il était heureux à cet instant même, puis se baissa pour ramasser le tas de vêtements qui s’étaient retrouvés éparpillés ici dans le feu de l’action. Sa main toucha d’abord le joli haut rouge de sa camarade de jeu, qu’il lui tendit gentiment, avant de tomber finalement sur ses propres affaires. Tandis qu’il enfilait son bas de sport et son débardeur, il en profita pour jeter de rapides coups d’œil en direction d’Azusa qui faisait de même à côté. Même si il était plus agréable de voir une fille retirer ses vêtements, il n’était pas contre l’admirer faire le contraire. Et avec quelle délicatesse innée elle faisait ça. Maudit ascenseur, maudit temps, voilà qu’il la désirait d’avantage désormais.

    Quand il fut entièrement vêtu, le premier réflexe de Wookie fut de s’approcher d’un des murs de l’ascenseur, leur matière était telle qu’il pouvait y voir son reflet. Et l’entretien des locaux était tellement poussé dans ce bâtiment qu’aucune tâche ne vint salir ce qu’il voyait. Enfin c’est ce qu’il s’était dit avant de remarquer une tâche au niveau de son cou. Une saleté ? Ji Wook bougea légèrement, et à sa plus grande surprise, la tâche le suivit. Un peu étonné, il s’approcha au maximum de la vitre et découvrit une trace rougit, qui à son humble avis, avait du être laissé là par l’esthéticienne. Était-ce une façon de marquer son territoire ? Il espérait bien que non, mais il ne ferait aucune remarque à ce sujet. Il lui arrivait aussi de faire cela, ça ne voulait pas forcément signifier quelque chose pour elle. Une chose était sûre, il ne lui appartenait pas, et à ses yeux, il n’appartiendra jamais à personne d'ailleurs. Il passa donc sa main dessus, histoire de, même s’il savait très bien que cela ne suffirait pas à retirer la marque, puis fit ce qu’il comptait faire à l’origine : se recoiffer. On ébouriffe le tout, on remet quelques petites mèches en place, on pivote la tête pour voir si tout est parfait et, sourire colgate ! Non vraiment, si Ji Wook pouvait, il se draguerait bien de temps en temps…

    Personne n’avait plus rien dit depuis la réponse d’Azusa, mais cela n’avait rien à voir avec une ambiance pesante ou encore tendue, non, les deux jeunes gens étaient simplement occupés à leur nouvelle préparation pour leur sortie de l’ascenseur. Et en parlant de cet ascenseur, il fit quelque chose qui vint troubler le coréen. Un énorme bruit le fit sursauter,alors que la machine se mit à trembler simultanément. Ce fut la même sensation que lorsque, des dizaines de minutes plus tôt, il s’était arrêté. La climatisation se remit soudain en route, les lumières de chaque bouton se rallumèrent et un bip sonore retentit dans la petite cabine. Ça y est, il repartait. Azusa et lui n’allait plus être dans cet état intime. Bonne ou mauvaise nouvelle ? Retrouver l’air libre allait certainement soulager le danseur mais rester avec elle plus longtemps dans un espace si confiné ne l’aurait pas déranger plus que cela. Il lança un coup d’œil vers la jeune femme pour regarder sa réaction, et attendit que leurs regards se croisent pour lui lancer un énième sourire.

    JI WOOK : « On a plus d’excuse pour ne pas aller travailler maintenant… Dommage »

    Genre. Comme s’il considérait la danse comme un travail. Enfin si, cela devenait une contrainte quand son corps commençait à fatiguer, comme en ce moment. La raison de tant de fatigue ? Disons que son réveil matinal aidait, ainsi que son manque de nourriture dans l’estomac, et peut-être que sa petite escapade avec Azusa n’avait pas non plus arrangé les choses. Pour ce qui était de la nourriture, son estomac ne semblait plus vouloir attendre une minute de plus. Et oui, l’exercice physique ça creuse, surtout quand on a déjà faim à la base. Wookie plaqua sa main sur son ventre, et attendit patiemment que l’ascenseur s’arrête à l’étage qu’il avait indiqué. Un nouveau bip, et les portes s’entrouvrirent sur le monde réel. Quel voyage, il ne l’oublierait pas de si tôt. Comme un peu effrayé qu’il ne se coince à nouveau, Ji Wook se dépêcha de sortir de l’appareil et se retourna vers la jeune femme. Il ne savait pas trop si elle comptait remonter ou non, il décida donc de lui dire au revoir maintenant.

    JI WOOK : « Passe une bonne journée, et, viens me voir ou appelle moi dès que tu peux »

    Un clin d’œil, une forte envie de l’embrasser qui fut malheureusement bloquée par la foule de gens autour, il se résigna donc à déposer un léger baiser sur sa joue qui pouvait sembler amical aux yeux de tous et le sourire aux lèvres, il lui tourna le dos en direction de la cafétéria.


    {& oui je surkeef cette chanson aussi ♥
    FIN POUR MOI. }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ▬ RESCUE x Wookie ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

▬ RESCUE x Wookie ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JRM Entertainment :: ;; archives } :: topics termines&abandonnes-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit