AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pour assurer le bon déroulement du Journal de la JRM ENTERTAINMENT, merci de participer et de nous envoyer vos rumeurs, scandals ou encore petites annonces ici, sur le compte du "Journal". Merci d'avance à ceux qui prendront un peu de leur temps pour le faire. ;D ♥

Partagez | 
 

 Welcome Home [MOONA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Date d'inscription : 05/01/2010
Nombre de messages : 378
Né(e) le : 21/12/1987
Age : 31
Profession : Trainee & Technicien de surface è.é
Situation : Célibataire
Humeur : Baba-Cool


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r: Facilement distrait ~ joue les gros durs ( mais cache un cœur très sensible ) ~ souvent à la masse ~ orgueilleux ~ drôle ( inconsciemment à cause de sa façon d'être ) ~ grincheux ~ beaucoup trop curieux ~ téméraire ~ unique quoi.

Welcome Home [MOONA] Vide
MessageSujet: Welcome Home [MOONA]   Welcome Home [MOONA] EmptySam 24 Avr 2010 - 4:06

    « Uki ? » un petit grognement de la part de notre Hanki national; Il se redresse péniblement du parquet en s’aidant du canapé qui se trouve derrière lui et repose la manette de la playstationtrois qu’il tenait fermement dans sa main droite depuis, probablement, quelques heures. Le bougre sent une sorte de méga grosse touffe de poil qu’il frôle du bout de ses doigts & se demande, l’espace d’un instant, ce que c’est. Puis il imagine juste que c’est une peluche qui traînait là, sans vraiment chercher plus loin. Il jette un coup d’œil à se montre qui donne quatre heures du matin. Les yeux du Trainee s’écartent grand comme c’est pas permis et il se tapote la tête, se relève complètement, baille & s’étire. Pour ensuite quitter le salon, la pièce dans laquelle était installée sa télé & sa console. Il sent un truc tout doux lui caresser la jambe droite, attirant l’espace d’un instant son attention; Mais dans l’ombre & dans l’état actuel des choses, il ne distinguait rien. Le bonhomme s’avança à l’instinct - il connaît sa maison par cœur tout de même ! -, se dirigeant vers sa chambre pour chercher des vêtements propres pour pouvoir se doucher. Histoire de se réveiller complètement avant d’aller au boulot, dans quelques quatre heures.

    Dans la pénombre, il n’arrivait pas à voir plus loin que son nez; Il s’aida donc de ses bras pour éviter de se cogner à gauche & à droite pour trouver finalement la porte de sa chambre. Il allume une sorte de « lumière de nuit » violette, dont la lueur est super faible, puis se dirige vers le lit. Jusqu’à ce quelque chose attire son attention; Une forme, sur le matelas, qui n’est pas censée être ici. L’homme au regard revolver fait un bond en arrière & pose une de ses mains - on s’en fou de laquelle, hein ? - contre sa bouche pour ne pas faire de bruit. Son cerveau, jusqu’alors éteint, se remet petit à petit en marche; Il fait quelques pas en arrière et un « truc » lui fait un croche patte, le faisant tomber sur les fesses par terre. PHK caresse l’OVNI, avant que ce dernier ne fasse un « wouf ». Le chien de la « nouvelle colocataire ». Qui avait emménagé il y a quelques heures, parce que notre jeune adulte à l’allure de mafioso avait complètement ravagé la pauvre maison - qui, soit dit en passant, était déjà une ruine avant que notre TERMI-HANKI-NATOR ne passe -. A mesure que les souvenirs ressurgissent, la douleur au sommet de son crâne, qui s’était endormie, se réveille.

    « Moon Hye Na » murmure le concierge. Il se gratte le sommet du crâne, une fois de plus, avant de se relever. Ce dernier s’avance vers « son » lit, l’air de rien, avant d’avancer ses deux mains. Mais qu’allait-il faire ? Rien de ce que vous croyez, je vous l’assure; Le bonhomme attrape juste la couette qui était presque par terre & la replace bien sur le corps de la demoiselle, sans savoir si celle-ci était endormie ou réveillée. Mais la perspective qu’elle attrape froid ne lui branchait pas des masses, effectivement. Bref. Il va chercher des vêtements & quitte la chambre en éteignant la lumière, non sans jeter un dernier coup d’œil sur le visage d’ange de la belle. Il prend sa douche tout ça & hop, méga ellipse de la mort qui tue sa race la taupe & nous voilà le soir, à vingt heure, le moment où Hanki rentre à la maison. Entre temps, notre jeune adulte s’est douché, habillé, à prit son petit déjeuner & à préparer celui pour la salariée du supermarché - œuf, bacon & tout ce qui va avec, vu qu’il sait pas ce qu’elle aime ._. -, est parti aux locaux de la JRM, s’est entraîné, à bosser, puis est rentré en faisant les courses et en passant chez le chinois d’en bas, un traiteur pas chère & plutôt bon, où il prend à manger pour deux.

    Et il rentre à la maison; Enfin, il « rentre ». Hanki avait juste oublié un petit détail ~ Ses clés, c’était Hye Na qui les avaient maintenant; Les doubles étant chez ses parents, il ne pouvait pas rentrer chez lui. Du coup, il est resté devant la porte, assit par terre - sa main droite tenant le sac du traiteur & sa main gauche, les courses -, endormit, attendant que la princesse daigne se montrer. En espérant juste qu’elle ne tarde pas trop, car il fait froid dans le couloir è_é.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moon Hye Na

▬ LAMAFONDA*

Moon Hye Na

Date d'inscription : 27/02/2010
Nombre de messages : 663
Né(e) le : 24/03/1990
Age : 29
Profession : Hôtesse de caisse. (Ca l'fait mieux que caissière, hoi.!)
Situation : Désespérée.!
Humeur : Taupement bonne. ♥


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r:

Welcome Home [MOONA] Vide
MessageSujet: Re: Welcome Home [MOONA]   Welcome Home [MOONA] EmptyDim 25 Avr 2010 - 12:46

Moon Hye Na n’avait pas fermé l’œil de la nuit. Enfin, presque. Elle s’était endormie comme un gros bébé jusqu’à ce que quelque chose la réveille. Quelque chose suivi d’un gros « boum ». Plus tard sans doute, Han Kyul saura qu’un rien peut réveiller la demoiselle, aussi profond son sommeil soit-il. Une fois que la brunette se rendit compte qu’il avait pénétré sa chambre pour je-ne-sais-que-faire, elle n’avait plus su se rendormir. Et lorsqu’il avait remonté la couverture sur ses épaules, Moona s’était figée et sa respiration, mise sur pause. Attendez, c’était carrément flippant, surtout qu’elle n’avait, au départ, pas aussi confiance que cela en lui. Bref, elle en était venue à se faire des films tout le restant de sa nuit. Elle attendit qu’il parte pour se lever à son tour. Elle trouva un petit déjeuné tout préparé à son attention. Elle le regarda, perplexe un instant. Et s’il était… Non, là, fallait pas exagérer. De toute façon, elle était bien trop affamée pour se poser des questions pareilles. Elle l’engloutit en trois quatre bouchées. ‘o’ Sisi. Ensuite, elle alla se préparer. Elle avait l’air d’un fantôme. Evidemment. Elle se fit une grimace dans le miroir de sa nouvelle salle de bain pour se prouver le contraire, noua son foulard en soie autour de son coup, mis ses chaussures et s’aventura dans cet incroyable dédale urbain.

Une fois arrivée à son arrêt de bus, elle jeta un coup d’œil à sa montre. Comme elle s’en était doutée, elle n’avait pas le temps de monter les sept étages de son immeuble pour aller récupérer sa veste. Tant pis. Elle ferait sans aujourd’hui. Il faisait plutôt frisquet, mais elle se rassura en se disant que nous étions le matin. Elle prit son bus et s’arrêta trois arrêts plus loin. Cela ne lui prit donc que peu de temps pour retrouver sa bonne vieille caisse. Elle inspira une longue goulée de courage et souffla un petit vent défaillant. En plus d’être crade, cette caisse puait le mépris. Autant Moon Hye Na avait le rire facile et le cœur sur la main en dehors du supermarché, autant Moon Hye Na était une jeune femme qui, au magasin, parlait peu et s’esquivait avec grâce. Elle ne voulait pas d’emmerdes, elle ne voulait pas craquer et risquer de se faire renvoyer. Moon Hye Na devenait une jeune femme toujours de dos, fragile et insaisissable. Elle se contentait de donner le change, se forçait, se contraignait et répondait présente pour ne pas se faire remarquer. De toute évidence, elle détestait cette caisse, cet uniforme qui la serrait un peu trop, soulignant ses formes, ce métier. Symbole de tout ce qu’elle avait manqué. Ses études, entre autre. La chance d’avoir une vie normale. De ne pas rentrer chez elle exténuée, et ce, tous les soirs de la semaine. Aussi de… « Vous êtes ouverte ? » Moona chassa le petit nuage noir au-dessus de sa tête et sourit. Enfin, là, ça ressemblait plus à une grimace qu’à autre chose, mais il allait passe plaindre, hein.

« Moi non, mais ma caisse oui. »
« Si je suis sympa, vous me faites un prix ? »
« Vous préférez deux, ou trois fois plus cher ? »

Les clients étaient si amusants, parfois. Vous savez aussi ce qu’on trouve dans les supermarchés ? Des amoureux. C’est un endroit beaucoup plus érotique que l’on ne le croit. Regards langoureux échangés entre le stand charcuterie et le stand poissonnerie, des mains aux fesses devant le congélateur des surgelés, des poitrines caressées (et plus si affinités) au rayon lingerie féminine, etc. Toute cette profusion de produits à portée de main excite peut-être les sens. Pourquoi cette remarque? Hmmm. Je sais pas. Cela rappelait sans doute à Moona qu’elle n’avait jamais eu de chance côté cœur (quand on est pas douée, hein). Entre celui de la semaine dernière qui lui annonce qu’il a craqué pour son meilleur ami et son premier « vrai » amour, Ji Heon, qui disparaît sans un mot du jour au lendemain… Moona devrait peut-être se poser quelques questions.
Bref. A midi, on l’envoya ranger le rayon surgelé, et là, là elle regrettait bien de n’avoir pris avec qu’elle un petit gilet tout léger. Déjà, un petit mal de tête se profilait à l’horizon et le manque de sommeil commençait à avoir raison d’elle. En plus, l’étiquette de sa nouvelle petite culotte la grattait. Aish. Hye Na se donnait des airs de dures, comme ça, et pourtant, c’était elle qui avait froid et tremblotait un peu devant son gros réfrigérateur.

Lorsqu’elle eut fini au magasin, après une demi-heure supplémentaire parce qu’un client avait fait basculer le rayon BONBONS, il… pleuvait. Un peu, puis beaucoup. Elle fouilla dans son sac, comme si elle s’attendait à trouver un parapluie, mais non. Tu l’as cassé la fois passée, souviens-toi cocotte. Ah, oui… Elle maintint donc son sac au-dessus de sa tête et courut ainsi jusqu’à l’arrêt de bus. Malheureusement, le bus en question fut plus rapide qu’elle, la dépassa et donc, ne s’arrêta pas à l’arrêt. Elle avait crié quelque chose pour qu’il s’arrête, mais, bien évidemment, le vent emporta ses paroles très, très loin des oreilles du chauffeur. e.e Elle n’avait plus qu’à se taper les trois arrêts à pied, sous la pluie, parce qu’ici, il n’y avait qu’un bus toutes les deux heures. Comment ça je torture mon personnage ?

Au début elle courait, puis finalement à la fin, elle marchait. Au début, aussi, elle tenait son sac au-dessus de sa tête, mais ses bras lâchèrent au bout d’un moment. Elle renonça et c’est trempée jusqu’aux os qu’elle monta ses sept étages, pour se rendre compte devant sa porte qu’elle n’habitait plus ici. Elle éclata d’un rire à mi-chemin du sanglot, jusqu’à ce que son rire s’étrangle dans sa gorge. Non pas qu’elle fût triste, mais pour faire passer tout ça. Les larmes, ce liquide finalement, l’aidaient à digérer sa caillasse et lui permettaient de respirer à nouveau.

Elle prit l’ascenseur et écarquilla les yeux lorsqu’elle vit que son propriétaire attendait, allez savoir depuis combien de temps, devant sa porte. Pourquoi lui avait-il donné les clés s’il n’avait pas de double ? De ses dernières forces, elle se précipita sur la porte pour l’ouvrir. « Désolée ! Tu n’attends pas là depuis trop longtemps j’espère ? » Elle n'attendit même pas la réponse, se battit un moment avec la serrure et pénétra enfin dans l’appartement. Elle remarqua qu’il était passé par le Chinois et lança un petit « Je vais mettre la table. » à peine audible avant d’aller dans « sa » chambre et tomba de tout son long sur « son » matelas. Elle n’eut pas le courage de se déshabiller, bien que le seul gilet qu’elle portait soit devenu tout transparent à cause de la pluie. Elle songea un instant à fouiller son sac à la recherche d’une aspirine, mais n’en eut pas la force. Elle grelottait de chaleur et sa sueur l’enveloppa d’un linceul glacé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 05/01/2010
Nombre de messages : 378
Né(e) le : 21/12/1987
Age : 31
Profession : Trainee & Technicien de surface è.é
Situation : Célibataire
Humeur : Baba-Cool


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r: Facilement distrait ~ joue les gros durs ( mais cache un cœur très sensible ) ~ souvent à la masse ~ orgueilleux ~ drôle ( inconsciemment à cause de sa façon d'être ) ~ grincheux ~ beaucoup trop curieux ~ téméraire ~ unique quoi.

Welcome Home [MOONA] Vide
MessageSujet: Re: Welcome Home [MOONA]   Welcome Home [MOONA] EmptyMar 27 Avr 2010 - 0:27

    Hanki ignorait tout de Hye Na; S‘il connaissait sa profession pour l‘avoir rencontré derrière une caisse dans un supermarché, il ignorait tout le reste : Son passé & de son présent. Il ne l’a, jusqu’à ce jour, connu qu’à travers ses invraisemblables luttes avec sa voisine, en tant que voisin. Et si le destin ne lui avait pas fait tirer les rideaux à ce moment précis de la journée, ce jour là, le lien qui le reliait à elle n’aurait guère changé; Ils seraient restés encore un long moment de simples voisins, qui s’engueulent, qui se craignent, qui s’évitent. Mais oui, le bonhomme savait qu’elle ne menait pas une vie facile. Le taudis dans lequel elle vivait en était la preuve matérielle; La vie n’était point rose. En tout cas, elle ne souriait pas à cette pauvre demoiselle qui, à nos yeux, méritait bien mieux. L’apparition de Han Kyul, bien qu’elle tende à ressembler à l’arrivée du Satan, de part toute la scène que cela a engendré, pouvait aussi s’apparenter à la venue du Messie. Il, malgré le chaos qu’il amena, offrait un logis confortable & propre à l’hôtesse de caisse. Sans arrières pensées & sans intérêts particuliers. Bien qu’il ait ce regard qui terrifie les grands-mères & qui, soyons franc, était tel que sa mère ne lui raconta jamais des histoires de loups ou d’ogre pour le faire peur dans sa jeunesse, il n’en restait pas moins un chic type. Mais avec ça, il n’avait plus besoin de faire de « Bonnes Actions » pendant quelques longues semaines, n’est-ce pas ?

    Bref, oublions tout cela; La journée de notre Trainee fut comme d’habitude, routinière. Il s’était levé tôt, parti rapidement au boulot aux studios de la JRM & continua son entraînement de Trainee. Entraînement qui dura quelques bonnes longues heures; épuisantes. Mais étrangement amusante; Certaines personnes n’aiment pas l’effort, n’est-ce pas ? PHK était le genre de garçon qui aimait se dépenser; Se fatiguer, qu’il y ait une récompense ou non au bout. Toujours est-il qu’il rentrait chez lui avant les épaules tombantes, le regard à moitié vide, le souffle court & les muscles saignants, déchirés. Et malgré cela, il fit les courses; N’est-il pas un garçon magique ? Le seul soucis était les clés qu’il n’avait plus; Du coup, il attendit que la demoiselle rentre, en espérant qu’elle ne les ais pas oublié, devant son chez lui. Il finit par s’assoupir, Morphée le rattrapant - car elle courait quand même vachement plus vite que lui -, par terre, contre un mur. Ses rêves ? Il ne s’en souvient jamais, ces derniers préférant fuir ses pensées plutôt qu’y rester. L’arrivée de Hye Na le fit sortir de sa torpeur & ce dernier bondit de ses fesses à la vitesse de la lumière. Il ne répondit pas à la caissière qui, trempée, ouvrit rapidement la porte avant de s’enfoncer dans l’appartement. Hanki regarda le dos de celle-ci s’éloigner & disparaître. Puis il se dirigea vers la cuisine, rangeant les courses & en posant ce qu’il avait ramené du traiteur sur une table dans le salon. Le bonhomme attendait à ce qu’elle revienne mais la belle ne repointa pas le bout de son nez.

    Il retira son manteau qu’il accrocha dans une sorte d’armoire à côté de la porte d’entrée de l’appartement. Puis il se dirigea vers son « ex-chambre »; Il toqua la porte mais il ne reçut aucune réponse. Et prenant son courage à deux mains & espérant ne pas avoir commis une malheureuse bêtise, il pénétra dans la pièce. Hye Na était étalée sur le lit, trempée & toujours habillée. Le technicien de surface s’approcha de la jeune adulte & posa avec un brin d’innocence sa main droite sur le front de la belle. Le pauvre n’était pas très doué pour mesurer la température mais l’hôtesse de caisse semblait être un peu brûlante. Han Kyul grimaça avant de se gratter le sommet du crâne; Que faire dans ce genre de situation ? Avait-il des médicaments pour la fièvre, des comprimés pour les maux de têtes ? Il eut l’air pensif un bref instant avant de se mettre à bouger; L’homme au regard revolver mit son bras dans le dos de la coréenne et la releva, avant de lui retirer le gilet mouillé qu’il jeta par terre. « Changer les vêtements où elle va tomber encore plus malade » murmure l’homme taupe en contemplant avec une mine triste le visage fatiguée de la princesse. Il met ensuite le coussin de sorte à ce qu’il cale le dos de sa colocataire pour quitter tout de suite après la pièce.

    Le bonhomme réapparut environ cinquante huit secondes plus tard avec dans une main une petite serviette humide & froide, dans l’autre un verre de Dieu savait quoi, une grande serviette sèche sur son épaule gauche ainsi qu’une sorte de chemise blanche sur son épaule droite. Et oui, il ne savait pas où la demoiselle mettait son pyjama &, plutôt que perdre du temps à chercher, fouilla dans ses affaires pour sortir une chemise blanche clean qui ferait office de la même chose. Et oui, notre Hanki est quelqu’un de génial qui peut transporter plus de choses qui quiconque. Il posa sur la table de chevet la serviette froide & le verre, avant de commencer à essuyer la sueur qui, mêlée à l’eau de pluie, coulait sur le visage de Hye Na. Le tout avec une délicatesse qu’on ne soupçonnerait guère chez cet homme; Son visage était celui d’un homme inquiet. Même si ça donnait quelque chose de guère peu crédible avec son regard de tueur; « Bon bon bon. Change toi, enfile ça, met ça sur ton front, & bois ça ! Et ne discute pas » lance notre homme à tout faire en se relevant et en pointant du doigt le verre dont le liquide semblait pétiller.

    Puis il quitte la chambre non sans jeter un ultime coup d’œil en direction de la jeune malade; Il rejoint la cuisine puis le salon & se demande ce qu’il allait faire de la nourriture. Elle n’était pas trop en état de manger, donc du coup, il allait lui cuisiner du Porridge. Du « bouillon », comme l’appellent certains. Paraît que c’est bon pour les coups de froid. Et il espère bien entendu qu’elle n’est pas allergique aux ingrédients. Bref, notre Trainee cuisine avec sérieux le « repas » tout en regardant refroidir « le chinois », avec un peu de regret. Il soupire, surveille le feu en étant minutieux pour, après un petit moment, amener la nourriture dans « sa » chambre. Hanki allait nourrir de ses grosses main Moona. En espérant que celle-ci s’est essuyée & changée. « J’eeeeentre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moon Hye Na

▬ LAMAFONDA*

Moon Hye Na

Date d'inscription : 27/02/2010
Nombre de messages : 663
Né(e) le : 24/03/1990
Age : 29
Profession : Hôtesse de caisse. (Ca l'fait mieux que caissière, hoi.!)
Situation : Désespérée.!
Humeur : Taupement bonne. ♥


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r:

Welcome Home [MOONA] Vide
MessageSujet: Re: Welcome Home [MOONA]   Welcome Home [MOONA] EmptyMar 27 Avr 2010 - 21:08

De son côté, Hye Na pensait tout savoir de Han Kyul, alors qu’en fait. Eh bien. Ce n’était pas du tout ça. Pourtant, juger les gens trop vite n’était pas son genre. Pas du tout même. Enfin… La demoiselle est bien connue pour changer d’avis toutes les trente secondes. Que ce soit sur une personne, un sujet quelconque. Comme son humeur, qui est assez aléatoire, quoique plus positive qu’autre chose habituellement. Bref, elle ne tient pas en place. Mais ce coup-ci, il fallait avouer que le destin avait un peu forcé les choses. Les couteaux au supermarché, le sang sur ces mêmes couteaux devant sa porte, son entrée spectaculaire par la fenêtre… Pouvait-on vraiment la blâmer ? Et puis, elle ne pensait plus le revoir, ce psychopathe, et n’avait donc pas creusé plus loin que sa première impression. Et voilà que le destin empruntait un tout autre chemin, qu’elle n’aurait jamais osé imaginer. Cela avait commencé avec un petit appartement tout délabré, presque détruit par la suite, et cela se terminait avec un nouvel appartement plutôt modeste mais confortable et rassurant. Cela avait commencé avec un psychopathe et se terminait avec un gars qui lui préparait son petit déjeuné. Ou alors c’était juste une fois comme ça, histoire de se faire pardonner une bonne fois pour toute ? Elle n’en savait rien, ne s’en souciait pas pour l’instant. Tout ce qu’elle savait c’était que ce repas était la seule chose qui l’avait maintenue en vie jusqu’ici. Si si. A part un café à midi, elle n’avait pas eu le temps d’avaler quoique ce soit d’autre.. Les caissières ont droit à trois minutes de pause par heure travaillée. Petite mise en situation : Après six heures de travail, Hye Na avait eu droit à ses 18 minutes de pause. Ouais bah, pause pipi (parce que ça non plus, les caissières n’ont pas le droit d’en faire durant leurs heures de travail) et puis quoi encore ?), pause café (sachant que tout le monde prend sa pause en même temps et qu’il n’y a qu’une seule machine) l’air de rien, le temps passe vite. Puis il faut se dépêcher, sinon vous avez droit à une remarque du supérieur. Enfin. Voilà.

Moona pensait que c’était lui, là, ce type au regard de tueur, qui lui avait mené la vie dure. Surtout à cause de ce qu’il s’était passé chez elle.. Mais la situation était peut-être bien entrain de se retourner. Déjà qu’il avait sûrement du en voir (entendre ?) de toutes les couleurs avec les pseudos-disputes entre elle et sa voisine… Le voilà maintenant contraint d’héberger Hye Na & son chien, ce qui, entre nous, n’allait sûrement pas être une mince affaire. La preuve, cela commençait bien. La voilà qui rentrait en retard, trempée et fiévreuse. Du boulot pour le trainee, comme s’il n’en avait pas déjà asssez ainsi. Pas de panique, les précieuses minutes de pause de la caissière lui avait tout de même permis une chose : elle avait réfléchi à toute cette histoire. Depuis hier, elle n’avait pas encore eu le temps de remettre ses idées en place. Elle allait bien évidemment continuer à abuser de la gentillesse de Han Kyul, car une dette est une dette e.e, mais ensuite, disons dans deux ou trois semaines maximum, elle s’installerait chez Yoon Ah, une voisine de son immeuble. Jusqu’à ce qu’elle trouve un nouveau toit. Elle commencerait ses recherches demain, tiens. Lààà. Même si Moona voulait se donner un air genre « Je profite de la situation, je gère ! », au fond, elle n’aimait pas vraiment ça. Squatter chez quelqu’un. Ou alors était-ce parce qu’elle ne connaissait pas encore ce « quelqu’un » ? En tout cas, ce matin, elle ne s’était pas sentie à l’aise. Encore moins maintenant, j’imagine.

Elle entendit Hanki entrer mais ne bougea pas. Son sang lui battait dans les tempes. Elle espérait, immobile et les yeux clos, que la douleur s’apaise. Elle se laissa faire et ne broncha pas – elle n’en avait de toute façon plus les forces pour – lorsque le ténébreux la redressa pour lui retirer son gilet tout mouillé. Elle se laissait complètement aller. Lorsqu’il la reposa contre un coussin, Moona se força tout de même à rouvrir les yeux et gémit à cause de son crâne. Il partit quelques instants et Moona eut le temps de culpabiliser. Elle était trempée, sa tête lui semblait aussi lourde qu’un âne mort, tout son corps regimbait. Ses muscles, articulations et sa chair semblaient refuser le moindre mouvement… N’empêche qu’elle était consciente d’une chose ; elle dérangeait ce pauvre Han Kyul. Ses yeux se refermèrent sur cette pensée. Au même moment, il fit réapparition dans la chambre, armé de tout un matériel de survie. Etonnant, d’ailleurs, la facilité avec laquelle il transportait tout ce matériel. Quelle organisation ! +1, Hanki.

Remplissant son rôle de sauveur à la perfection, il épongea le front de Hye Na. Toujours, elle se laissait faire, les paupières fermées. Et, pendant un moment, malgré tous ses symptômes, elle se sentit… en sécurité. Un sentiment qu’elle n’avait pas eu l’occasion d’éprouver depuis un an déjà. Si elle était tombée malade chez elle, dans son trou de souris, qui l’aurait su? Qui s’en serait soucié et qui l’aurait soignée ? Une pensée assez sombre lui vint à l’esprit et elle gémit de nouveau. Hanki se releva et lui ordonna d’enfiler une de ses chemises, ainsi que boire… quelque chose, elle ne savait pas trop quoi, elle n’avait pas fait l’effort de tourner la tête. En parlant d’efforts, elle redoutait ceux qu’elle allait devoir affronter maintenant, là, tout de suite.

Elle resta encore un moment allongée, profitant de ce nouveau confort, avant de prendre son courage à deux mains. Elle se releva un peu trop vite et les lumières dansèrent devant ses yeux. Elle prit sa tête entre ses deux mains et tenta ainsi de l’apaiser. Ses paupières se rouvrirent lentement. Elle serra les dents et se bougea de quelques centimètres. Bien. Elle frissonnait et était à nouveau couverte de transpiration. Pas bien. Elle déboutonna la chemise, et, sans même jeter un coup d’œil sur la porte (pour éventuellement s’assurer qu’elle était fermée) elle retira son jean, son t-shirt, ainsi que son soutien gorge. Ceux-ci ne tardèrent pas à valser à côté du gilet. Elle enfila ensuite la chemise mise à disposition, ses gestes étaient toujours lents. Elle eu d’ailleurs du mal à la reboutonner. Si bien que lorsqu’elle arriva en bas, elle se rendit compte qu’elle avait zappé un bouton entre temps et que donc tout était décalé d’un cran. Aish, tant pis. Elle tira un peu sur les pans du vêtement pour que ceux-ci s’abaissent le plus possible. Elle taillait grande, certes, mais pas encore assez à son goût. Enfin, elle ne s’attarda pas sur ce détail et revint poser sa tête sur l’oreiller, s’abaissant le plus lentement possible pour ne pas bousculer sa tête. Tout juste, Hanki entra. (J’allais pas lui donner une deuxième occasion d’la voir en sous-vêtement, n’est-ce pas e.e) Par contre, elle n’avait toujours pas touché au truc pétillant. Oublié. Fallait d’abord qu’elle se remette de l’effort surhumain qu’elle venait de produire. Ah mince, elle s’était pas essuyée non plus. BON. Elle le ferait après. Probablement. Peut-être. Si elle ne s’endormait pas d’ici là.

Elle soupira, s’appuya sur son coude et, en voyant le bol qu’elle devinait rempli de porridge, le sentiment de culpabilité d’un peu plus tôt lui remonta à la gorge. Elle esquissa un mince sourire. « Oh, comme dans les dramas ! » La fièvre commençait à la faire délirer, pas de panique. Mais oui, vous savez. Dans les dramas coréens, l’héroïne est obligatoirement obligée de tomber malade au moins dans un épisode. Sans rire. Et c’est toujours son futur amoureux qui lui fait du porridge, aussi dégueu soit-il (le porridge). Ainsi, la scène sensée être tragique devient finalement romantique. :O Oui, comme je vous disais, la fièvre la faisait délirer. Plus sérieusement, elle ne se souvenait pas qu’on lui ait déjà préparé du porridge. ‘o’ J’vous jure. « Merci. » murmura-t-elle simplement, lorsqu’Han Kyul fut assez proche pour l’entendre. « J’vais pas… te déranger plus… T’es déjà bien sympa de t’être… occupé de moi… Tu peux poser ça là. » elle désigna la petite table de nuit. Enfin non, elle ne désigna rien du tout, elle imaginait qu’il comprendrait. Parler lui faisait mal à la tête, d’où sa voix fébrile. Encore une fois elle essayait de se la jouer kakkoi, mais au fond c’était plutôt un truc du genre « J’veux pas rester seule. ». Quitte à devoir parler, et donc, se fatiguer, pour le retenir un peu. Son regard inquiet était peut-être le seul à trahir ses paroles. Enfin bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 05/01/2010
Nombre de messages : 378
Né(e) le : 21/12/1987
Age : 31
Profession : Trainee & Technicien de surface è.é
Situation : Célibataire
Humeur : Baba-Cool


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r: Facilement distrait ~ joue les gros durs ( mais cache un cœur très sensible ) ~ souvent à la masse ~ orgueilleux ~ drôle ( inconsciemment à cause de sa façon d'être ) ~ grincheux ~ beaucoup trop curieux ~ téméraire ~ unique quoi.

Welcome Home [MOONA] Vide
MessageSujet: Re: Welcome Home [MOONA]   Welcome Home [MOONA] EmptyMer 28 Avr 2010 - 0:50

    « Comme dans les dramas »; Plutôt bien trouvée comme comparaison, en fait. Dans les séries asiatiques - vous savez, celles super niaises où il y a généralement comme héroïne une malchanceuse de première, un garçon beau gosse et pété de thunes avec qui elle finirait avec, le meilleur ami confident & amoureux de l’héroïne depuis sa plus tendre enfance mais qui garde ça au fond de ses entrailles pour ne pas faire souffrir l’élue de son cœur qui finirait avec un autre ainsi que la copine qu’elle rencontre dans le premier épisode, avec qui elle s’entendrait super bien super rapidement mais qui se révélerait être plus tard comme étant une garce pas possible. La « copine salope » de son petit nom - où le personnage principal - donc souvent une demoiselle - tombe malade pour des raisons aussi logiques que scientifiques & se fera soigner par le prince sur son cheval blanc. Généralement, c’est l’évènement déclencheur, celui qui va faire rapprocher l’une à l’autre - alors qu’avant, elle s’en ficherait complètement de ce macaque -. C’est souvent ce petit moment « à deux » où ces deux là comprendront qu’ils ont des sentiments pour l’autre - mais qu’ils ne révéleront pas car ils ne pensent pas qu’ils soient réciproques avant l’avant dernier épisode de la série - & que le drama devient aussi prévisible qu’ennuyant. Pauvre meilleur ami qui méritait mieux que ça; Il finira du coup avec la copine salope, tant pis pour lui.

    Bref. Alors qu’il aurait largement préféré se reposer de sa dure journée, Hanki dut s’occuper de sa nouvelle colocataire qui était tombée, comme par hasard, malade. Je ne répéterais pas toutes les choses qu’il aurait fait car vous le savez déjà; Reprenons juste au moment où le Trainee décida de faire son porridge pour la belle. Malgré ses piètres talents de cuisinier - nombre de fois où il fut vaincu par une entrecôte en tentant de la trancher en deux -, cette espèce de soupe de riz ou de je sais pas quoi n’était pas méga difficile à faire. C’était une recette simple, mais à priori efficace. Et si il ne pouvait garantir le goût de la chose, on pouvait tout de même lui attribuer le mérite d’essayer et d’y mettre autant de cœur qu’il pouvait. Donc après son expérience scientifique, le bonhomme retourna dans la chambre de la malade en espérant que celle-ci ait fait ce qu’il lui avait demandé de faire, un peu plus tôt. La chemise était visiblement enfilée. Mais elle était encore dégoulinante de sueur & le verre qu’il avait amené était encore tout plein.

    Une grimace se dessina sur le visage du concierge de la mort qui tue sa race la taupe lorsqu’il s’approcha de l’hôtesse de caisse; « Ouais, comme dans les dramas. Enfin, j’espère qu’il est meilleur que ceux dans les séries quand même… » murmure non sans une touchée d’humour bien propre à notre homme de ménage. Pis il s’approche davantage, s’assoit sur côté du lit pour se retrouver à quelques centimètres à peine de Hye Na. Au fond de lui, il était tout de même content qu’elle soit là; Seule dans son appartement lugubre, elle pourrait crier aussi fort qu’elle voudrait, personne ne serait venue à son aide. Ses doigts glissent discrètement sur le front de la jeune adulte, une fois de plus, avant de les retirer rapidement. Demain, elle irait pas au boulot; Et il demanderait peut-être à sa mère de venir chez lui pour veiller sur elle. Bonne idée, ou pas ?

    « C’est ça. Je pose ça là, je me casse & tu vas tout faire toute seule ? » Ouh, soit un peu plus gentil avec une demoiselle malade, petit saligaut ! « T’as pas réussit à boire le médicament déjà, ne me fais pas croire que tu arriveras à manger ça toute seule. A moins que t’aie tellement peur qu’il soit mauvais ? » Il arque un sourcil, se met à analyser le bol de porridge qu’il tenait sous ses yeux & en prend une gorgée. Trente seconde de silence durant lesquelles seuls les grincements des dents du Trainee se font entendre. Puis il se retourne vers la miss; « C’est mangeable. Et j’en suis pas mort, donc flippe pas » continue-t-il, visiblement en difficulté pour trouver les mots réconfortants.

    Han Kyul amène donc la cuillère devant la bouche de la princesse malade; Il souffle doucement dessus pour faire refroidir le plat encore chaud avant de l’enfoncer dans sa bouche à elle. Hop, super baiser indirect ! Enfin ce n’est qu’un détail, rien de plus qu’un détail. Bref, un petit moment tout mignon tout kawai où PHK ne fait que répéter les mêmes mouvements. Et à dire vrai, c’était la première fois de sa vie qu’il aidait quelqu’un à se nourrir. Première fois qu’il s’occupait d’une malade. Et première fois qu’il sue autant. C’est qui le malade dans l’histoire ?!
    « Ne parles pas & mange. Après ça, t’iras dormir » marmonne-t-il en continuant à nourrir la belle; « J’irais à ton boulot demain expliquer au manager. J’te remplacerais pour la journée, s’il se montre compréhensif… Et pas de protestation ! C’est rien. Je demanderais juste à ma mère de venir veiller sur toi » Et bien, quand Hanki fait quelque chose, il ne le fait pas à moitié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moon Hye Na

▬ LAMAFONDA*

Moon Hye Na

Date d'inscription : 27/02/2010
Nombre de messages : 663
Né(e) le : 24/03/1990
Age : 29
Profession : Hôtesse de caisse. (Ca l'fait mieux que caissière, hoi.!)
Situation : Désespérée.!
Humeur : Taupement bonne. ♥


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r:

Welcome Home [MOONA] Vide
MessageSujet: Re: Welcome Home [MOONA]   Welcome Home [MOONA] EmptySam 1 Mai 2010 - 22:48

Han Kyul s’installe à côté de Hye Na et pose une nouvelle fois la paume de sa main contre son front. Hye Na se laisse faire, de toute façon trop amorphe. « C’est ça. Je pose ça là, je me casse & tu vas tout faire toute seule ? » Oh my. e.e Il savait bien qu’à la base il faisait déjà peur naturellement, alors pourquoi en rajoutait-il une couche, nondidiou ? Moona s’enfonça un tout petit peu plus dans son oreiller, légèrement apeurée. ôo Elle avait dit ça pour lui, hein. Pas besoin de l’enfoncer encore plus. Il s’adoucit un peu et poursuivit. Non, en effet, elle n’arriverait pas à manger toute seule et elle le savait très bien. Mais, là, elle s’en foutait complètement de manger ou pas. Sa tête se faisait de plus en plus lourde et elle n’avait envie que d’une seule chose ; fermer les yeux et piquer un petit somme. Si possible. Ah, donc, c’était un médicament que contenait ce verre. Hm. Hye Na fit un effort et secoua la tête ; non. Bien sûr que non ce n’était pas parce qu’elle doutait de ses talents de cuisinier. Il ne manquerait plus qu’il pense ça, maintenant. Enfin, peut-être devait-elle réellement se méfier puisque, après réflexion, le trainee goûta lui-même son porridge. Voilà qui n’était pas rassurant. Un suspense s’installa pendant une trentaine secondes, après quoi il affirma que ceci était comestible. Bien. Hye Na ne broncha pas et se laissa nourrir, comme un brave nourrisson. De toute, elle ne voulait pas affronter une fois de plus le ton sec de son colocataire. Elle n’avait donc d’autre choix que de se laisser faire, encore. Et puis, oui, c’était mangeable. Il se débrouillait plutôt pas mal, en fait. Un baiser indirect, hein. Bizarrement, cela ne lui traversa pas l’esprit (Je suis sûre que si elle avait été dans son état normal, ce serait pourtant la première chose à laquelle elle aurait pensé. Après quoi elle aurait viré rouge tomate. Ici, ses joues étaient rosies à cause de sa température. Toute fois, cela ne l’empêchait pas de se sentir un peu embarrassée. Voilà qu’elle l’obligeait à la nourrir. Enfin, non, elle ne l’obligeait pas, mais elle imaginait bien qu’il avait mieux à faire que de se trimballer sa mort sur la conscience pour le restant de ses jours, ne. Enfin bref, en tous les cas, elle était un peu gênée, même si elle appréciait son geste. C’est donc silencieusement qu’elle avalait chacune des bouchées de Han Kyul. Pour tout vous dire, elle n’avait déjà plus faim à la deuxième, mais, pensant que cela lui ferait plaisir, elle se força à manger les suivantes quand même. e.e Moh. « Ne parles pas & mange. Après ça, t’iras dormir » Elle voulut le remercier pour ce bol de porridge taupement mangeable ou peut-être simplement le rassurer sur ses talents culinaires, toutefois, à cause du concierge, nous le saurons sans doute jamais. Le « Après t’iras dormir » l’incita davantage à rester silencieuse. Mince. A peine arrivée qu’elle était déjà soumise.

Hye Na faillit s’étrangler. Jamais, ô grand jamais elle n’avait déjà osé manquer un jour de travail. Impensable. Mais, peut-être n’avait-il pas tord. Cela ne pouvait pas lui faire de mal, non ? A part pour sa bonne conscience, je veux dire ? Ainsi, le temps d’une journée, elle pourrait profiter pleinement de son nouvel appartement. Enfin. Faudrait-il encore la faire sortir de son lit. Mais ce n’était pas pour cela qu’elle avala de travers. C’était l’idée que Han Kyul la remplace. Mais, à quoi pensait ce gars ? Eh oh, le métier d’hôtesse de caisse ne s’apprenait pas en cinq minutes, ni même en dix ! C’est pas si facile que ça, vous savez. Non, vraiment, le supermarché pourrait très bien se passer une journée de sa présence. Remarqueraient-ils seulement que Hye Na manque à l’appel ? Hm, sans doute pas. La caissière numéro trois, ça, peut-être bien. Sûrement ! Reprenant tout d’un coup les forces qu’elle avait économisées depuis tout à l’heure, Hye Na voulut montrer son désaccord. « T’es fou ! C’est pas grave tu sais, ils peuvent bien se… » « Et pas de protestations ! » Ah oui, soumise. e.e Aish ! Il avait bien de la chance qu’elle soit K.O. d’avance, çuila. Ah, mais pire suivit. Il voulait appeler sa mère pour qu’elle veille sur elle. Oh non, oh non. C’était fichu, Hye Na allait vraiment, mais alors là vraiment s’en vouloir d’être tombée malade. La prochaine fois, quitte à être en retard au boulot, elle prendra le temps de prendre son manteau version bonhomme Michelin en haut des quatorze volées d’escaliers et d’aller acheter un parapluie. Promis. Elle lui dit que cela n’en valait pas la peine, elle pouvait se débrouiller toute seule. Pas grave si elle mentait, elle n’avait vraiment pas envie de causer plus de dérangement. Puis c’était bizarre, l’idée de se retrouver seule avec sa mère alors qu’elle ne le connaissait même pas lui. Ou presque pas. Elle venait apparemment d’en découvrir un peu plus à son sujet durant cette soirée.

Hye Na refusa la bouchée suivante en pivotant simplement son visage sur le côté et en fronçant légèrement les sourcils. Elle bredouilla un « C’est bon, merci. » à peine audible. Elle était bien plus que rassasiée, là. Cela lui donnait encore plus envie de s’endormir… ce qu’elle ne tarda pas à faire. Elle voulut rester éveillée encore plus longtemps. Elle voulait rester éveillée jusqu’à ce que Han Kyul quitte sa chambre, mais ses paupières se refermèrent sans qu’elle puisse y faire quelque chose. Et la voilà bercée par les bras de Morphée. Elle fit un rêve assez étrange où Han Kyul était en réalité une taupe qui vivait dans les sous-sols de son immeuble miteux et qu’elle devait le nourrir aux patates. Enfin bref. Des détails en veux-tu en voilà.

Hye Na se réveilla en pleine nuit parce que Wookie battait un peu trop fort de la queue, dans la pièce voisine. Quand je vous disais qu’elle se réveillait pour un rien. Il devait être quelque chose comme quatre heures du matin. La chambre baignait encore dans une douce pénombre. Hye Na cligna plusieurs fois des paupières et gémit à cause de son crâne. Elle attendit un moment de pouvoir reconnaître quelque chose. Mais où était-elle ? Qu’est-ce que… ? Elle tourna la tête, resta immobile un moment, espérant que la douleur s’apaise. Elle rouvrit délicatement les paupières et se souvint finalement du pourquoi elle était là. Elle constata ensuite qu’une jambe était couchée à côté d’elle. Elle arqua un sourcil, perplexe, mais ne chercha pas plus loin. Elle se concentra pour retrouver les brides d’une improbable débauche, mais ses souvenirs n’étaient que vagues. Elle se rappela, au bout d’un moment, de Han Kyul qui lui avait eum. « Sauvé la vie », et de tout le reste. Notamment qu’il avait du la nourrir comme un bébé. Dans la pénombre, on ne le vit pas, mais le rouge lui était monté aux joues pendant un bref instant. Rah. Elle n’assurait pas. Elle fut alors prise d’une envie pressante d’aller au petit coin, mais attendit encore un moment, déjà épuisée à l’idée de bouger sa pauvre carcasse.

Lorsqu’elle daigna enfin sortir de son nid douillet, elle poussa les draps et souleva l’édredon qui sembla lui peser lourd, très lourd. Au contact du plancher, ses orteils se recroquevillèrent. Elle enfila ses chaussons et se rendit compte qu’elle portait une chemise blanche. Juste. Celle du trainee, donc. Tcheu, elle n’avait même pas été foutue de la boutonner correctement. Bref. Elle poursuivit son périple, se cogna contre une porte qui n’avait pas à se trouver là, fit sa pause pipi et revint dans la chambre. Elle le remarqua enfin, allongé sur le sol, une jambe en l’air, soutenue par le lit. Soupir. Pourquoi n’était-il pas retourné dans son divan, celui-là ? Les yeux à demi-clos, à moitié dans les vapes, Hye Na s’empara du bras de la taupe et le hissa vers le haut. Elle le relâcha bien vite, trop dur pour elle. Trop lourd, pardon. Soupir. Ce qu’elle voulait faire ? Ben je sais pas, sans doute le mettre dans son lit. Elle pouvait pas le laisser là, si ? Non, pensait-elle. Elle s’agenouilla alors sur le lit, repoussa la jambe du trainee par terre et prit, cette fois, ses deux poignets, un dans chaque main. Et elle tira de toutes ses forces. Un petit bruit plaintif s’échappa d’entre ses lèvres. « Aish ! » Après quatre échecs, elle parvint finalement à ce que le dos du ténébreux soit tout à fait couché sur le lit. Elle déposa vite fait la couette sur lui et se garda les draps. Elle alla se mettre en boule à l’autre extrémité du lit et, fière de son exploit, se rendormit le sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 05/01/2010
Nombre de messages : 378
Né(e) le : 21/12/1987
Age : 31
Profession : Trainee & Technicien de surface è.é
Situation : Célibataire
Humeur : Baba-Cool


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r: Facilement distrait ~ joue les gros durs ( mais cache un cœur très sensible ) ~ souvent à la masse ~ orgueilleux ~ drôle ( inconsciemment à cause de sa façon d'être ) ~ grincheux ~ beaucoup trop curieux ~ téméraire ~ unique quoi.

Welcome Home [MOONA] Vide
MessageSujet: Re: Welcome Home [MOONA]   Welcome Home [MOONA] EmptyMer 5 Mai 2010 - 0:38

    Il lui forçait peut-être un peu la main dans l’histoire, non ? Dans son état, la demoiselle aurait mieux à faire que de se faire nourrir par la « bête humaine ». Mieux à faire ? Et bien, dormir par exemple; Se coucher, reposer son corps fatigué; Théoriquement plus efficace que de manger sous l’intimident regard du Trainee qui ne pensait pas mal faire. Elle finit par s’endormir dans son lit et notre super concierge plaça bien la couette avant d’essuyer rapidement les quelques gouttelettes de sueur qui subsistaient sur son front. Il quitta le champ de bataille avec tout l’arsenal qu’il avait apporté et retourna dans la cuisine où le bonhomme fit la vaisselle. En faisant un minimum de bruit, comme d’habitude ~ S’ensuivit ensuite une vieille routine. Dans laquelle il dut tout de même caser le « Nourrir le chien ». Il avait acheté de la nourriture pour la bête en allant faire les courses, c’est dire s’il ne pense pas à tout. Han Kyul finit la soirée par dîner, se doucher et surfer sur le net. Et avant d’aller se coucher, il retourna dans son ancienne chambre pour vérifier l’état de la miss; Il s’approcha en faisant des pas légers vers le lit et observa la belle en s’aidant du petit filament de lumière qui provenait du couloir de dehors et qui filtrait par le bas de la porte, fermée. Assit par terre, notre super héros resta aux côtés de Hye Na plus longtemps qu’il ne l’imagina puisqu’il finit par s’endormir par terre. Est-ce qu’il avait tenu la main de la malade ? Et non. Il s’était juste écroulé par terre avant de s’assoupir. Ses « habitudes dans le sommeil » faisant le reste. Sa jambe partit à droite sur le lit, son bras à gauche et sa tête se cogna six fois contre le mur. D’ailleurs, lorsque notre homme s’endort, n’espérez pas le réveiller par quelques artifices que ce soient; Quand son dort se met en veille, il est plus mort que mort; Les léchouilles sur ses doigts du chien ne le faisaient même pas bouger.

    Et dans la nuit sombre, il ne sentira pas la demoiselle se réveiller et le traîner sur le lit. Ça, il ne s’en apercevra que le matin, au moment où il se réveilla. La surprise de se voir dessus, à côté de l’hôtesse de caisse à côté le fit sursauter et le fit presque tomber du matelas; Il se tapota le sommet du crâne avant de regarder l’heure sur sa montre pour finalement se décider de sortir. Moonalama semblait tout de même aller mieux même s’il n’était pas totalement rassuré; Brefouille. Hanki quitta la chambre et appela illico presto sa mère, persuadé que celle-ci était déjà debout. Et bingo, ce n’était pas la voix perdue entre le rêve et la réalité qui accueillit fiston, mais bien celle d’une femme mature et réveillée depuis quelques heures. La discussion entre la mère et le fils ? Et bien, pour toi public, je vais faire quelques efforts. Mais en ne mettant que les paroles du Trainee de la JRM ENTERTAINMENT; Libre à vous d’imaginer le reste de la conversation avec les informations que je vous donnerais. Pas bien difficile je vous l’assure, tout le contenu étant tellement prévisible ~

    « Allo ? Oui c’est moi. Oui je vais bien. Non je n’ai pas mangé. Oui je suis habillé. Pas de soucis je passerais voir le vieux. Bon tu me laisses parler maintenant ? » Ça, c’est la première partie de la discussion. Classique & facile à anticiper.
    « Oui, si je t’appelle, c’est forcément que j’ai besoin de toi. J’ai autre chose à faire qu’appeler ma mère à 7h du matin et lui parler du beau temps, t’imagine pas ? Wouaf ? Oui c’est bien un aboiement de chien. Non pas celui de la voisine, il est mort tu sais bien. Non, c’est… Euh, celui de ma colocataire. Oui, MA colocataire. Une fille. Oui, comme toi. En plus jeune. Et plus jolie. Oui oui, je sais, tu étais belle quand tu avais vingt ans. Mais tu n’as plus vingt ans, hein. Hein ? Oui, désolé, je suis malpoli. C’est le matin, s’pour ça. » Ça, c’est la seconde partie. Plus intéressante déjà, on s’y attend peut-être un peu moins aussi.
    « Moon Hye Na. Non c’est ma colocataire, pas ma petite amie. Hein ? Mes revues cochonnes ? Si j’en avais, tu les aurais trouvé la dernière fois que tu as inspecté la maison tu crois pas ? Euh, c’est papa que j’entends crier derrière ? Ah, il est tombé dans les escaliers. Okay. Donc non, c’est pas ma petite amie. Je la connais depuis combien de temps ? Euh… Deux ou trois jours, j’imagine… Oula, stop stop stop. Tu vas pas me demander tout son CV et tout son passé, j’en sais rien moi. C’est juste un parcourt de circonstances si elle habite maintenant chez moi. Et oui, mes sourcils vont bien… Et ils se porteront mieux si tu ne t’approche pas d’eux. » Troisième partie. Une vraie pipelette la mère, hein ? Ah ~
    « Donc oui je t’appelais pour te demander un truc. En fait, elle est tombée malade. Hier. De la fièvre. Ça va mieux aujourd’hui mais je m’inquiète quand même encore. Je voulais savoir si tu pouvais venir t’occuper d’elle aujourd’hui ? Et me ramener les doubles des clés que je t’avais filé, j’en aurais besoin. Non elle est gentille. Le chien ? Oui il est gentil. Donc tu peux passer ? Oui ? Bah c’est cool. Je vais aller bosser pour ma part, moi. Oui oui, bisou. Bye, à ce soir peut-être. » Et hop, conversation finie; Quand la machine est lancée, elle ne s’arrête pas.
    Han Kyul se dirige vers le salon et s’habille rapidement. Il prend trois biscuits et une petite bouteille de lait qu’il avale tout rond avant de quitter l’appartement - non sans avoir jeter un dernier coup d’œil en direction de la demoiselle endormie - pour aller bosser. Aujourd’hui, il espérait pouvoir remplacer la princesse plutôt que d’aller s’entraîner dans les studios et y bosser, comme il l’avait « promis » à Hye Na. Le manager fut d’ailleurs plutôt compréhensif ~ D’un côté, il ne réfléchit pas vraiment longtemps lorsque Hanki lui demanda s’il pouvait la remplacer pour la journée, son regard étant assez persuasif pour faire fuir un lion ou faire coucher un ours. Après oui, c’était clairement lessivant. Une journée au boulot et il comprit tout le mal-être de Moona. Hôte(sse) de caisse, ça rigole pas du tout ! Et c’est complètement crevé qu’il rentrait chez lui. Enfin, chez « eux ». Pour rajouter quelques lignes, j’ajouterais que quelques rumeurs entre la malade et son remplaçant de la journée commencèrent à circuler entre les caisses, pas mal de monde étant curieux de savoir qui était réellement le concierge, pour mademoiselle Moon. A cette question, le Trainee répondit simplement par « ami ». Mais vous savez, le bas peuple vie de rumeurs, d‘inepties et d‘insanités. On y peut absolument rien ~

    Et le voici devant son logis, en train de sonner la porte. Ding Dong. Uh ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moon Hye Na

▬ LAMAFONDA*

Moon Hye Na

Date d'inscription : 27/02/2010
Nombre de messages : 663
Né(e) le : 24/03/1990
Age : 29
Profession : Hôtesse de caisse. (Ca l'fait mieux que caissière, hoi.!)
Situation : Désespérée.!
Humeur : Taupement bonne. ♥


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r:

Welcome Home [MOONA] Vide
MessageSujet: Re: Welcome Home [MOONA]   Welcome Home [MOONA] EmptyDim 9 Mai 2010 - 20:49

Un rai de lumière dorée se faufila au travers des rideaux et se répandit sur le parquet blond de la chambre. Moona s’étira de tout son long dans ses draps, les poings tirés vers l’avant. Elle se replia bien vite sur elle-même, se rappelant la longueur de sa chemise de nuit. Elle regarda sa montre, râla et porta ensuite une main à son front. Il était onze heures, le soleil brillait, un léger mal de tête persistait, mais elle allait déjà beaucoup mieux. La preuve, elle sut se redresser sans aucun mal. Sa tête tournait un peu, sans plus. Comme quoi, une bonne nuit de sommeil était tout aussi efficace qu’un médicament, voir plus. Elle prendrait une aspirine ainsi qu’une bonne douche et serait de nouveau d’attaque. N’est-ce pas ? La demoiselle contempla le plafond quelques minutes, se rappelant la veille, mais aussi histoire de traîner un peu. Elle entreprit ensuite de se sauver dans la salle de bain. Elle se leva, ébouriffant ses cheveux en désordre, et chercha ses pantoufles. Pantoufles qui, malheureusement pour elle, étaient restées à l’entrée. Elle faufila donc ses petits petons dans une des paires à Hanki qui traînait par là. Bien, elle avait l’air fine comme ça. Levant bien haut les pieds pour ne pas tomber (ben oui, le trainee faisait sûrement quelques pointures en plus qu’elle…) elle marcha style cosmonaute jusqu’à la salle de bain, où elle trouva, fatalement, un miroir. Son reflet la fit sursauter. Sa joue était balafrée par les plis des draps, ses yeux encore plein de sommeil et son teint pâle. Omo, une morte vivante.

Hiark hiark hiark. Seule devant le miroir de la salle de bain, elle imitait le rire démoniaque de Satanas dans « Les Fous du Volant »…
Houh, houh, houh… Ca, c’était celui de Diabolo.
Ah là, là… Qu’est ce qu’on s’amuse…

Elle prit une douche chaude. Presque bouillante, parce qu’elle adorait ça. Elle sourit de nouveau en repensant à son exploit de cette nuit. Sisi, elle était toujours avec ça. Elle se demandait comment était-ce possible que cela ne l’ait pas réveillé, et sourit de plus belle. Sauf que sourire lui donnait mal de tête. Alors elle se força à penser à autre chose. Comment ce gars allait-il pouvoir la remplacer, Nom de Dieu ? Il ne savait pas à quoi il s’attaquait. Elle priait pour qu’il ne fasse pas trop de dégâts. Elle se demandait également si des gens allaient oser lui présenter leurs articles. Mince, ça aussi, cela la faisait rire. C’est qu’il en imposait, non, le trainee ? N’empêche qu’il devait avoir du succès. Les gars grands, forts et mystérieux au regard noir en faisaient tomber plus d’une, si on regardait bien. (Suffit de voir TOP, en même temps).

Elle sortit de la douche les pommettes un peu plus colorées qu’au réveil. N’ayant pas eu la présence d’esprit de prendre des vêtements propres avec elle, elle remit la chemise blanche, la boutonnant, cette fois, correctement. Elle sortit de la salle de bain et « Bonjour ! » fit joyeusement une inconnue qui se trouvait là par hasard. Il va de soi que s’en suivit un petit bond en arrière ainsi qu’un petit cri idiot de la part de Moona. Ce n’est qu’alors qu’elle se souvint des paroles de Han Kyul. Voilà, cette femme était la mère du concierge. Comment avait-elle pu l’oublier !? Elle rougit. C’était pas super super, comme accueil ! Cheveux trempés, en chemise et sous le choc. Maman Park confirma finalement ses doutes en se présentant. Hye Na en fit tout autant.

L’espace blanc que vous venez de sauter inclus les débuts plutôt gênés de Moona vis-à-vis de la mère du trainee, la suite un peu plus décontractée et la fin où tout a commencé à partir en live. Dans le sens positif du terme. Apparemment, Hye Na et Maman Park se sont découvert un point commun : la parlotte. Même si Maman Park a un peu plus d’expérience dans le domaine, il faut avouer. Vous savez quoi ? A présent, la jeune caissière connaissait le parcours de son nouveau colocataire en long et en large. De la naissance jusqu’à aujourd’hui, là, tout de suite. Elle avait appris par exemple qu’il était donc passé trainee à la JRM Entertainment, qu’avant ça il y était concierge, et qu’avant encore ça il avait fait plusieurs jobs différents par-ci par-là, dont caissier (soulagement), et qu’avant avant encore ça il était né avec son regard de tueur (ah, donc ce n’était pas nouveau !) et on lui prévoyait déjà un avenir de mafieux. Ouais, j’ai sauté quelques étapes. Maman Park ne les avait toutefois pas zappées, elle. Un vrai récit qui, miraculeusement, chassa son mal de tête. Moona restait tout de même légèrement embarrassée lorsque Madame Park lui forçait à lui rappeler que non, elle n’était pas la petite amie de son fils, je vous l’assure.

Avec tout ça, le temps, il s’était bien vite écoulé. Hye Na avait bien évidemment terminé de s’habiller… Avait mangé, aussi, entre temps… La cuisine de madame Park. Cela lui changea des trucs tout prêt à réchauffer, ou encore des plats à emporter. Oui, c’était pas mauvais du tout ! En fin d’après-midi, Madame Park repartit, elle avait un rendez-vous je ne sais ou pour y faire je ne sais quoi. En tout cas, Hye Na ne la retint pas, au contraire, la rassura plutôt sur son état pour qu’elle parte la conscience tranquille. Puis, c’était vrai. Elle allait bien. Fatiguée d’avoir parler autant mais (c’est que ça coute de l’énergie, tout ça), elle allait bien. Une fois les adieux achevés, la brunette prit son courage à deux mains, mit sa grosse veste, ses chaussures, bref, s’habilla en conséquence et descendit de l’immeuble avec le chien. Fallait bien qu’il fasse pipi de temps en temps, je sais que c’est un RPG, hein, mais bon. Frisson. Elle ne tarderait pas, histoire de ne pas prolonger son congé maladie. Elle allait juste… faire un saut à la superette du coin. Elle s’était mise en tête de préparer un plat fait maison à Hanki pour se faire pardonner à tout jamais de la, elle l’imaginait, dure journée qu’il venait de vivre à cause d’elle. Le seul truc qu’elle avait zappé, c’est qu’elle ne savait pas cuisiner.

Elle était rentrée toute excitée, sautillant presque. Congé maladie, mais ouais… Elle fit valser sa veste sur le porte manteau, lança presque ses chaussures en l’air et se mit directement au travail En fait, c’était la première fois qu’elle cuisinait pour quelqu’un. Vu d’un autre œil, oui, en effet, Han Kyul allait faire office de cobaye. Pas de panique. Premièrement, elle avait choisit facile et, deuxièmement, elle… s’était promis de bien s’appliquer. Elle enfila le tablier de cuisine (parce que oui, je suis sûre que Hanki en a un !), noua ses cheveux comme elle put (assez court, donc bon, au final, il se forma un mini palmier au dessus de sa tête) et commença le massacre. Que dis-je, son sauté de nouilles au tofu. Elle faillit se couper un doigt en hachant les échalotes, les dés de tofu ne ressemblaient pas vraiment à des dés, la sauce soja avait coulé un peu trop rapidement (pas sa faute, après tout), elle n’avait strictement aucune idée de la dose de sel et de poivre à utiliser, mais, cela à part, elle s’était eum. Plutôt bien battue ? C’était le mot, oui. Son tablier en disait long. « Ding Dong ! ». Omo, déjà ? è.é

Vite vite, deux assiettes, des couverts, des verres, des pétales de roses, des bougies, des… Non, oubliez les pétales et les bougies. Elle se précipita ensuite sur la porte pour ne pas le faire poireauter dehors plus longtemps. Elle ouvrit donc, resta plantée là pendant un moment, oubliant certainement qu’elle bloquait le passage, sourire aux lèvres, cheveux en palmier, souffle court et tablier qui en avait vu de toutes les couleurs. Une graine de coriandre avait également trouvé repos sur sa joue. e.e « Bonsoir ! » dit-elle, essoufflée. Puis, se décalant d’un pas pour le laisser passer ; « Alors, la journée ? Ca s’est bien passé ? T’es vraiment allé au supermarché ? Qu’est-ce que le boss a dit ? Ils ont pas trouvé ça bizarre ? » Wowowowoooooooow ? Qu’est-ce qu’il se passe, là ? Mollo, Moona. Vas-y mollo. Déjà que t’as l’air d’avoir sprinté un 800 mètres. e.e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 05/01/2010
Nombre de messages : 378
Né(e) le : 21/12/1987
Age : 31
Profession : Trainee & Technicien de surface è.é
Situation : Célibataire
Humeur : Baba-Cool


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r: Facilement distrait ~ joue les gros durs ( mais cache un cœur très sensible ) ~ souvent à la masse ~ orgueilleux ~ drôle ( inconsciemment à cause de sa façon d'être ) ~ grincheux ~ beaucoup trop curieux ~ téméraire ~ unique quoi.

Welcome Home [MOONA] Vide
MessageSujet: Re: Welcome Home [MOONA]   Welcome Home [MOONA] EmptyDim 16 Mai 2010 - 22:39

La première inquiétude qui lui parvint à l’esprit lorsqu’il sonna à la porte, c’était « comment » sa mère & sa nouvelle colocataire on put vivre cette journée ? Car il faut dire les choses comme elles le sont : La génitrice de notre jeune homme au regard revolver est une vraie commère. Ces dames dans la force de l’âge qui vont souvent chez le coiffeur pour raconter des racontars & parler dans le dos des autres. Qu’est-ce que les deux « miss » auront pu se raconter durant ces quelques heures ensembles ? Combien de ragots sur lui, sa mère aurait pu balancer ? Combien de secrets, d’ailleurs ? PHK flippait, oui. Et pendant les trois millisecondes durant lesquelles il appuya sur la sonnerie, il commençait à regretter d’avoir appeler sa mère. Le frisson qui lui parcourut la nuque à ce moment là ne faisant que confirmer ses soupçons : Et si elle avait réussit à complètement le décrédibiliser, détruisant brique par brique la superbe image de méchant pas beau sanguin qu’il s’était faite ( sans le vouloir, il faut l’avouer ) ? Il fit un check up mental de tout ce qu’il pouvait. Sur son pc portable, il n’y avait rien de compromettant. Juste de la musique, des films en vrac, coréens ou américains, des dramas… Il n’avait pas de bouquin cochon, rien de dangereux dans les tiroirs ou dans les armoires ~ Tout allait donc bien comme dans le meilleur des mondes ?

Hanki inspira un grand coup, attendant que la porte s’ouvre. Il patienta quelques dix secondes qui parurent longues comme l’éternité jusqu’à ce que la porte grince & s’ouvre enfin, devant lui. La demoiselle était là, debout, vêtue d’un tablier ( & non pas nue derrière ! ) qui avait visiblement pris chère sa race la taupe. Vietnam ? Bagdad ? Guerre du golf ? Le Trainee fronça un sourcil & arqua l’autre, avant de sourire doucement, d’un coin de la bouche. Elle s’était battu la tigresse. Reste à savoir contre qui. Ou quoi. Et qu’en était-il advenu de l’adversaire ? Regardable ? Mangeable ? Il tira sur ses lacets et entra dans l’appartement en retirant ses chaussures ( celle de droite en premier ) avant de retirer rapidement le petit truc qui était posé contre une des joues de la belle. Et comme vous pouvez l’imaginer, il hésitait à entrer dans la cuisine, ne voulant pas constater l’ampleur des dégâts & le champ de bataille, sanglant & répulsif, qu’il devait être. Notre bonhomme retira sa veste qu’il accrocha à un porte manteau & bloqua. Il devait faire quoi là, maintenant ? Le concierge avait l’habitude de prendre sa douche pour ensuite traîner chez lui, torse nu, avant de commander quelque chose à manger ( sauf s’il l’avait fait en rentrant ); Mais avec la présence de la demoiselle, cette habitude était dorénavant à bannir. Le jeune adulte aux yeux qui font peur resta donc immobile un petit instant, son regard jonglant entre la porte de la cuisine & le visage de la Nanaounette. Avant de, finalement, répondre à ses questions.

« La journée, tranquille » Clair & concis, ça c’est du Hanki; « Et ça s’est bien passé, oui. Un peu fatiguant, mais j’ai déjà été caissier, donc j’ai pas trop été surpris »; Un bref silence, puis : « Le boss a dit ok & donc je t’ai remplacé. Enfin, je l’ai pas vraiment laissé dire non… Et oui, c’était assez bizarre, tes collègues me dévisageaient pas mal. Mais je suis habitué, donc j’ai fait avec » Un petit sourire, puis il fait quelques pas en direction de la cuisine avant de s’arrêter devant elle; Le bougre se retourne vers la demoiselle, à deux doigts d’oublier de lui demander la chose la plus importante de la journée. Il pose sa main droite sur son front & sa main gauche sur celui de la malade, constatant non sans une petite touche d’anxiété si la fièvre était partie ou non. Et c’est avec sincérité & douceur qu’il lui demande : « Tu vas mieux ? Ma mère ne t’a pas trop taquiné j’espère ? Et surtout, elle t’a rien raconté de bizarre sur moi hein ? » Forcément, il s’inquiète pour son cas à lui aussi ~ Sa mère était la raison pour laquelle Hanki n’eut pas une « adolescence » mouvementée. Elle avait dans ses papiers quantité de secrets & « trucs » qui empêchaient son fils à n’en faire qu’à sa tête.

Visiblement, elle n’avait plus rien; PHK lâche un soupire de soulagement & entre dans le salon, où se trouvait la table & toute la nourriture que la demoiselle avait préparé. La cuisine, bien que ressemblant à un vaste champ de bataille où le général tofu s’était pris une bonne gifle, restait « traversable ». Et bien que la cuisine de Hye Na n’avait rien d’un cinq étoile chez Michelin, le geste allait droit au cœur de notre bosseur. « C’est gentil » murmure Hanki, avant d’ajouter tout de même avec une pincée d’ironie « je compte quand même sur toi pour faire le ménage, hein. Si t’as été capable d’exploser la cuisine, c’est que tu dois aller mieux… » et s’installer sur sa chaise. Il grimace. Pour la simple raison qu’il est resté toute la journée le cul vissé sur une chaise au boulot. Il souffre, mais tiens bon & ne dit rien.

« Je plaisante. Ne dors pas trop tard, je ferais le ménage & la vaisselle. Pour changer, tiens » Il faisait bien entendu référence à son statut de concierge où il passait ses heures à récurer les toilettes & à cirer le parquet pour le rendre brillant. « Bon appétit… » lance-t-il avec un enthousiasme mou. Mais il n’a pas le temps d’avaler trois bouchées que ses craintes resurgirent; L’homme de ménage ( & futur dirigeant du monde, je tiens à le préciser ) relève sa tête et lance, une fois de plus, en direction de la belle : « Non sérieusement, ma mère ne t’a pas trop raconté de choses bizarres ? Je veux dire que… Euh… Elle aime inventer des histoires pour se rendre intéressante & faut pas croire sur parole tout ce qu’elle te dit… » Pour la petite anecdote, les rumeurs qui datent de ses années lycées comme quoi il aurait tué quelqu’un fut lancée par elle. Une petite lettre anonyme dans un casier d’un élève avant de faire le tour de l’école puis du quartier. Pourquoi ? Juste pour qu’il ne se fasse pas maltraiter :(
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moon Hye Na

▬ LAMAFONDA*

Moon Hye Na

Date d'inscription : 27/02/2010
Nombre de messages : 663
Né(e) le : 24/03/1990
Age : 29
Profession : Hôtesse de caisse. (Ca l'fait mieux que caissière, hoi.!)
Situation : Désespérée.!
Humeur : Taupement bonne. ♥


MORE
My R e l a t i o n s h i p s:
My D i a r y:
My C a r a c t e r:

Welcome Home [MOONA] Vide
MessageSujet: Re: Welcome Home [MOONA]   Welcome Home [MOONA] EmptyDim 30 Mai 2010 - 2:20

Moi je dis ; si Han Kyul avait pour habitude de se mettre torse nu une fois en arrivant chez lui, il ne devrait pas changer ses bonnes habitudes pour Hye Na. Non, non. Je vous assuuuureeee qu’elle s’y habituera, à force. Sisi. Enfin, je dis ça, je dis rien, hein. Retournons à nos moutons (même pas encore commencé que ça part déjà en live, jevousjure). Hye Na ouvrit la porte, et, surprise, Han Kyul se trouvait derrière. Ce dernier resta un instant perplexe en voyant l’allure de la demoiselle. Bagdad ? Guerre du golf ? Mon Dieu, s’il savait. Pire, on aurait dit qu’une bande de fans hystériques des 2PM était passée par-là. Il ne fit toutefois aucun commentaire sur l’état désastreux de sa cuisine, qui ressemblait plutôt, en ce moment, à rien du tout. Il répondit calmement à toutes ses questions. Parce que oui, il y en avait beaucoup, et ce n’était pas encore fini. Journée tranquille ? Eh bien, voilà qui était plutôt étonnant. Le « un peu fatigué » la rassura un peu, il était humain, finalement. Mais oui, c’était vrai, le métier de caissier ne lui était pas inconnu, sa mère le lui avait précisé, ça aussi. « Ah, oui, juste. » et voilà qui trahissait maman Park. Les collègues le regardaient bizarre ? Faut dire que Moona avait subi une sacrée transformation pendant la nuit ! Normal. « Bah, ce sont tous que des curieux de toute. » Trop. Pour sûr, demain, ils l’assailliront de questions. Elle soupirait déjà. Elle referma doucement la porte derrière Han Kyul, retrouvant son sourire aussi vite qu’elle l’avait laissé. Elle suivit ensuite le jeune homme de près jusqu’à la cuisine, impatiente de lui servir son… plat ? Son plat, oui, allez. Il s’arrêta soudainement, se retourna. Elle faillit lui foncer dedans mais freina à temps (même à 1h30 du mat je peux faire des rimes). Elle suivit la main du trainee des yeux. Celle-ci vint se poser sur son front. Suspense. Résultat : Elle était déjà total quasi guérie. Sa moue d’étonnement s’envola pour laisser place à une expression de fierté. Comme si elle venait de remplir la mission qu’on lui avait attribuée : guérir. Elle était surtout rassurée ; elle ne dérangera pas plus son très cher colocataire. Celui-ci la questionna sur son état. C’était qu’il était plutôt gentil, finalement, hein ? Qui l’aurait cru. Il s’interrogea également sur les éventuelles histoires que sa mère aurait pu raconter sur lui. « Oui, je vais mieux, merci. » Petit sourire gêné. « Et ta mère n’a été que trop gentille avec moi, t’inquiète pas. » Petit blanc. « Euh… Non… Rien de très spécial… »

Il n’avait sûrement pas envie d’entendre une fois de plus l’histoire de son passé tragique. Seul au monde, sans ami étant gosse, des ennuis avec la mafia adolescent, de nombreux jobs et changements d’identités par la suite (le pauvre a été schizophrène durant une période de sa vie, s’inventant une certaine Catherine et un certain Maximilien pour faire face à ses problème avec lui) (Et quand un schizo freine, Moona accélère) (Ca c’était juste pour la vanne) et maintenant trainee, dans le but de devenir célèbre pour retrouver son père. Non, Han Kyul n’avait sûrement pas envie de se remémorer tout ça. Alors, pour son bien, puis pour elle aussi, elle se tairait. Cela l’embarrasserait plus qu’autre chose.

Moona se rendit compte qu’elle était restée dans ses pensées un peu trop longtemps, et s’activa donc. Elle place ses mains sur les épaules de PHK, le fait pivoter et le pousse jusque dans la cuisine, évitant ainsi de s’attarder sur le sujet. « Allez, ça va refroidir. » Elle entend murmurer un petit « c’est gentil. » et elle est toute heureuse. « C’est toi l’gentil. » riposte-t-elle avant d’aussitôt regretter ses paroles. Juste. La vaisselle, le ménage, elle avait zappé. Non mais il avait raison. Elle avait semé la pagaille alors elle nettoierait. « Non, non, c’est bon, je le ferai ! » Et elle y tenait. Le challenge était de rester éveillée jusque là. Elle grimace avec lui. « Tu veux un coussin ? » Le cul en compote, elle connaissait ça par cœur et compatissait de tout son petit cœur. e.e « Bon appétiiiit ! » Une bouchée suffit pour confirmer ce qu’elle savait déjà depuis longtemps mais n’avait jamais voulu admettre ; ses talents de cuisinière n’étaient, mais alors là, vraiment pas top. Du coup elle s’en voulut. Elle lança un timide regard en direction de Hanki pour voir quelle couleur il prendrait au contact de la nourriture. C’est là qu’il revint de nouveau avec sa mère. Moona faillit s’étrangler. Zut. Elle pensait s’être sortie d’affaire un peu plus tôt. « Euh. Des histoires du genre quoi ? Du genre eum. Mafia ? » Vous savez quoi ? Elle tremblait un peu quand même. « Tu sais, je suis désolée de t’avoir pris pour un psychopathe. » Ouais, maintenant qu’elle y repensait, l’avoir traité de psychopathe devait avoir fait ressurgir en lui de douloureux souvenirs de son passé de schizophrène. Attendez. e.e L’avait-elle déjà traité de psychopathe à haute voix, en fait ? Ou venait-elle de faire une bourde? Elle rougit. « Enfin euh. Quoiqu’il en soit, ce que tu as fait par le passé ne m’inquiète pas. Enfin ! Je veux dire… Ca... c’est pas important. Ce qui compte maintenant c’est que t’es un chic type qui vient de sauver la vie d’une pauvre fille comme moi. Après avoir détruit son appartement, mais ça, c’est qu’un détail. » Elle reprit ses baguettes et enfourna un gros paquet de pâtes en bouche. Elle eut du mal à les aspirer. e.e Nerveuse ? Nooooooooon. Mais c’est tout comme. Plus elle parlait, plus elle s’enfonçait toute seule. Aish, à force de se planter elle finirait par pousser. (alors là, je suis vraiment désolée) Elle prit donc la sage décision d’arrêter de causer et de manger. Elle grimaça. C’était quand même un peu trop assaisonné, tout ça. Et en plus quand ça pique trop son nez se met à couler tout seul. Ralala.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Welcome Home [MOONA] Vide
MessageSujet: Re: Welcome Home [MOONA]   Welcome Home [MOONA] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Welcome Home [MOONA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JRM Entertainment :: ;; Séoul & ses merveilles :: habitations :: ■ quartiers modestes-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit